18 novembre 2019 | 11:07
Vous etes ici:  / Libre opinion / Le député Bourlanges répond à la proposition d’améliorer l’information: Atterrant. Je lui réponds 

Le député Bourlanges répond à la proposition d’améliorer l’information: Atterrant. Je lui réponds 

Ci dessous la réponse du député Bourlanges à la proposition d’information de ces votes , et ma réponse.

A/La réponse du député de notre circonscription:

Monsieur, 

Les équipes ont tracté sur le marché de Fontenay pour faire part de la réunion qui a lieu ce soir à Châtillon mais nous vous adressons en pièce jointe le visuel si toutefois vous ne l’aviez pas eu.

Au sujet de la loi Notre Dame, Jean-Louis Bourlanges s’est expliqué de son vote par un communiqué que vous trouverez sur son compte tweeter et sa page Facebook. Il a été très bien compris par l’ensemble de la majorité car il reflète le malaise général ressenti par rapport à ce projet de loi.

Vous trouverez également et aisément sur l’onglet de votre député du site de l’Assemblée nationale certaines de ces interventions qui vous éclaireront sur ses positions.

Par ailleurs, il espère toucher le plus grand nombre en acceptant de participer à certaines émissions et se veut alors le plus pédagogique possible.

Ce matin par exemple à 8h40 sur Radio classique, demain soir sur LCP à 19h30 pour une émission pédagogique sur le fonctionnement du Parlement européen.

Bien à vous 

Clotilde Avenet 

B/ La réponse que je lui adresse:

Madame, 

Je tiens à vous remercier de la réponse du député que vous m’avez adressée en retour de ma proposition.

Cette réponse, sur la forme et le fond, me fait me poser des questions sur sa réelle volonté d’améliorer le dialogue avec les habitants de la circonscription dont il est l’élu .

Pense-t-il que distribuer quelques tracts un samedi matin sur un des 4 marchés de sa circonscription pour faire connaitre le lieu d’une réunion dans une autre ville, permette de toucher tous les électeurs de la de la 4 ème circonscription des hauts de Seine? 

Pense-t-il vraiment que ces réunions répondent à la question des électeurs que j’ai essayé de retransmettre dans mon mail? Pour avoir participé à 2 d’entre elles, je lui confirme que ce n’est pas le cas, loin de là. 

Pense-t-il sérieusement que la question de la loi Notre Dame est la seule préoccupation majeure de ses administrés? N’y aurait-il pas eu depuis son élection quelques votes à l’Assemblée Nationale qui touchent et préoccupent un petit peu plus directement et profondément les administrés  ?

Pense-t-il sérieusement que les émissions de radio auxquelles il participe permettent d’informer ses électeurs des votes qu’il a fait à l’Assemblée en leur nom? Pour en avoir écouté quelques unes je vous confirme que ce n’est pas le cas,  les propos qu’il y tient traitent de tout autre chose.  

Pense-t-il que ceux qui l’ont élu ont l’oreille collée à Radio Classique à 8h40 pour attendre son explication sur ses votes à l’ Assemblée Nationale? Et à cette heure là, le Député pourrait se douter qu’ il y a déjà quelques habitants de la circonscription qui sont sur leur lieu de travail. 

Pense-t-il qu’aller à 19:30 sur le plateau de la chaine LCP pour une émission pédagogique sur le fonctionnement du Parlement Européen, indique clairement sa position sur les dernières lois votées à l’Assemblée Nationale Française?

Si ce mail traduit bien la réponse de Monsieur le Député à la préoccupation que j’ai tenté de traduire dans mon mail, alors on comprend mieux le fossé qui existe et ne cesse de se creuser entre les citoyens et leurs élus.

Par la réponse décevante que vous avez eu l’amabilité de me transmettre, Monsieur Bourlanges ancre de plus en plus son image d’homme politique distant, bien au dessus des électeurs qui ne sont là que pour lui apporter les voix nécessaires à son élection et doivent se tenir à sa disposition quand il décide, lui, de venir les entretenir de ce dont il a envie de parler. Mais pas d’écouter ce que ces administrés ont à lui dire. Il contribue ainsi à la défiance grandissante des citoyens vis à vis de la démocratie représentative.

Dans la mesure où son emploi du temps entre 2 émissions de radio lui laisse quelques minutes de temps libre, je vous propose de saisir l’opportunité pour lui transmettre ma grande déception.

Bien cordialement,

Daniel Marteau

7 RÉPONSES

  • Si le rôle d’un député est avant tout de participer au processus législatif, il est aussi élu dans une circonscription et pas sur une liste départementale, régionale ou nationale à la proportionnelle.
    Par conséquent, il doit aussi être présent dans les communes de son territoire et être à l’écoute de ses administrés.
    Son prédécesseur JM Germain défendait des convictions politiques nationales qu’on peut partager ou pas mais il était souvent présent à Fontenay-aux-Roses (cérémonies commémoratives mais aussi événements festifs notamment).
    La réponse transmise par la collaboratrice de JL Bourlanges illustre une vision de l’action politique locale datée et aux antipodes de ce que défendait le président de la république sur le besoin de proximité.
    Comme ce principe de proximité et de dialogue respectueux avec les habitants de notre commune n’est pas non plus assuré par le Maire actuel, nous nous retrouvons dans une situation qui accentue le fossé entre les élus et les citoyens.
    C’est ce fossé que nous essayons modestement de combler avec toute l’équipe des Ateliers fontenaisiens.
    Gilles Mergy
    Conseiller municipal d’opposition

  • Je n’ai qu’une petite question à poser ici. Monsieur Mergy, appartenez-vous à ces élus enthousiasmés par le Nouveau Monde et qui sont à l’origine de l’élection de ce député ?

  • Comme je l’ai dit lors de la première réunion des ateliers Fontenaisiens, j’ai été séduit au départ par la démarche d’Emmanuel Macron car je pensais qu’il défendait des valeurs et une vision de l’action publique dites de la « deuxième gauche » dans la continuité de Michel Rocard.
    Mais je me suis rapidement aperçu que ce n’était pas le cas. Je n’ai pas voté en tout état de cause pour notre actuel député.

    Gilles Mergy

  • Je ne nie pas que vous le disiez et le répétiez, c’est un fait. Cependant ce que j’ai constaté un mois après les présidentielles lors des législatives à Fontenay-aux-Roses même, et je suis loin d’être le seul dans la commune, c’est l’enthousiasme de tous les macronistes communaux de tous bords puis leur joie à l’annonce des résultats. Les dissensions ne sont apparues seulement que quelques mois plus tard et aujourd’hui on sait qui « courtise » qui et pourquoi….. et vous n’en êtes plus je vous l’accorde mais nous ne sommes plus en 2017.

  • On peut au moins reconnaître que Monsieur Mergy a eu l’honeteté de dire qu’il a évolué vis à vis de son choix à la présidentielle, choix partagé par beaucoup vu les conditions particulières. (Il n’avait pas à évoluer vis à vis du député puisqu’il ne l’a pas soutenu). On ne peut pas reprocher à quelqu’un de savoir se remettre en cause.
    Ce qui n’est pas le cas de L. Vastel qui lui a soutenu les 2 et continue de le faire, assurément pour solliciter un soutien dans 1 an.
    Et si L.Vastel est soutenu par le député Bourlanges (de LREM, du Modem et de la prestigieuse UDI – parcequ’il est aux 3 le député) les Fontenaisiens vont être très heureux au vu de l’attitude de mépris de ce dernier vis à vis de ses électeurs…
    Notez que, qui se ressemble s’assemble
    Pascal Renault

  • Je ne remets pas en cause l’honnêteté de Monsieur Mergy seulement je persiste à soutenir que la désillusion n’est pas arrivée entre la présidentielle et les législatives mais quelques semaines après les législatives, le temps de s’apercevoir de la mystification et de prendre la mesure du talent des nouveaux protagonistes parce que de beaux talents se sont révélés!

  • Cher Monsieur Patron,
    En ce qui me concerne, j’avais voté Emmanuel Macron car je pensais qu’il allait revitaliser la gauche. En revanche, je ne partageais rien avec JL Bourlanges si ce n’est ses convictions européennes. Donc il n’a jamais été question que je vote pour lui. Et la désillusion générale est effectivement intervenue quelques semaines après les législatives au moment des décisions de l’été 2017 : suppression brutale des emplois aidés, baisse des APL, non respect des collectivités locales …
    Bien à vous
    Gilles MERGY

Répondre à Gilles Mergy Annuler la réponse

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )