15 novembre 2019 | 17:42
Vous etes ici:  / Culture / Libre opinion / Éloge de la beauté

Éloge de la beauté

Le philosophe Charles pépin, auteur du livre « Quand la beauté nous sauve » nous dit que la beauté “est un plaisir bizarre, à la fois sensuel et intellectuel. Comme si la beauté avait le pouvoir de réconcilier notre cerveau et notre corps, de nous réconcilier avec nous-mêmes. Mais mieux encore, elle nous réconcilie avec les autres. Devant un tableau de Hopper, un paysage de montagne, un défilé, nous disons «c’est beau » et pas simplement « moi je trouve ça beau» : nous postulons spontanément que les autres peuvent être sensibles à cette beauté. Chaque instant de plaisir esthétique éveille le désir d’un bonheur partagé. »

Éloge de la beauté, voici l ‘éloge d’une exposition, « Les trésors de la Terre » au jardin des Plantes où sont présentés plus de 600 minéraux de tailles très diverses pour le plaisir des yeux et de l’esprit :
http://www.galeriedemineralogieetgeologie.fr/fr/visitez-exposition/exposition-tresors-terre

cristalBlanc

pierreLumineuse

 

cristalFigure

 

cristalOrange

 

pierreCArreBlanc

cristalAnneau

Et le lien avec Fontenay aux Roses ?
Je ne sais pas mais j’aimerais que la beauté et la réconciliation avec les autres soient une des grandes orientations de la nouvelle majorité municipale.
Au lieu de cela nous avons :
– Des nouvelles grosses poubelles inesthétiques
– De la vidéosurveillance, des tasers pour la police municipale et bientôt paraît-il des armes classiques
– La maison des associations investie par la police municipale
– Des permis de construire et des modifications du POS pour construire toujours plus haut avec toujours plus de béton. Les futures constructions arrêteront le regard et notre imagination.
– Une éloge de la densification pour toujours plus de voitures, de bruit, de circulation, de pollution
– Un mépris total de la biodiversité or rien n’est plus reposant et agréable que de contempler des animaux vivre, manger, se battre, voler, s’occuper de leurs petits et même s’énerver
– Une rénovation de la place de l’église qui risque d’être décevante par rapport aux projections et maquettes présentées sous un grand angle et qui magnifient un espace de réalisation restreint.

Je rêve d’un adjoint en charge de la beauté, du bien vivre et du bien vivre ensemble à Fontenay, d’une ambition qui aille plus loin que la simple esthétique urbaine et qui tourne le dos à la densification castratrice du regard.

Agnès Gillot

4 RÉPONSES

  • Louis-Marie Hamel

    Je partage assez ce point de vue, malheureusement. Je ne vois pas d’amélioration mais en effet, le soucis d’effacer les réalisations existantes. Heureusement, à Fontenay, moins spectaculaires bien sur, il y a la Médiathèque qui réalise régulièrement de fort belles expositions et animations qu’il ne faut pas manquer. Elle a fermé du 16 au 27 février pour la modernisation de son informatique mais ouvre à nouveau la semaine prochaine. Demandez leur le programme que vous retrouverez, bien sur, sur leur nouveau site. La Médiathèque est un lieu accueillant, convivial et où l’on se sent vraiment bien. Mais qui donc avait réalisé cet équipement ? Un ancien bibliothécaire parisien qui apprécie beaucoup ce que font ses collègues fontenaysiens.

  • LETANG Françoise

    Effectivement il y a quelques expositions à la Médiathèque, c’est d’ailleurs un endroit assez joli pour exposer mais lorsque je pense à la quantité d’artistes que nous avons la chance d’avoir dans notre Ville et qui sont complètement inconnus c’est désolant.
    Désolant qu’ils ne soient pas mis en avant ou si peu. L’ancienne municipalité n’était pas particulièrement dynamique pour les soutenir et force est de constater que la nouvelle ne sait pas non plus comment s’y prendre pour les promouvoir.
    Enfin, il ne devrait pas y avoir de grosses difficultés à faire de la promotion pour un bon livre, je pense à celui de Sylvain, je pense également par exemple à Luce Dulac dont personne ne parle (en particulier ses livres pour les enfants qui sont géniaux, loin de l’agressivité à laquelle les enfants sont perpétuellement confrontés) et je ne parle pas des peintres, des sculpteurs et autres ….
    Ce qui est encore plus curieux c’est que tous les cafés de Fontenay aux Roses sont prêts pour les accueillir. Mais il n’y a aucune volonté d’aller au devant de tant de richesses.
    Et pourquoi, en contre partie d’une indemnité compensatrice ou de l’opportunité d’une exposition, ne pas faire intervenir les artistes fontenaisiens dans les écoles, ce serait moins onéreux que les sommes que nous pouvons lire dans le Fontenay-Mag et l’opportunité pour beaucoup d’enfants qui malheureusement n’ont pas accès à la culture d’avoir une ouverture sur de nouveaux horizons.
    Au delà de la programmation du théâtre et de quelques expos à la médiathèque c’est le désert artistique, certains pensent que j’exagère toujours mais tant pis je vais le dire, c’est le désert tout court !

  • Je me permets , sans vouloir me vanter, qu’essayant de vivre de mes créations, chaque année je « donne de mon temps »bénévolement pour partager ma passion qu’est la gravure aux petits camarades de mes garçons à l’école primaire, sous forme d’ un atelier vivant et quel bonheur de sentir l’enthousiasme de ses institutrices si méritantes. Pour revenir à ces splendides salons d’expositions de la médiathèque, je ne peux pour ma part envisager une fois de plus un montage, accrochage, décrochage… sans que la mairie fasse un geste par l’achat d’une pièce qui constituerait un fond d’œuvres d’art pour la ville , comme le font d’autres mairies. Je voulais surtout remercier Agnès Gillot de son texte superbe qui nous rappelle que la beauté et le bien vivre ensemble doivent être la priorité de notre présent et d’en finir avec le superficiel ridicule qu’est toute forme de pouvoir des uns sur les autres.

  • Heureusement les visites des ateliers d’artistes chaque année perdurent et permettent ces rencontres. Il s’en fait aussi, parfois, au moment du Forum des associations.En tout cas dans les salons de la Médiathèque, j’y ai assisté plusieurs fois, peintres, photographes et sculpteurs s’y trouvaient en chair et en os et on pouvait plaisamment échanger avec eux. Par ailleurs il ne faut pas négliger le beau travail de notre archiviste municipal, David Descatoire, qui est en permanence à l’affut de tout ce qui touche à notre Patrimoine local sous toutes ses formes.

Répondre à Charlotte Massip Annuler la réponse

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )