18 juillet 2024 | 00:44
Vous etes ici:  / Libre opinion / Élections sénatoriales : où sont passées les femmes tête de liste ?

Élections sénatoriales : où sont passées les femmes tête de liste ?

La constitution du 4 octobre 1958 prévoit un fonctionnement bicamériste à savoir comprenant deux chambres (78 parlements bicaméristes sur 190).

Les Etats-Unis, le Mexique ou plus proche de nous, le Royaume-Unis fonctionnent également ainsi. Dans ce cas, il y a une chambre dite “basse” – Assemblée Nationale pour la France et House of Commons pour l’Angleterre – et une chambre dite “haute” – Sénat pour la France et House of Lords pour l’Angleterre. Les membres de ces chambres sont élus démocratiquement.

En France, le dimanche 24 septembre 2023, une moitié du Sénat a été renouvelée. Le département des Hauts-de-Seine fournit sept sénateurs sur 348 sièges et a vu la candidature de 8 listes. Sur ces huit listes, seules deux étaient menées par des femmes, à savoir la liste dissidente Les Républicains et la liste NUPES.

Cette inégalité dans la direction des listes ne se retrouve pas dans les résultats puisque 3 femmes ont été élues sur les 7 sénateurs. Cela a été possible grâce à l’obligation légale de la parité dans les départements à scrutin de listes à la représentation proportionnelle (départements avec plus de 3 sénateurs).

Rappelons toutefois que l’Assemblée Nationale est composée de 38,8 % de femmes et que le Sénat est composé de seulement 35,1 % de femmes. Or, bien des pays et pour certains peu réputés pour l’égalité femme/homme, présentent des résultats bien meilleurs.

Ainsi, en Bolivie, la représentativité des femmes dans la chambre haute est de 55,6% et au Mexique la chambre haute est composée de 50,4 % de femmes. L’Afrique du Sud (44,4%), l’Argentine (43,1%), l’Autriche (48,3%), le Burundi (41%), le Zimbabwe (45%) ont également une nette longueur d’avance.

En conclusion, l’égalité femme/homme prend beaucoup plus de temps que prévu à être mise en oeuvre malgré la mise en place des premières obligations légales il y a plus de vingt ans (loi du 6 juin 2000). Il reste encore du travail !

Léa-Iris POGGI
Conseillère municipale indépendante
lea.poggi.fontenay@gmail.com 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )