14 avril 2024 | 21:49
Vous etes ici:  / Libre opinion / Candide ? Pas si Candide que cela…

Candide ? Pas si Candide que cela…

La construction immobilière à Fontenay-aux-Roses a donné lieu à divers articles contradictoires. Ainsi, tantôt les uns criaient à la catastrophe car la population de Fontenay aurait diminué, tantôt les autres dénonçaient une densification insupportable, le maire quant à lui affirmant ne pas construire, ou du moins de façon parcimonieuse.

La mise en scène du personnage de Candide tendant à démontrer que notre belle ville se vide de sa population et qu’il faut construire et encore construire, gage d’une ville dynamique, pourrait faire frémir Voltaire. Cette vision passéiste est surprenante : même si nous observions une faible évolution de la population de Fontenay-aux-Roses, en quoi cela serait-il aussi catastrophique et négatif pour le bien vivre et le maintien de nos espaces verts? En outre, les exposés partiels et partisans montrent que l’on peut faire dire aux chiffres, même à ceux de l’INSEE, tout et son contraire pourvu qu’on les choisisse à dessein, à des intervalles de temps biaisés et en faisant abstraction des réalités.

Revenons-en à ces réalités et qu’en est-il aujourd’hui sur le terrain.

Le Mag du mois de février permet d’éclairer la situation.

 La phrase de la page de garde qui se termine par « …préservant l’identité de notre ville » pourrait laisser croire que nous avons un objectif commun, celui de conserver nos espaces verts et nos pavillons remarquables.

Cependant, la photo choisie pour cette page de garde illustre la vision futuriste du maire avec le projet d’immeuble à la Cavée. Voilà donc la conception qu’a notre édile de notre commune, faisant penser aux évolutions constatées dans quelques villes voisines. Elle heurte de nombreux fontenaisiens qui privilégient l’image des maisons en meulière et leur jardin à ces immeubles sans âme.

 La nécessité de construire ne peut être remise en cause puisque, comme le rappelle le maire-adjoint à l’urbanisme, il nous est fait obligation de construire 1500 logements à l’horizon 2030. Mais un renouvellement urbain modéré est possible en protégeant ce qui fait la richesse de notre commune.

Poursuivons la lecture du Mag et découvrons, à partir de la page 18, « les constructions immobilières maîtrisées ». Les réalisations et les nouveaux projets, dans la plupart des quartiers, ne sont donc pas illusoires. Candide pourrait-il affirmer le contraire ? Qu’il soit rassuré la population de Fontenay ne va pas diminuer dans l’immédiat… Le catalogue des programmes qui nous est présenté permet de mesurer l’intensification, pour ne pas dire la densification, engagée depuis quelques années.

A vos calculettes

Les programmes décrits représentent un total de 900 logements auxquels il convient d’ajouter le solde des appartements privés aux Paradis, estimé actuellement à 568 sur la base de la réflexion menée en phase d’étude. Fichtre ! L’objectif de 1500 logements à l’horizon 2030 est d’ores et déjà pratiquement atteint au 1er janvier 2023.

Mais le Mag révèle aussi quelques trous de mémoire. En effet, des immeubles ne sont pas mentionnés tels que, par exemple, ceux déjà livrés aux Mouilleboeufs (102 logements), à la Cavée (77 logements) et avenue Marx Dormoy (121 logements), soit 300 de plus… Ce n’est pas tout, il faut aussi ajouter l’immeuble de la rue Paoli (31 logements) et celui de l’avenue de Verdun (42 logements) et prendre en compte les constructions de maisons individuelles favorisées par la division du parcellaire, en particulier en zones UE et UD du PLU, soit près d’une centaine qui verront le jour à l’horizon 2030.

Vous suivez ? Nous sommes donc à 2 000 logements supplémentaires.

Cher Candide, la frénésie de construire ne s’achève pas là puisque, comme vous le savez, un nouvel immeuble vient de voir son permis accordé du côté d’Ormeaux-Soubise, en limite d’une zone pavillonnaire, pour 27 logements de standing après destruction d’une maison. Pas si Candide que cela et c’est sans doute l’interprétation libre des mots de Candide « il faut cultiver son jardin ».

Cet inventaire n’est malheureusement pas encore terminé puisqu’un nouvel immeuble de 21 logements est prévu Place Carnot, que le projet Lombard-Potiers avance (100 ? 150 logements) et que celui au Panorama sur les terrains du LCIE n’est pas non plus une utopie (200 ? 300 ? logements). Par ailleurs, le projet de reconstruction de Saint Prix va inévitablement entraîner la nécessité de nouveaux logements privés pour équilibrer le projet. Combien ? N’oublions pas non plus le projet de tour sur le mail Boucicaut.

 Et ce n’est sans doute pas la fin.

Oui les constructions immobilières se poursuivent à un rythme soutenu à Fontenay, oui elles dépassent très largement les obligations légales, oui elles vont à l’encontre de ce que voudrait nous faire croire la couverture du Mag de février à savoir « … en préservant l’identité de notre ville ». 

Jean-Yves Sommier,
conseiller municipal

1 RÉPONSE

  • Laurent Ribadeau Dumas

    Excellent texte, Jean-Yves. N’oublie pas non plus le projet immobilier de la place de Gaulle-ruelle de la Demi-Lune. Ce projet de 35 logements et de 19,5 m de haut va cacher et gâcher le champ visuel du château Laboissière (fin XVIIe-début XVIIIe). Un beau monument unique dans le coin. Etonnant que la municipalité n’entende pas construire un bâtiment aux dimensions plus modestes qui le respecte davantage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )