26 janvier 2021 | 15:35
Vous etes ici:  / Libre opinion / La possession et les réseaux sociaux

La possession et les réseaux sociaux

  • Mon fils, aujourd’hui nous allons commencer à étudier la possession et l’exorcisme !
  • Oh la la mon père, c’est une leçon compliquée encore…
  • Ne t’inquiète pas mon fils car comme à notre habitude nous allons prendre un exemple.

Wikipédia définit la possession comme cela : « une situation au cours de laquelle une personne est considérée comme étant habitée par une ou plusieurs entités surnaturelles (divinité, esprit, ancêtre, démon, etc.). De nombreux types de possessions ont été décrits dans des sociétés diverses. Il s’agit le plus souvent d’un esprit ou d’une divinité qui choisit d’investir le corps d’un être humain lors d’une cérémonie. Le possédé adopte un comportement social différent d’ordinaire et reconnu par les dévots comme la manifestation de l’entité surnaturelle. »

Aujourd’hui les manifestations de possession se voient le plus souvent sur les réseaux sociaux. Comme possédés par un démon, les internautes écrivent n’importe quelle imbécillité. Père Twittus nous a démontré il y a peu que même un(e) élu (e) avait réussi à insinuer tweeter toute la journée aux chiottes !

  • D’ailleurs, mon père, on en est où de cette histoire de chiottes ?
  • Mon fils, la première adjointe a arrêté de tweeter n’importe quoi. Mais père Twittus qui en a discuté avec Père Face-bookus m’a dit que cela n’était pas terminé !
  • Ah bon mon père mais comment cela ?
  • Père Face-bookus s’est aperçu d’une activité anormale à plusieurs reprises sur Facebook. Des profils suspects employaient les mêmes expressions que la 1ère adjointe et la même façon de parler agressivement. Très inquiet de cette nouvelle manifestation, il en a parlé à père Twittus. Cela a même fait l’objet d’un concile d’exorcisme. Il semblait que le démon de la tweet soit passé sur Facebook.
  • Mais enfin mon père, c’est complétement dément ce que vous me racontez là ! Comment ont-ils pu conclure cela ?
  • Très simple mon fils, le faux profil sur Facebook utilise les mêmes expressions que la 1ère adjointe ! Regarde mon fils ! Il s’agit d’un exemple avec une expression assez rare dans son utilisation « l’arbre qui tombe fait plus de bruit que la forêt qui pousse » :

Ahuri, le jeune séminariste ne sait plus quoi dire. Il bégaye et tente d’articuler quelque chose.

  • Mais, mais…mais mon père mais si c’est la même personne qui est sur plusieurs réseaux sociaux comment peut-elle vraiment s’occuper de sa délégation ? C’est impossible ! Et, et, et comment a-t-elle pu croire un seul instant que cela passerait inaperçu ? Les fontenaisiens ne sont pas idiots !
  • L’avenir nous le dira mon fils car après être passé de la 1ère adjointe à Mafalda Pinto, il semble que le démon soit passé à Paula Fereira. Nous allons devoir encore exorcisé ce faux profil afin que les fontenaisiens ne soient pas pris pour des c…. !

Michel Leloup

1 RÉPONSE

  • Jean-François Labelette

    D’après ce que l’on m’a dit, l’activité réseau-sociale de la première adjointe (quels que soient les noms qu’elle utilise pour cela) sur Twitter a repris (sans jamais n’avoir cessé sur FaceBook), et de plus belle (qu’elle soit aux ch… comme elle le dit si bien (cf. l’article LE SYLLOGISME, LE CHIOTTE ET LE TWEET) ou ailleurs, on s’en moque un peu).
    Les rituels d’exorcisme sembleraient n’avoir été efficaces que très peu de temps. Père Twittus et père Face-bookus ne pourraient-ils pas conjuguer leurs efforts pour que les effets (l’immunité ?) puissent durer significativement plus longtemps ?
    Je n’y connais rien en exorcisme et ne pourrais donner de conseils. Le frère Primus Praetor Gallus qui en est proche pourrait intervenir pour que cela cesse. À moins qu’il considère que cela serve ses intérêts. Est-ce que cela sert celui des Fontenaisiens (à part faire douter les 20% d’entre eux en âge de voter qui les ont élus sur le choix qu’ils ont fait fin juin ; bon aller, il doit bien y avoir 5% de farouches convaincus) ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )