28 juin 2022 | 08:09
Vous etes ici:  / Libre opinion / L. Vastel sévèrement battu aux législatives

L. Vastel sévèrement battu aux législatives

Sur notre circonscription (Clamart, Châtillon, Fontenay-aux-Roses et le Plessis Robinson), le second tour opposera JL Bourlanges (majorité présidentielle) qui a obtenu 30,80% des voix à C. Thomas (NUPES) arrivée deuxième avec 29,72%.

B. Blot (LR) est arrivé troisième avec 13,10%. L. Vastel (UDI), maire de Fontenay-aux-Roses et ex conseiller départemental finit en 5eme position avec 5,93% des voix.

Sur Fontenay-aux-Roses dont il est maire depuis 8 ans, L. Vastel est aussi sévèrement battu puisqu’il n’obtient que 15,18% des suffrages loin derrière C. Thomas (33,71%) et JL Bourlanges (27,4%).

A noter que dans une configuration proche, P. Laurent (maire UDI de Sceaux), obtient 22,77% des voix sur sa commune et 16,49% des voix sur la circonscription.

Lors de sa défaite aux élections départementales en juin 2021 face à A. Brobecker (EELV), L. Vastel avait souligné qu’il était arrivé en tête à Fontenay-aux-Roses. Ce n’est plus le cas cette fois.

Il s’agit donc d’un véritable désaveu pour le Maire actuel de Fontenay-aux-Roses. Malgré le soutien de la quasi totalité des élus de la majorité municipale (y compris le chef de file LR qui a refusé de soutenir B. Blot), les Fontenaisiens ont fait passer un message très clair : ils ne font plus confiance à L. Vastel pour les représenter et agir en leur nom. 

En se présentant aux législatives, L. Vastel avait indiqué implicitement qu’il ne souhaitait plus être Maire (il aurait été obligé de démissionner s’il avait été élu). A la suite de sa large défaite, la question que l’on peut se poser aujourd’hui est la suivante : est-il toujours légitime comme Maire de notre commune ? 

Gilles Mergy

2 RÉPONSES

  • Sophie Faitrop-Cauden

    La question de votre conclusion me paraît essentielle.

  • Alain Lhémery

    Tout le problème, c’est qu’il y a des électeurs qui se projettent dans l’avenir, à la différence de Mr Vastel qui a pu déclarer : “J’ai du mal à me projeter en 2050. J’aurai 90 ans ; je ne serai plus maire”. Quelle vision ! Tout s’explique sur ce qui se passe dans la commune ou ne se passe pas alors que cela devrait.
    Ce sont les électeurs qui ont choisi de l’aider à se projeter. Certes, de façon indirecte.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )