17 janvier 2019 | 03:03
Vous etes ici:  / Démocratie Participative / Osez écrire, osez … aimer Fontenay

Osez écrire, osez … aimer Fontenay

En réponse à une idée d’article pour osez-Fontenay, une amie m’écrivait récemment « Bienvenue dans le coin des râleurs !;-) ». Phrase qui m’a interpelée et questionnée. Osez-Fontenay, pourquoi les initiateurs de ce site ont-ils choisi ce titre? Oser à l’impératif mais qui va oser ? Oser quoi ? J’ai alors pensé à Pierre Rabhi qui raconte l’histoire du Colibri :

Le Tatou : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! » Et le colibri lui répondit :« Je le sais, mais je fais ma part. » Pierre Rabhi nous dit « J’invite chacune et chacun à faire sa part, comme le colibri, pour éteindre le feu. » C’est l’idée qu’il n’y a pas de petites choses et des grandes choses mais que les grandes choses ne sont constituées que de nombreuses petites choses. Il n’y aura pas, sur ce blog, de grands articles et des petits articles, des bons et des moins bons. Chaque auteur fera sa part et contribuera à faire que osez-Fontenay devienne grand et fasse sa part lui-même pour la vie et la dynamique Fontenaisienne.

Et quel est le rapport avec le « coin des râleurs » ?

Eh bien, je pense que faire sa part pour la dynamique de Fontenay nécessite d’arrêter de râler, le dénigrement comme le fait la majorité actuelle et surtout d’aimer notre ville, il faut oser aimer Fontenay. Je cite quelques écrits de la majorité dans Fontenay Mag :

  • “une administration municipale affaiblie par des années de gestion approximative et malmenante, des annonces nombreuses fondées sur du vide, des injonctions paradoxales, des arrangements avec la vérité “ (Juin 2014 )
  •  “La saleté de notre ville délaissée depuis plusieurs années “ (Octobre 2014)
  • Photos du Fontenay mag d’octobre 2014
  • Pamphlet de M. Ribatto contre la gestion des communistes (y compris les ex-adjoints) au conseil municipal de novembre.

Comment peut-on aimer une ville, prétendre agir pour elle et la critiquer comme le fait la majorité municipale actuelle ? Cela me semble incompatible. Alors je le crie bien fort, j’aime Fontenay, j’aime me promener dans ma ville et discuter avec les gens. Je n’ai jamais trouvé que mon quartier était sale, je me suis toujours sentie en sécurité et je n’ai pas peur de rentrer chez moi à pieds le soir à la sortie du dernier RER.

Voilà, écrivez sur ce blog, faîtes le colibri, râlez juste ce qu’il faut et surtout osez aimer votre ville Fontenay-aux-Roses.

Agnès Gillot

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )