18 juin 2019 | 07:05
Vous etes ici:  / Conseil municipal / Urbanisme / Densification de Fontenay, le Ministère s’en mêle, Fontenay résiste !

Densification de Fontenay, le Ministère s’en mêle, Fontenay résiste !

Au conseil municipal de jeudi 19 mars, en fin de séance, un voeu a été présenté par Michel Faye, adjoint au maire chargé, entre autre, de l’urbanisme.
Ce vœu consistait à demander l’accord du Conseil Municipal pour s’opposer à un projet émanant du Ministère du Logement qui serait déjà bien avancé.
Il s’agit du projet OIN, Opération d’Intérêt National, qui en synthèse, consiste à délimiter dans les villes de Fontenay aux Roses,Chatillon, Bagneux, Clamart, Cachan des zones dites zones OIN, de superficies extrêmement importantes, pour y imposer la construction d’un très grand nombre de logements.
Sur l’ensemble des zones OIN, il serait envisagé l’implantation de plus de 8000 logements .
L’urbanisation de ces zones serait placée sous la responsabilité du préfet et échapperait donc à celles des élus.
Ce projet n’a semble-t-il pas donné lieu à une information du Ministère aux élus des villes concernées.
Concrètement pour Fontenay aux Roses, dans l’état actuel du projet, la zone OIN concernerait près de la moitié de la surface de la ville et pourrait comporter jusqu’à 2000 logements.
Ce projet est totalement inacceptable car il impose à nos élus et par là même à la population :

  • une orientation sociétale de la ville qui détruit l’équilibre consensuel maintes fois répété par tous, et encore une fois au conseil de 19/3:1/3 d’espaces verts, 1/3 d’ habitat pavillonnaire, 1/3 d’ habitat collectif,
  • les dépossède du choix de l’évolution de l’urbanisme,
  • et densifie de façon brutale et irraisonnée notre ville qui l’est déjà suffisamment.

Rappelons ici que Fontenay aux Roses par rapport aux villes alentour, avec environ 24000 hab a déjà une densité élevée de près de 9400 habitants/Km2, une superficie faible, peu d’ espaces verts et pas de friches industrielles.
On peut se féliciter de ce que ce vœu ait obtenu la quasi unanimité du Conseil municipal, seul malheureusement les communistes se sont abstenus, empêchant une unanimité totale qui aurait renforcé la position de la ville.

Tous les Fontenaisiens, quelles que soient leurs affinités politiques devraient soutenir fortement l’action que ne manquera pas d’entreprendre notre Conseil Municipal auprès du Ministère du Logement, en espérant qu’il pourra mener cette action en liaison avec les autres municipalités impactées par ce projet, pour s’opposer à un projet inique.

Daniel Marteau

6 RÉPONSES

  • Pour une juste information : les éléments apportés par la municipalité ne correspondent pas à la vérité. Non seulement, il ne s’agit pas du gouvernement mais de simples études provenant de l’AFTRP et de la mission de préfiguration du Grand Paris sur les possibilités de constructions en Ile de France et qui serviront de discussion avec les maires d’ici l’été. La municipalité aurait mieux fait de se renseigner sur cette affaire plutôt que de ne se référer qu’à une information de Mr Devedjian publiée sur son blog.

    En ce qui concerne notre commune, le seul site potentiel étudié correspond au site du CEA avec un potentiel maximum étudié de 845 logements qui se limite à seul site et ne touche aucun autre quartier de notre commune. La municipalité laissant entendre que l’Etat imposerait 8000 logements sur Fontenay est donc un double mensonge. J’ai cependant voté ce voeu car je ne veux pas densifier la commune que ce soit le projet de la nouvelle majorité qui prévoit 2000 logements haut de gamme (3000 habitants supplémentaires) sur toute la ville ou que ce soit la Métropole qui nous imposerait un objectif similaire et ce au regard de notre densité déjà plus élevée qu’ailleurs, de nos besoins en espaces verts et du maintien de notre équilibre urbain nécessitant de préserver nos quartiers pavillonnaires.

    Une approche intercommunale s’impose selon moi pour permettre à Fontenay de faire prévaloir ses caractéristiques nécessitant de limiter fortement les constructions en dehors du site du CEA alors que d’autres communes aux alentours ont elles du foncier disponible ce qui n’est pas notre cas.

    J’ai donc terminé mon intervention en dénonçant le projet de construction de 2000 logements haut de gamme pour personnes aisées soutenu par la municipalité ce qui est excessif et ne peut qu’altérer durablement notre cadre de vie et la mixité sociale de notre commune.

  • Jean-Philippe Damais

    J’approuve sans réserve la réaction de Pascal BUCHET, qui met en cause , en même temps que ce projet (?) totalement délirant de je ne sais trop quel organisme qui y a certainement intérêt…,
    les projets de la nouvelle municipalité dont le principal but , sinon le seul, en matière d’urbanisme pour Fontenay est d’y renforçer les classes aisées afin d’assurer leur domination de notre commune: ne faut-il pas par exemple raser les Blagis Paradis,. (où on ne se retrouve pas n’est-ce pas…), et les Sorrières , bigre…., et la résidence Saint prix quelle étrangeté en plein Centre Ville, et y construire de belles résidences chic….

  • Nous regrettons tout d’abord que Daniel Marteau ait fait un résumé édulcoré du vœu présenté par Monsieur FAYE au nom de la majorité municipale, ce qui rend moins compréhensible l’abstention des élus communistes au conseil municipal.
    Les élus communistes, des conseillers municipaux aux parlementaires, ont toujours défendu les pouvoirs et les compétences des communes qui sont au plus près des habitants et un élément essentiel de la démocratie. Ils se sont opposés aux lois que visaient à les réduire. C’est pourquoi nous n’avons pas voté contre ce vœu car nous n’acceptons pas que des compétences de la commune soient transférées au Préfet, comme cela, semble-t-il, serait le cas dans le cadre d’une Opération d’Intérêt National.
    En revanche, nous ne pouvions souscrire à la description apocalyptique du projet faite par ce vœu : « disparition de la partie Nord de la coulée verte, de parcs publics, de plusieurs zones pavillonnaires » « étatisation de la moitié de la commune », (dans le débat, Monsieur FAYE a même évoqué une menace sur le cimetière et la construction de 8000 logements, d’autres ont parlé de 2000 logements), alors que seul le secteur du Panorama (actuellement occupé par le CEA, EDF…) serait concerné et que la construction d’environ 830 logements serait envisagée à l’horizon 2030.
    Mentir ainsi aux habitants, générer et exploiter des peurs, favoriser l’individualisme qui existe en chacun de nous, tout cela à des visées électoralistes, à trois jours d’élections, est pour nous insupportable. Cela nuit gravement à la démocratie qui suppose d’abord une information honnête et complète du citoyen. Nous ne pouvons cautionner de telles pratiques qui conduisent au mieux les citoyens à s’abstenir, au pire à voter pour l’extrême droite qui pourtant les trompe encore plus. Voilà pourquoi nous nous sommes abstenus.
    J’ajouterai que les pavillons ne sont pas menacés par l’Etat et les sociétés d’HLM qui n’ont pas les moyens financiers d’acheter et de détruire des pavillons pour construire des immeubles sociaux, mais bien par les promoteurs privés. A titre d’exemple, deux pavillons, dont l’un très récent, viennent encore d’être détruits au Plessis-Robinson, à l’angle de l’avenue Raymond Croland et de l’avenue de la Résistance et une nouvelle résidence FRANCO SUISSE est en construction à la place.
    Aujourd’hui, c’est la majorité municipale qui prévoit de densifier à la Cavée, Place du Général de Gaulle, à Scarron, et aux Paradis en y prévoyant la construction de 600 logements privés pour financer la reconstruction des 834 logements sociaux par Hauts de Seine Habitat. Les communistes ne sont pas opposés à la construction de logements privés à Fontenay mais ils souhaitent que la proportion de 40% de logements sociaux soit maintenue comme c’est le cas depuis 40 ans.
    Enfin, pour être totalement transparents, nous ne sommes pas opposés à une densification raisonnée dans la petite couronne pour résoudre la crise du logement (400000 demandes de logements en région parisienne), pour éviter les constructions de lotissements de plus en plus éloignées des centres économiques, ce qui augmente les temps de transport (responsables de 40% des gaz à effet de serre) et détruit des terres arables indispensables à la garantie de notre indépendance alimentaire. Cette densification ne doit pas se faire aux dépens des espaces verts et des zones pavillonnaires mais en utilisant les friches, en reconstruisant différemment les immeubles vétustes démolis… Des expériences de constructions collectives nouvelles sont menées par des architectes et des urbanistes, avec des jardins suspendus, une isolation phonique interne et externe qui préserve le confort et l’intimité des habitants…Les possibilités existent qui concilient le droit à un logement confortable pour tous et la préservation du cadre de vie.

  • Francoise Zinger,
    Vous avez proposé au nom des communistes de Fontenay aux Roses,  un commentaire sur mon article, je vous en remercie.
    Permettez moi quelques remarques.
    Je ne pense pas que ce blog ait vocation à publier des résumés exhaustifs des réunions du conseil municipal, d’autant que les Fontenaisiens y ont maintenant accès via la video sur le site de la ville, mais plutôt sur la base d’un résumé (bien sûr écrit de toute bonne foi et je ne crois pas que vous puissiez en douter ici) à permettre l’ expression d’un ressenti ou d’un avis et de susciter des commentaires. C’est ce que j’ai fait.
    Si mon article a permis aux communistes de détailler leur position, et en plus le faire sur le blog Osez Fontenay, je m’en réjouis. 
    Nous savons pour en avoir déjà parlé que nous ne partageons pas du tout le même avis sur la densification à Fontenay. En terme de densification d’une part mais aussi de nombre de logements sociaux, notre ville a été et reste  exemplaire. Mais avant d’aller plus loin dans ce sens il serait bien plus efficace pour les habitants eux même (quels qu’ils soient, habitants de logements sociaux ou pas ), mais aussi pour l’économie tout autant que pour l’écologie, que la solidarité se partage aussi dans ce domaine entre les communes proches, voire au niveau du département et même de la région.  
    Enfin je note qu’au delà des données  exposées au conseil par les uns ou par les autres , qu’elles soient exactes, exagérées ou fausses, (et c’est bien de les rectifier comme l’a fait Pascal Buchet dans son commentaire à mon article), les communistes partagent l’avis qu’il n’est pas acceptable (si cela était confirmé bien sûr) que le préfet puisse s’emparer des compétences des élus d’une commune. Les Fontenaisiens, au delà de leurs opinions politiques, ne devraient pas accepter cela. Et dans ce cadre, l’unité de tous les Fontenaisiens serait un très fort message aux autorités administratives..
    Et comme cela était le thème essentiel de mon article, je me réjouis que vous partagiez ma position.
    Daniel Marteau

  • A l’heure des pics de pollution, il est affligeant que nul ne se pose la question cruciale (cf.COP21) de la mobilité durable..

  • Les Terrasses La Boissière – Appartement à louer
    « La commercialisation des appartements a commencé bien avant la construction. Le prix de vente des appartements était de l’ordre de 7000 € /m2, mais comme les ventes stagnaient, le prix a été ramené à 6000 €/m2. Comme certains appartements ne se vendaient pas, le promoteur a fait appel à des investisseurs pour acheter les derniers appartements. c’est pour cela qu’un appartement est mis en location. »
    Extrait d’un article du 20 mars 2015 de Jean François BRESSE dans les nouvelles de Fontenay

    L’heure est à la densification et nos élus souhaitent faire venir à Fontenay-aux-Roses une population avec un pouvoir d’achat plus élevé. Je me demande si le problème n’est pas pris à l’envers, la rue Boucicaut n’est pas attractive, les commerces de proximité sont « malades », comment peut-on espérer que cela donne envie d’investir ?

    Un trois pièces, Centre-Ville, de Sceaux au 1er étage d’une copropriété se vend à 5 400 euros du m², ce n’est pas du neuf j’en conviens. J’ai regardé d’autres appartements en vente, le prix varie entre 5 300 euros et 5 800 euros (les variations prennent en compte divers critères : l’étage, le mode de chauffage, l’orientation, l’emplacement (proximité des commerces, école … les charges de copropriété etc …).

    La population que l’on veut attirer est-elle bien ciblée ?

    Françoise LETANG

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )