19 septembre 2018 | 15:12
Vous etes ici:  / Libre opinion / Journée de «la femme» pour beaucoup et journée de la «femme de» pour certains…

Journée de «la femme» pour beaucoup et journée de la «femme de» pour certains…

La Journée Internationale des Droits des Femmes met en avant la lutte pour les droits des femmes et notamment pour la réduction des inégalités par rapport aux hommes.

Dommage qu’il faille une journée pour rappeler l’importance de cela, et cet unique zoom annuel reste très symbolique quand on sait le chemin qu’il reste à parcourir même à Fontenay-aux-Roses.

Il n’y a qu’à constater les dires de certains fontenaisiens, et tout ne peut être cité :

– Sur ce blog, le 9 octobre 2017, M. Fredouille écrit : « Peut-être veut-il (M. Faye) conserver sa double indemnité de fonction. En effet, faut-il le rappeler, sa propre femme est l’actuelle maire-adjointe chargée des écoles ? »
Rappel : En France, une loi de 1907 autorise les femmes mariées à disposer librement de leurs salaires. C’est l’une des premières réformes qui entame la puissance absolue du mari.

– Dans le deuxième livre Ottoman de M. Durand, désormais Maire Adjoint, envoyé à une liste restreinte. Son titre est évocateur : « Secte en banlieue de Paristanbul ». L’image des femmes supposées soumises à un gourou est dégradante.
Rappel : En 1938, l’article 213 du Code civil de 1804 est réformé : l’incapacité juridique des femmes est supprimée et, désormais, elles ne doivent plus obéissance à leur époux. En 1965 : les femmes peuvent exercer une profession et gérer leurs biens propres sans autorisation maritale.

– Sur le Blog de M. Vastel, Fontenay Avenir, le 23 janvier 2018 Mme Marie Sevel dans un post parle du : « groupe familial et associatif ». Petite erreur car il s’agit du « Groupe associatif et citoyen », mais son sous-entendu est une attaque sournoise et incompréhensible à l’individualité même des hommes et des femmes.
Rappel : Dans ce cas, c’est toute l’histoire de l’émancipation de la femme qui est à reprendre et ce depuis 1791 avec Olympe de Gouges qui réclamait l’égalité politique entre hommes et femmes dans sa « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne » stipulant dans son article 1 : « La femme nait libre et égale à l’homme en droits ». Elle a été guillotinée deux ans plus tard. Les élues associatives et citoyennes fontenaisiennes ont eu aussi la tête coupée, heureusement au sens figuré du terme.

A Fontenay-aux-Roses, il règne une atmosphère pesante et liberticide pour les femmes qui souhaitent s’impliquer pour leur ville et ce quel que soit leur statut social, matrimonial…. Veut-on leur faire croire qu’elles sont incompétentes ? Qu’elles sont illégitimes ? La légitimité ou l’illégitimité des couples dans des situations peu dicibles est pourtant bien utilisée par certains au gré du vent et des envies…

N’oublions pas que le couple n’est pas une barrière et l’accomplissement de belles réalisations même modestement à Fontenay-aux-Roses est possible.

Pour les réussites les plus connues, on peut citer Mme Simone Veil, dont M. Vastel a donné le nom au centre municipal de santé. Mme Veil a travaillé avec l’appui de son mari en parfaite harmonie et au bénéfice de beaucoup, sans que cela pose question ou incite aux invectives. En effet, entre 1974 et 1975, M. Antoine Veil va à la fois conseiller et aider Simone Veil dans son combat pour faire voter la loi sur l’avortement. Il participe d’abord en privé à l’élaboration du texte, mais il va aussi, au moment du vote, mobiliser sur la question les élus centristes de sa propre formation, le CDS (dont il a été trésorier) pour apporter quelques voix de plus en faveur du projet. Notons que tous deux entreront ensemble au Panthéon le 1er juillet 2018.

Idem, que doit-on penser de Marie et Pierre Curie ? Et bien d’autres encore…

Notre société peine à évoluer sur la question des femmes, et si vous avez le malheur qu’on vous catalogue comme « la femme de » n’en parlons pas. Il reste du chemin à faire, c’est un combat de tous les jours et pas seulement d’une journée, même à Fontenay-aux-Roses. Il n’y a qu’à voir la place des femmes en 2018 au sein de l’exécutif du conseil municipal 36 % contre 55 % en 2014, soit la proportion la plus faible du département.

Céline Alvaro

2 RÉPONSES

  • Un petit peu d’humour pour compléter !
    Aujourd’hui journée internationale des droits des femmes, les représentantes et les représentants des comités d’habitants ont reçu une invitation de M. Chambon pour participer à une journée de la propreté…
    C’est comique d’avoir envoyé cette invitation précisément aujourd’hui où comme l’indique l’Observatoire des inégalités, les femmes passent presque deux fois plus de temps que les hommes à faire le ménage…
    Allez vive la démocratie participative à Fontenay-aux-Roses, tous ensemble pour une journée de la propreté dans notre ville ! Pourquoi pas ! Mais à quand un vrai débat transparent et démocratique sur l’avenir de notre cité ?

  • « Rien de tel qu une femme pour faire le ménage »… c est Valerie Pecresse, présidente du conseil general d Île-de-France qui l a souligné… beau programme !
    https://www.dailymotion.com/video/x2qqf35

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )