9 décembre 2021 | 09:35
Vous etes ici:  / Libre opinion / 89

89

89 n’est pas catégorique comme 90, il sonne bien et en impose bien plus que 85. Un ‘8’ qui tourne et s’emmêle, deux chiffres tout en rondeur. 89 le numéro du département de l’Yonne sachant que ta femme s’appelle Yvonne. Je ne suis pas fan de numérologie mais il parait que ce nombre possède une vibration bénéfique.

Ton honnêteté presque intégriste nous fait dire que tu ne ferais pas de mal à une mouche mais tu adores semer la zizanie dans les fourmilières et jouer avec les guêpes qui ont la mauvaise idée de s’approcher. Dévoreur de tout ce qui se mange dans la nature, mes compagnons de balades doivent souvent attendre que mon obstination à cueillir le dernier cassis ou prune accessible prenne fin. Ébéniste, nous te demandions toujours le nom des arbres et tu es toujours le 1er à repérer les animaux dans la nature.

Le 1er écologiste de ma vie, c’est toi sans aucun doute.

Une conduite qui a depuis longtemps inquiété certains à en avoir quelques contractions, je m’endors toujours en toute quiétude à la place du mort quand tu es au volant.

Bien que tu gardes toujours le cap en randonnées, nous nous égarions souvent dans des passages non prévus et parfois délicats. Maintenant, je m’ennuie presque en compagnie de personnes qui stressent à l’idée d’emprunter un chemin un peu incertain mais prometteur de riches surprises.

Des convictions bien ancrées à gauche dès l’âge de la conscience politique mais l’effroi devant la candidature de l’extrême droite t’a fait voter Macron dès le 1er tour en 2017 malgré la vindicte presque unanime de ta famille.

Pas toujours délicat avec tes proches mais très souvent joyeux, heureux et respectueux envers les gens quelques soient leur pays et leur CSP.

Cher papa, quand je te regarde, ton allure, tes yeux pétillants et taquins, ta saine curiosité toujours en éveil et ton regard naïf sur le monde comme celui de tes derniers descendants, j’ai vraiment du mal à croire à ton année de naissance en 1932. Toi qui a horreur du mensonge et donc du mépris, nous aurais-tu raconté des histoires avec la complicité de maman comme si nous étions encore, mon frère et moi, tes petits enfants ?

Joyeux anniversaire cher Papa.

Laurence Gavazzeni

Merci à Michel pour avoir accepté de publier ce texte très personnel

1 RÉPONSE

  • Geneviève Venturi

    Très beau texte d’amour paternel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )