17 janvier 2019 | 02:54
Vous etes ici:  / Coup de gueule / Libre opinion / Fléau des 2 roues motorisés : on attend l’accident

Fléau des 2 roues motorisés : on attend l’accident

Pour dynamiser nos commerces de proximité il faut un centre-ville agréable et apaisé. Sinon les gens ne viennent pas. Pourquoi venir dans un centre-ville encombré, bruyant et pollué pour faire vos courses si vous pouvez faire des achats regroupés et moins chers dans un centre commercial ailleurs ?

Pourtant la place du Général de Gaulle, à peine piétonnisée, est déjà redevenue un parking et un circuit de Formule 1 pour deux-roues motorisés. Tous les jours et soirs ils traversent la place et la rue piétonne, au mépris des panneaux de sens interdit et surtout au mépris de la sécurité des piétons.

Hier, en sortant de la boulangerie, j’ai failli me faire faucher par un conducteur de scooter qui passait en trombe sur le trottoir. Pour ceux qui aiment les courses à moto: on peut y assister aussi régulièrement à des rodéos qui durent parfois une heure. C’est spectaculaire, car les conducteurs font des roues arrière (wheelies) sans porter de casque.

Pourtant je ne baisse pas les bras. Il en va de la survie de notre centre-ville. Je continue donc à parler à ceux qui mettent les piétons en danger en roulant sur la place, et à ceux qui la défigurent en y garant leur deux-roues. Car un deux-roues mal garé en appelle un deuxième, un troisième, etc. Ils tuent le commerce local : personne n’a envie de se balader entre des scooters ou de manger une glace avec un deux-roues qui démarre sous son nez. Autant sortir à Vélizy 2, où il y a tous les magasins et aucun scooter, bruit, pollution, agressivité….

Je suis consterné par les réactions que j’obtiens. Jamais un conducteur ne m’a montré le moindre intérêt pour notre ville. La base c’est : « casse-toi, je t’emmerde ! ». Ou la version édulcorée : « ça fait 30 ans que je me gare là, et JE me gare LA Monsieur ! ». Ou plus pragmatique : « oui mais je fais comment pour me garer ailleurs ? » Et lorsque je pointe le parking pour deux-roues à seulement 40 mètres de nous on me répond : « Ouais, mais c’est trop loin, je travaille Monsieur ». Comme si je ne travaillais pas. Et comme si lui n’était pas en train de détruire ce qui distingue encore nos commerçants de Vélizy 2 : un centre-ville agréable, un VRAI village.

Je refuse de justifier un tel dédain pour notre ville et ses commerces par une histoire de « culture française ». Ca non. Il s’agit pour moi d’un comportement égoïste, agressif et inacceptable, contraire à l’intérêt des Fontenaisiens et de leurs commerces de proximité.

Je continuerai donc le dialogue, car je n’ai pas d’autre moyen pour protéger ma ville. Peut-être que ce blog générera du soutien ou des idées pour éviter cette spirale négative. Car, chers concitoyens, c’est aussi pour cela que je vous adresse ces mots.

En attendant de lire vos réactions, j’attends que le premier accident arrive. Car il va arriver bientôt, c’est certain. Habitant tout près, j’en serai peut-être même la première victime.

Stein Van Oosteren

10 RÉPONSES

  • J’ai fait le même constat concernant les motocyclistes qui, en août en tout cas, vont à toute allure dans la ville et font des démonstrations périlleuses de leur stupide habileté. Je me joindrai à toute réclamation sur ce point auprès de la municipalité de Fontenay-aux-Roses.

  • Que je sache, il existe une police municipale dans notre ville. N’est il pas dans sa fonction de régler ce genre de problèmes ? C’est en principe à elle de faire le nécessaire pour que ne cela ne continue pas.

  • Bonjour,

    Les expériences se suivent et ne se ressemblent pas.

    Je me suis trouvée assez récemment en face d’un vélo (monsieur très bien équipé) en haut de la rue Boucicaut, côté droit en remontant, au niveau de la pharmacie, sur le trottoir, en face d’un vélo qui n’a pas fait d’écart lorsqu’il m’ a croisé.

    Ce monsieur roulait dans le sens inverse de celui autorisé, il ne respectait, ni le code de la route, ni les piétons car pour éviter l’accident je me suis déportée sur la droite. Je rajouterai même que ce monsieur, si il est un lecteur du blog et qu’il se reconnaît n’a pas pris la peine de s’excuser pour la gêne occasionnée.

    Cela n’excuse en rien le comportement de certains motocyclistes bien entendu. Les incivilités sont multiples et je ne sais pas si il est possible de dire qu’elles ne sont faites que par une certaine catégorie d’individus !

    Françoise LETANG

  • 1/
    Petite précision : le code de la route précise que dans une zone 30, c’est-à-dire toutes les rues de FAR, « toutes les chaussées sont à double sens pour les cyclistes, sauf dispositions différentes prises par l’autorité investie du pouvoir de police. » (https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=AD89FBFD5221981BF4D68FFC68FF4089.tpdila21v_1?idArticle=JORFARTI000019274318&cidTexte=JORFTEXT000019274295&dateTexte=29990101&categorieLien=id.

    2/
    Les cyclistes et les piétons sont souvent rabroués à cause d’une mauvaise connaissance du Code de la Route. Personnellement je me fais klaxonner lorsque je sors du passage Letourneau et je traverse la rue en direction du kiosque à journaux en ligne droite. L’automobiliste, très fâché, m’explique alors que je dois faire un détour par le passage piéton devant la boulangerie. Pourtant, l’article que je viens de citer précise que dans une zone de rencontre, comme la place du Général de Gaulle, les piétons peuvent circuler partout sur la chaussée et ont la priorité partout.

    De la même manière, les cyclistes ne font pas toujours « n’importe quoi » en grillant le feu rouge. Car le Code de la Route prévoit un panneau « tourne à droite » permettant au cycliste de « griller » le feu rouge. Voici l’explication dans une vidéo assez drôle : http://reloadyoutube.com/video/MOqJz5MPIbQ. A Sceaux ce principe a même été généralisé en 2016 sans créer de danger : les cyclistes peuvent y griller de nombreux feux rouges. La ville a même reçu un trophée de la mobilité Île-de-France pour cela : http://www.leparisien.fr/sceaux-92330/sceaux-primee-pour-ses-mesures-en-faveur-des-cyclistes-24-11-2016-6371412.php. J’espère que FAR suivra ce bel exemple qui contribue à une circulation apaisée et à une ville plus agréable (l’objectif de FARàVélo).

    3/
    Mon écrit vise en effet le comportement dangereux, irrespectueux et particulièrement fréquent de certains motocyclistes. Ni plus, ni moins.

  • Bonjour,

    Que le cycliste puisse rouler dans les deux sens sur la chaussée ne me gêne absolument pas. Que je sois obligée de me déporter assez rapidement pour ne pas me faire renverser cela me dérange.
    Si vous trouvez que ce comportement est normal je comprends que le nombre d’incivilités soit en augmentation.

    Françoise LETANG

  • Madame LETANG a parfaitement raison.
    Certains cyclistes sont aussi dangereux sur les trottoirs que des scooters ou motos sur la chaussée.
    Sauf erreur rien n’autorise les vélos à circuler sur les trottoirs qui sont exclusivement réservés aux piétons.

  • HAMEL Louis-Maie

    De la même façon, « griller » les feux rouges n’empêche pas de respecter les règles les plus élémentaires de sécurité. Certains cyclistes semblent malheureusement l’ignorer.

  • Vernet Marcelle

    LAISSER UN COMMENTAIRE
    Quelle est la partie de la place du général de Gaulle classée zone e-rencontre ?

  • Elisabeth Geiger

    Empêcher la circulation près de la Place CDG est une aberration si on souhaite préserver le chiffre d’affaire des commerces de proximité. En semaine, rentrant du travail, il m’arrivait de faire un détour par le centre ville lorsqu’il était encore accessible sans que je sois obligée de remonter toute la rue Boucicaut pour aller chez les commerçants du haut.
    L’interdiction d’accès faisant perdre un temps important, je déserte maintenant le centre ville et vais faire mes courses dans une autre commune.
    Contribuer à accroitre les embouteillages sur l’avenue Dolivet entre la station service et la rue Petit n’est de surcroit pas compatible avec la protection des piétons ou cycliste aussi par l’exaspération que provoque chez certains automobilistes ou 2 roues le fait de se retrouver souvent coincés sur cette partie de route.
    Fontenay est une ville 30, traversée cependant par des départementales. Les extérieurs à la commune n’ont pas toujours conscience que la vitesse de circulation dans la ville est limitée … en 18 ans de présence sur Fontenay, je n’ai jamais vu une seule opération de la police municipale liée à une quelconque sensibilisation des automobilistes ou 2 roues sur nos axes routiers.
    Fluidifier le trafic peut aider à une meilleure sécurité de tous, faire l’inverse contribuera à augmenter le nombre d’accidents comme à Paris.

  • Catherine Courtois

    Désolé mais moi je ne me pousse pas ! le trottoir c’est pour les pietons ! point!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )