16 mai 2021 | 20:06
Vous etes ici:  / Libre opinion / Elections départementales, soyons concrets : Aide Sociale à l’Enfance et protection de l’environnement

Elections départementales, soyons concrets : Aide Sociale à l’Enfance et protection de l’environnement

Quelques constats :

  • L’aide sociale est LA mission majeure des départements, qui y consacrent en moyenne plus de 50% de leur budget ;
  • L’Aide Sociale à l’Enfance ne brille pas, dans les Hauts-de-Seine comme dans les autres départements, par la qualité des résultats obtenus, notamment quand les mineurs sortent du dispositif en devenant majeurs ;
  • Le département des Hauts-de-Seine est le département français le plus dense en population après Paris (plus de 9200 habitants au kilomètre-carré). Les grands espaces verts n’y sont pas si nombreux : parc de Saint-Cloud, forêt de Fausses-Reposes, forêt de Meudon, Parc de Sceaux ;
  • C’est aussi un département traversé par de nombreux grands axes de circulation vers Paris : D920, D906, N118, D10, A13, D913, A14, A15… Sans oublier l’A86… Mais qui ne brille pas par la qualité de ses infrastructures cyclables, ni par la qualité de ses incitations à la pratique du vélo ;
  • La protection de l’environnement ne fait pas partie explicitement des missions des départements, mais devrait être une préoccupation implicite de tous les acteurs de la vie politique.

Quelques propositions :

Partant de ces constats, je me permets de faire quelques suggestions concernant l’Aide Sociale à l’Enfance dans les hauts-de Seine :

  • Pour les 16-18 ans, développer les contrats d’apprentissage dans le domaine de l’entretien des espaces verts, publics ou privés ;
  • Pour les 16-18 ans, développer les contrats d’apprentissage dans le domaine de l’entretien/réparation des vélos, mécaniques ou à assistance électrique ;
  • Pour les plus de 18 ans, développer les contrats « jeunes adultes » et les entreprises d’insertion dans les domaines de l’entretien et la rénovation des vélos (il y a un manque criant !) et de l’entretien des espaces verts privés (où les prix actuels sur le marché sont prohibitifs !)

Michel Giraud

1 RÉPONSE

  • Françoise Létang

    Bonjour,
    Développer ces contrats d’apprentissage dans des domaines créateurs d’emplois serait une très bonne initiative en effet mais il faut tout de même offrir à tous ces jeunes concernés par l’ASE un choix aussi large que pour les autres, la société ne doit pas se contenter de propositions restreintes elle doit les intégrer complètement avec toutes les possibilités d’accéder à une formation de leurs choix. Après 18 ans, ils se retrouvent dans une chambre d’hôtel, sans appuis (hormis éventuellement une assistante sociale), je n”ai rien contre les assistantes sociales mais à un moment il faudrait arrêter de faire du saupoudrage, ces jeunes n’ont rien demandés, ils sont ballottés comme des exclus de la société, il faudrait les intégrer au sens large pour en faire des femmes et des hommes fières, et non les faire stagner dans ce sentiment de honte qu’ils supportent, cela éviterait le processus de répétions qui s’enclenche de génération en générations.
    Nous sommes dans une société formatée pour créer des cases, sommes nous en 2021 ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )