16 septembre 2019 | 16:43
Vous etes ici:  / Libre opinion / Urbanisme / Et pourquoi Fontenay aux Roses ne contribuerait pas, à sa mesure, à la COP 21 ?

Et pourquoi Fontenay aux Roses ne contribuerait pas, à sa mesure, à la COP 21 ?

Il y a 2 ou 3 ans, un conseiller municipal de Fontenay aux Roses alors d’opposition et aujourd’hui adjoint au maire, armé d’une caméra thermique avait entrepris l’analyse de l’isolation thermique de nos bâtiments publics.

Le premier résultat obtenu, qui portait je crois sur une école, n’était pas brillant pour ne pas dire catastrophique.

D’autres bâtiments publics de la ville ne sont sans doute pas en meilleur état. Date de construction, matériaux de l’époque, etc…tout contribue à une performance énergétique très mauvaise comme l’avait montré le diagnostic général réalisé par la précédente équipe municipale qui avait démarré leur isolation dans le cadre d’un plan pluriannuel.
C’est bien une pollution inutile, et une déperdition d’énergie considérable.
Et en «chauffant l’extérieur des bâtiments», la ville gaspille beaucoup d’argent.
En se rappelant ce constat, et avec une conscience croissante de l’urgence d’agir, pourquoi notre ville de Fontenay aux Roses ne lancerait-elle pas une grande action écologique de mise à niveau urgente de son patrimoine urbain?
Cela pourrait prendre la forme d’un grand plan municipal que l’on pourrait intituler :
« Fontenay aux Roses, une ville qui s’engage fortement dans la transition énergétique » .
Mais bien entendu il faut financer un tel plan.
Pourquoi alors ne pas utiliser la plus grande partie de l’argent que nous avons décidé de consacrer à refaire la place de l’église ?
Cette place a été aménagée il y a un peu plus de 20 ans par l’équipe municipale de l’époque  (Monsieur Moizan). Elle avait fait l’unanimité lors de sa construction. Elle reste esthétiquement tout à fait convenable et n’est pas la copie conforme de ce que l’on voit fleurir ces dernières années partout ailleurs.
Certes elle a besoin d’une remise en état de la fontaine, du remplacement de quelques dalles, d’un bon nettoyage.
Eh bien, sur le 1,6 M€ que coute le projet de la place de l’église (tordons le cou tout de suite ici à l’argument fallacieux que ce projet ne coutera à la ville que 20% de cette somme: les 80 % proviennent du Département, donc des contribuables. Notons aussi que la somme totale de 1,6 M€ est définitivement acquise à notre ville qui peut s’en servir comme elle l’entend sur le projet qu’elle souhaite, et en l’utilisant pour la place de l’église qui n’en a pas un besoin urgent, c’est autant en moins sur les autres équipements publics), nous pourrions affecter 200 ou 300 000€ – ce qui est certainement un maximum pour ce qu’il est nécessaire de faire- pour effectuer cette remise en état.
Ce qui nous permettrait d’utiliser les 1,3/1,4 M€ restant au démarrage de notre grand plan municipal écologique. (Et je ne suis pas sûr que pour une rénovation énergétique de cette ampleur on ne puisse pas obtenir des subventions Européennes notables).
Alors bien sûr on pourrait se dire qu’une ville de Fontenay aux Roses vertueuse ça ne sera qu’une microscopique partie de l’effort à faire au niveau mondial.
Oui bien sûr, mais chacun doit faire sa part. Et surtout doit commencer.
Et puis pourquoi ne pas imaginer que notre grand plan municipal écologique puisse déclencher un réflexe identique dans les villes voisines ? Et partant de là….
Et puis franchement entre une place de l’église refaite et qui coute de l’argent et un grand plan municipal apportant sa contribution à la bonne marche de la planète et qui rapportera de l’argent par les économies dégagées, qu’est ce qui a le plus de gueule ?
Il est encore temps de changer nos priorités, mais ça devient vraiment urgent.
Daniel Marteau

3 RÉPONSES

  • Dominique GUILLOU

    Ben oui, mais outre que ce débat semble être à des années lumières des préoccupations de l’actuelle municipalité, comment en rendre compte en photos dans le Mag ou autres tracts (rubrique « avant/après ») ? Alors que les kiosques, les nouvelles poubelles de rue, ou la place de l’église, par contre ….

  • Merci Daniel pour cet article.
    Gardons espoir, à force de répéter et sous la pression des citoyens, les choses vont surement évoluer.
    L’isolation thermique des bâtiments à Fontenay est un sujet qui ne date pas d’aujourd’hui. Par exemple, il y a 15 ans, Jean-Jacques Fredouille (adjoint écologiste) avait demandé à ce que la construction de la médiathèque suive la norme HQE, on lui avait rit au nez …
    Il y a 15 ans, on en riait, malheureusement Monsieur Vastel et son équipe sont encore les seuls à ne pas comprendre et à s’accrocher, comme l’écrit Pascale Duplan à des « projets passéistes et poussiéreux »

  • Si je me souviens bien le conseiller municipal d’opposition sous Mr Buchet qui s’enchainait aux arbres c’est bien le même que celui qui maniait la caméra thermique, non?
    Il pourrait à l’occasion réactiver sa forte conviction écologique si elle est toujours présente?
    Et l’adjointe à l’environnement et aux espaces verts dans l’équipe de Mr Moizan, celle qui avait cautionné avec tant d’enthousiasme le dessin de la place de l’église, c’est bien la même que l’adjointe à la culture qui veut la refaire aujourd’hui, non?
    Considère t elle que son choix architectural de l’époque pour la place de l’église ne peut pas durer plus de 25 ans?
    Et sa conviction écologique? C’est le moment de montrer qu’elle est intacte!
    Sauf bien sûr si les vérités sont successives!
    JP Sevel

Répondre à Agnès Gillot Annuler la réponse

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )