20 septembre 2020 | 12:09
Vous etes ici:  / Libre opinion / Chronique d’un mandat de désillusions et de trahisons

Chronique d’un mandat de désillusions et de trahisons

Petit rappel de la campagne des Municipales à Fontenay en 2014, et des propositions faites par M. Vastel à l’époque.

L’une d’elles concernait le bâtiment de l’ancien Conservatoire rue du Docteur Soubise, qui était très chère aux riverains du quartie:

6 ans après, ce bâtiment est laissé à l’abandon, ouvertures murées pour éviter les squats.

Que s’est-il passé ?

Juste après l’élection municipale, le bureau de l’Association Conservatoire Soubise demande à rencontrer le nouveau Maire qui nous reçoit en présence de son Maire Adjoint à l’urbanisme. Il nous présente ses idées pour le centre-ville et nous assure qu’il nous consultera après le déménagement des activités de musique et de danse qui étaient encore rue Soubise.

À peine un an après le déménagement des activités au Château La Boissière, nous entendons parler d’un projet de vente, au prétexte que les finances de la ville ne pourraient pas supporter la rénovation du bâtiment. Pour rappel, les impôts locaux venaient d’être augmentés, contrairement à un autre engagement de campagne ! Après une réunion avec le regretté M. Bigret pour nous rassurer, nous constatons que l’idée de vente suit son chemin. En effet, il est envisagé de faire une division en volume pour avancer dans la vente de ¾ des surfaces du bâtiment, le pavillon, la partie haute, et la partie latérale allant jusqu’à l’avenue Jean Moulin.

Nous écrivons une nouvelle fois à M. Vastel pour comprendre. Il nous répond par une lettre nous demandant notre mandat et les comptes-rendus de nos assemblées générales. En bref : « Vos papiers s’il vous plaît ! »

Devant une telle impasse, nous lançons une pétition qui recueille près de 500 signatures, et nous demandons une réunion publique pour expliquer aux riverains ce qui est engagé. Devant la pression, M Vastel organise cette réunion et vient avec son fan club. M Vastel s’énerve quand on lui pose des questions précises.

Quelques extraits :

Q : Comment peut-on garantir que l’acquéreur ne vendra pas à un promoteur ?

R : Nous ferons un règlement de copropriété qui nous protégera contre une telle hypothèse.

Q : Le prix de vente nous paraît peu élevé ; le pavillon seul peut déjà valoir 500 000 EUR ?

R : Nous avons fait valider notre estimation par le service des domaines.

Q : Si l’acquéreur n’a pas les moyens de se payer un tel investissement ou dépose son bilan ?

R : Nous vendons ; le plus important est de rentrer les liquidités relatives à la vente.

Q : Pourquoi vous n’avez pas essayé d’obtenir d’autres offres ?

R : Énervement et absence de réponse.

Nous apprenons ensuite, documents à l’appui, que

les surfaces communiquées au service des domaines sont sous-estimées ;
le service des domaines donne une estimation qui serait à revoir, évidemment à la hausse, après passage au PLU ;
la promesse de vente signée ne comporte aucun règlement de copropriété ;
la taille de l’entreprise candidate à l’acquisition, son capital, ainsi que le niveau de ses bénéfices ne sont pas en adéquation avec un tel investissement.

A ce jour, le recours adressé au tribunal de Cergy Pontoise n’est toujours pas jugé. Et nous avons vu passer des investissements comme le plan d’eau devant la Mairie et les jets d’eau place de l’église. Et le plus grave, un projet de création d’une salle polyvalente dans la partie basse de ce bâtiment à

900 000 EUR HT. Quel gâchis, quand on sait que la rénovation de l’ensemble et sa mise aux normes étaient évalués à entre 1 et 1,5 million d’euros !

Quand j’ajoute à ce gâchis :

l’augmentation lourde des impôts locaux malgré la promesse électorale d’une fiscalité inchangée ;
le divorce avec M Faye, allié entre les deux tours de 2014 et qui lui avait apporté 12,19% des voix ;
le fait d’attendre quelques jours avant la date limite de dépôt des candidatures 2020 pour se débarrasser de M. Ribatto, qui lui avait apporté 12,08% des voix en 2014.

J’ai envie de dire : Stop à ces pratiques, pas 6 ans de plus !

Récemment, un samedi matin, devant la Mairie, j’ai eu une discussion avec un colistier du Maire actuel, qui a terminé notre conversation par : « Mais nous ne voulons plus vendre ce bâtiment ».

M. Vastel, comment voulez-vous qu’on vous croie à nouveau, après toutes ces désillusions, toutes ces trahisons ?

Votre parole et vos engagements n’ont plus aucune valeur.

Elias Abou Mansour

3 RÉPONSES

  • Monsieur Abou Mansour,

    Ainsi que j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire ici ou là, auriez vous l’obligeance (ainsi que tout autre candidat … ou pas candidat) :

    1/ de ne pas nous mêler (de près ou de loin) à la campagne électorale en cours,
    2/ de ne pas faussement rabaisser publiquement notre entreprise (916 000 € de capital social et 3 millions de fonds propres constants, accumulés au fil de nombreuses années de travail, je connais énormément de PME qui rêveraient d’en être à ce niveau. En tout cas, de notre point de vue, c’est une source de fierté. Et c’est amplement suffisant pour mener à bien ce projet.)

    Merci par avance !

  • Monsieur Trescartes
    Le bâtiment de l’ex conservatoire Soubise n’est pas « hors sol » , ce n’est pas une affaire privée entre deux particuliers : c’est jusqu’à ce jour un bien du patrimoine communal. Et à cause de sa gestion désastreuse par la municipalité sortante (et, espérons le, bientôt sortie), il est inoccupé et se dégrade depuis 3 ans alors que les fontenaisiens manquent de salles de réunions et d’activités.
    Il est donc évident qu’il doit avoir sa place dans le débat électoral.
    Par ailleurs, sauf incompréhension de ma part, l’article auquel vous répondez ne rabaisse en rien la santé de votre entreprise.

  • Monsieur Trescartes
    Je rejoins le commentaire de M. Guillou ci-dessus, vous serez directement ou indirectement associé aux débats des élections, à cause de la place qu’occupe ce bâtiment dans le cœur de beaucoup de Fontenaisiens.
    Quant à votre second commentaire, je suis plutôt admiratif de la santé financière de votre entreprise, de sa bonne gestion, et de son positionnement sur un marché porteur. Vous avez raison d’être fier. Je ne la rabaisse pas en rappelant que par sa taille, elle ne pourra pas occuper la totalité de la surface. Chercher à louer une partie n’est pas forcément votre métier de base. Et malgré l’importance de vos fonds propres, un tel investissement, dans un outil qui n’est pas lié à un actif industriel de votre secteur, me laisse perplexe. Je ne développerai pas toutes les hypothèses qu’on pourrait imaginer, pour faire de cette opération une belle opportunité pour vous à court terme, forcément pas pour les Fontenaisiens.

    Très cordialement
    Elias Abou Mansour

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )