20 avril 2021 | 00:23
Vous etes ici:  / Libre opinion / Un message de l’administrateur d’Osez Fontenay

Un message de l’administrateur d’Osez Fontenay

Chers lecteurs, chers contributeurs

Je souhaite partager avec vous deux informations, en toute transparence  :

  • En tant que « directeur de la publication d’Osez Fontenay », j’ai été entendu au commissariat de police de Chatenay-Malabry mardi 16 mars, dans le cadre d’une plainte déposée par un élu de la majorité municipale de Fontenay-aux-Roses à propos d’un article publié le 4 mars matin. Cet article a été modifié le 4 mars en début d’après-midi suite à une réaction de l’élu concerné, puis retiré le 9 mars dès que j’ai eu connaissance du dépôt de plainte.
    J’ai fait valoir :
    • les raisons qui m’ont conduit à publier l’article incriminé (pas de mise en cause personnelle de l’élu au-delà des délégations qui lui ont été confiées) ;
    • ma volonté d’apaisement en proposant et publiant très vite une modification de l’article ;
    • et enfin mon souci de ne pas entretenir un éventuel « trouble à l’ordre public » en retirant l’article dès que j’ai eu connaissance du dépôt de plainte.

      J’ai été informé le jeudi 18 mars que cette plainte était classée sans suite.

      Les auteurs d’articles et de commentaires sur Osez Fontenay ont peut-être parfois pensé que mes prédécesseurs et moi étions trop sourcilleux quand nous leur demandions de modifier certaines formulations… La suite a montré que nous ne l’étions peut-être pas toujours assez ! Mais cela ne nous empêchera pas de continuer à vous laisser vous exprimer librement, dans le respect des lois.

  • Dès la relance du blog, fin octobre 2020, je vous avais annoncé notre intention de protéger le nom « Osez Fontenay ». Nous avions déjà engagé les démarches de dépôt de marque auprès de l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle). Je suis donc très heureux de vous informer de l’aboutissement de la procédure : je suis maintenant, en tant que représentant des amis du blog, propriétaire officiel de la marque « Osez Fontenay » ! Personne ne pourra plus nous la contester ou tenter de l’usurper sans risque pénal.

    Pour mémoire, nous avions identifié fin janvier un compte Twitter qui usurpait notre identité. Nous avions pu le faire supprimer en fournissant les pièces démontrant la procédure de dépôt en cours.

Cordialement.

Michel Giraud
Administrateur d’Osez Fontenay

4 RÉPONSES

  • Léa-Iris Poggi

    Le blog Osez Fontenay a le mérite d’apporter une information différente de la communication officielle. Plutôt que d’y voir une richesse, certains y voient une menace et tenteront de faire fermer ce blog par tous les moyens. Je rappelle donc aux personnes qui voudraient faire fermer ce blog l’article 11 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen que “La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.”
    Et je remercie tous les blogs qui participent à l’effectivité d’un de nos droits les plus précieux. C’est grâce à eux que les citoyens peuvent s’exprimer et s’informer beaucoup plus librement que s’il n’existait qu’un seul vecteur de l’information municipale.

  • Alain Lhémery

    Fidèle lecteur d’Osez Fontenay (et modeste contributeur), je suis aussi un fidèle lecteur du Canard Enchaine.
    Au premier de ces « titres », j’ai bien en tête l’article qui a fait l’objet de que vous relatez : un fait fontenaisien et un peu d’humour typique de son auteur (personnellement, que j’apprécie).
    Au second de ces titres, donc lecteur d’une presse libre, sans publicité, à la longue histoire (plus d’un siècle), d’une grande importance à mon avis pour notre démocratie, je suis fasciné qu’un élu local ait pu d’une part s’offusquer de l’article publié, d’autre part en être tellement ému qu’il a pu imaginer porter plainte et donc imaginer que cela avait une quelconque chance d’aboutir. Parce que le Canard aurait son rond de serviette dans tous les tribunaux s’il devait être interpelé à chaque fois qu’il publie une ligne).
    Il suffirait que cet élu ému ouvre une fois le Canard (en vente en kiosque ou parfois trouvable sur la voirie ou dans un de ses nids de poules (c’est de l’humour, mais il vaut mieux expliquer : le Canard dans un nid de poules, haha, haha, c’est bon ?) pour qu’il puisse relativiser et faire la prochaine fois appel à sa raison plutôt qu’à sa seule émotion.
    On espèrerait en effet que la raison soit aux manettes pour que notre cité soit gérée comme il le faut.

  • Astrid Brobecker

    Merci Michel Giraud pour cette information.

    Le fait d’avoir usurpé l identité d’Osez Fontenay est un délit puni par la code pénal : L’article 226-4-1 du Code pénal dispose que « le fait d’usurper l’identité d’un tiers ou de faire usage d’une ou plusieurs données de toute nature permettant de l’identifier en vue de troubler sa tranquillité ou celle d’autrui, ou de porter atteinte à son honneur ou à sa considération, est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende. Cette infraction est punie des mêmes peines lorsqu’elle est commise sur un réseau de communication au public en ligne ».

    Le délit d’usurpation d’identité en ligne suppose pour l’auteur des faits de faire usage d’une ou plusieurs données de toute nature permettant d’identifier une personne physique ou morale. Il est donc constitué et l’auteur est facilement identifiable via quelques empreintes numériques.

  • Louis-Marie HAMEL

    Il y a les amateurs d’humour et les susceptibles… Les amateurs de journaux satiriques, ceux qui les détestent. Peut être faut il choisir ses lectures pour ne pas être susceptibilisé. Il n’y a pas d’obligation à lire ce blog. Il y en a sans doute qui conviennent mieux. Mais ce n’est qu’un point de vue personnel, bien entendu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )