25 janvier 2020 | 08:34
Vous etes ici:  / Libre opinion / Les communistes de Fontenay ne se tromperaient-ils pas d’élection ?

Les communistes de Fontenay ne se tromperaient-ils pas d’élection ?

Pour les municipales, les communistes de Fontenay indiquent dans un tout récent tract leur décision de ne pas participer aux listes de S. Bourdet ni de G. Mergy pour les prochaines municipales, sans exclure pour l’instant un rapprochement avec celle de P. Buchet.

Cette décision est parfaitement respectable bien entendu, mais les motifs me choquent.

De quelle élection parle-t-on?

Élection présidentielle ? Élection des députés ? Elections européennes? Des élections pour lesquelles le choix de donner une couleur à la représentation nationale est important.

Mais une élection municipale c’est avant tout soutenir un projet, une vision, un futur pour une ville. 

Pour Fontenay en particulier c’est en plus de retrouver une gestion démocratique de la ville,  en même temps que la volonté d’impliquer réellement, honnêtement et totalement les habitants dans son évolution. 

L’argument développé par les communistes de Fontenay que l’on ne pourrait pas s’associer à tel ou tel candidat parce qu’il y aurait dans sa liste, écrivent-ils : « des soutiens revendiqués de Macron » , s’il peut avoir une certaine valeur pour un scrutin national m’apparaît complètement décalé quand il s’agit des intérêts locaux .

Des personnes provenant de différents horizons politiques ne seraient donc pas capables de se réunir pour un projet local au delà d’éventuelles  divergences sur des grandes orientations politiques nationales?

Les communistes de Fontenay écrivent aussi : «  il est trompeur de prétendre dépasser les clivages gauche droite ou même apolitiques ». 

C’est pourtant mon avis, encore une fois pour une élection locale et pourtant je ne crois tromper personne en disant cela. Il ne m’étonnerait d’ailleurs pas que d’autres fontenaisiens pensent comme moi.

Les communistes de Fontenay poursuivent dans leur tract : « Tous ceux qui ont défendu de telles prétentions ont fini par mener une politique de droite en faveur des plus aisés et des plus riches comme nous le rappelle l’exemple actuel d’En Marche et d’ Emmanuel Macron ».

Peuvent-ils apporter la preuve qu’au niveau local cette assertion est systématiquement avérée?

Je m’inscris en faux. 

De très nombreuses communes regroupent des personnes de sensibilités diverses autour d’un projet pour une ville sans qu’ils finissent pas mener « des politiques de droite pour les plus riches« . Il n’y a aucun automatisme là dedans.

Mais enfin, y a t il dans les listes concurrentes à celle de L.Vastel  des personnes dont les valeurs ( ou plutôt  le manque de valeurs ) les rendraient infréquentables? Et de ce fait avec qui il serait impossible de partager une vision commune de Fontenay demain?

Ces sentences assénées dans le tract des communistes de Fontenay sont bien trop peu nuancées pour être m’apparaître recevables.

Les communistes de Fontenay avaient récemment écrit dans une tribune du Mag qu’ils attendraient de connaître les programmes des candidats pour définir leur position. Ce qui apparaissait correspondre à une approche pragmatique répondant à l’intérêt local .

Aujourd’hui contrairement à ce qu’ils écrivaient il y a quelques mois, sans connaître les programmes, ils ont déjà fait un choix, ou plus exactement ils en ont exclu certains, pour des raisons d’alliances politiques nationales exclusivement.

Dans ce même tract, ils parlent de « cohérence » de leur position. Cette évolution en quelques semaines seulement ne me semble pas en être une preuve flagrante.

En ce sens, je me demande s’ils ne se trompent pas d’élection. 

Et de ce fait je ne suis pas du tout convaincu qu’ils servent ce que je crois, j’espère,  être quand même leur objectif, au moins localement, d’un retour à une vraie démocratie demain à Fontenay.

Daniel Marteau

1 RÉPONSE

  • Le problème, M. Marteau, est que l’argumentation du PCF cache sans doute des motivations très différentes de celles affichées.
    Ecrire, comme vous le citez, « il est trompeur de prétendre dépasser les clivages gauche droite ou même apolitiques » aurait un sens si LREM ou un de ses alliés soutenait la liste de Gilles Mergy, ce qui, nous le savons, n’est pas le cas. C’est donc un faux argument.
    En revanche, les communistes ont le droit d’écrire qu’ils ne veulent pas être associés à une liste contenant « des soutiens revendiqués de Macron ». C’est un argument que je peux entendre, étant directement concerné. Mais j’ai été suffisamment longtemps membre ou compagnon de route du PCF pour savoir que, dans ce cas, il négocie le retrait des gêneurs. Et personnellement, je me serais retiré sans rechigner, mon ambition n’étant pas d’être élu mais de faire élire une nouvelle génération de candidats.
    Le mystère reste donc entier : quelle est la réelle motivation des communistes dans cette élection municipale ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )