30 septembre 2020 | 17:24
Vous etes ici:  / Libre opinion / La place de l’Eglise réaménagée : quelles leçons pour la place du Général de Gaulle ?

La place de l’Eglise réaménagée : quelles leçons pour la place du Général de Gaulle ?

Notre ville Fontenay-aux-Roses vient de réaménager sa place de l’Eglise. Bientôt ce sera au tour de la place du Général de Gaulle, quelques mètres plus loin. Il y a forcément des leçons à tirer du premier réaménagement pour mieux préparer le deuxième. C’est ce que notre groupe de travail a fait en faisant le bilan ci-dessous sur l’aménagement de la place de l’Eglise.

Ce bilan n’est pas destiné à polémiquer mais à profiter des « erreurs » faites en aménageant la place de l’Eglise. Des erreurs on en fait forcément : la perfection n’existe pas et le mieux sera toujours l’ennemi du bien.

Les goûts ne se discutent pas…
Premier constat : les avis divergent fortement. L’un trouve la place glissante, l’autre dit qu’elle ne glisse pas. L’un la trouve jolie, l’autre la trouve moche. L’un est perturbé par l’absence de code couleurs (où faut-il marcher ?), l’autre trouve au contraire cette surface unicolore très agréable et propice à la rencontre.

Pour tirer des leçons, il faut donc être plus précis et aller dans le détail.

Des arbres s’il vous plaît !
Un détail a choqué tout le monde : l’absence de végétal. Il est vrai que depuis quelque temps l’aspect minéral a été atténué par 6 gros pots contenant des plantes. Mais ce qui manque cruellement ce sont des arbres.

D’abord parce que les arbres apportent de l’ombre et surtout ils ont, par leur présence végétale, un effet apaisant indéniable sur notre organisme. Cet effet apaisant est prouvé scientifiquement : dans des quartiers sans arbres, les gens sont davantage malades.

Ensuite, les arbres apportent un peu d’intimité. Car sur la place telle qu’elle a été aménagée, on se sent trop exposé. « Ce n’est pas le premier endroit où je vais m’asseoir pour lire mon journal tranquillement. Mieux vaut aller sur la place du Général de Gaulle pour ça ».

Les bancs
Point important et positif : les bancs, avec dossier, sont confortables. Mais leur configuration est un peu austère. Comme si on attendait un train sur le quai du RER. Pour la place du Général de Gaulle on pourrait imaginer des bancs un peu plus « fun » et originaux.

Le revêtement
On apprécie la couleur jaune (« ton pierre ») du revêtement, qui crée une place lumineuse. En revanche les trottoirs en bitume noir, à l’aspect bon marché et peu esthétique, jurent très fort avec la surface de qualité devant l’église. Ces trottoirs seront aussi très chauds en été.

Le stationnement
Le vélo peut se garer sans problème grâce aux arceaux. Pour les voitures il y a les places minute et les places en zone bleue, dont le marquage bleu manque encore. Souci : certains automobilistes se garent sur le terre-plein, ce qui rend la circulation dangereuse. Une bonne leçon donc pour la place du Général de Gaulle: repérer ce type de zones propices au stationnement sauvage en amont. Cela permet d’imaginer déjà une solution esthétique (bacs à fleurs par exemple).

La circulation
Pour créer une place du Général de Gaulle plus ouverte et avec plus d’allure, il est prévu d’intégrer le parvis de la Mairie dans la place des Marronniers. Une telle « grande place du Général de Gaulle » sera plus esthétique que le « bric-à-brac » actuel : un parking devant la Mairie enclavé par un muret pas très joli, caché derrière une file de voitures garées, devant une rue qui tranche avec une autre place, celle des Marronniers.

En vue de notre future « grande place du Général de Gaulle », regardons attentivement comment l’architecte a tenté de créer une « grande place de l’Eglise ». Il a voulu intégrer la rue dans la place en utilisant un revêtement homogène. Le résultat est effectivement une grande surface d’une couleur plus ou moins homogène. Mais l’intégration n’est pas totalement réussie pour au moins deux raisons.

Premièrement, le piéton est confronté à une véritable forêt de potelets. Visuellement on se demande : « où doit-on traverser ? ». Pour la place du Général de Gaulle on pourrait éviter cette forêt en la remplaçant par des bornes en pierre plus basses et plus esthétiques. Ces bornes empêchent le stationnement sauvage tout aussi bien que les potelets.

Deuxièmement, l’automobiliste ne voit pas qu’il approche une « grande place de l’Eglise » où il y a aussi des piétons et où il faut donc ralentir. Il a au contraire l’impression de se trouver dans un couloir protégé où il peut accélérer pour passer au feu juste après:

Cet effet de « tunnel » est renforcé par une différence de niveau : la chaussée est littéralement creusée à travers la place. A cet effet accélérateur s’ajoute une autre mesure étonnante : les ralentisseurs ont été supprimés. Bref, la place de l’Eglise n’est pas vraiment une grande place intégrée et apaisée qui encourage la rencontre.

Ce manque d’intégration doit être évité sur la future place du Général de Gaulle qui, quant à elle, est une vraie « zone de rencontre » au sens du Code de la Route. Peu le savent, mais une zone de rencontre est censée être un lieu uniforme où voitures et piétons se rencontrent de façon apaisée. En d’autres termes: pas une route qui coupe une place ! Evidemment, cette rencontre ne peut se pratiquer qu’à condition que tous les utilisateurs fassent attention : c’est pourquoi la vitesse y est limitée à 20 km/h. Le piéton y a la priorité absolue, même au milieu de la chaussée. Les cyclistes peuvent y circuler dans le deux sens.

Leçons à tirer
A recommander pour la nouvelle place du Général de Gaulle :

Préserver un nombre important d’arbres (ce qui correspond à la volonté de la Mairie) ;
Eviter un revêtement noir d’un aspect peu qualitatif ;
Choisir des bancs confortables, si possible originaux et disposés d’une façon pas trop « austère » ;
Repérer les zones propices au stationnement sauvage pour imaginer des solutions esthétiques;
Le groupe préconise une place totalement piétonne, donc sans voitures roulantes ou garées. Non pas par idéologie « anti-voiture » mais pour préserver au moins un tout petit bout de notre centre-ville de la pénétration automobile. Le quotidien de l’automobiliste ne changera pas dramatiquement : au lieu de se garer devant le Café du Marché, il pourra se garer 50 m. plus loin dans le parking sous le marché quasi-vide la plupart du temps;
Eviter l’effet de « tunnel automobile » observé sur la place de l’Eglise. Plusieurs mesures permettront de créer une véritable zone de rencontre apaisée. Je n’en nommerai qu’une ici, qui me semble la plus importante et efficace : en approchant la place, la voiture doit monter sur un plateau pour prendre conscience qu’il n’est pas dans « son tunnel » mais qu’il pénètre dans un espace partagé avec d’autres utilisateurs.

Conclusion
Notre groupe va bientôt travailler avec la Mairie sur les premières propositions pour la place du Général de Gaulle, actuellement en cours de préparation par un bureau d’étude. Je vous encourage à nous envoyer vos conseils et observations par mail (steinvanoosteren@hotmail.com) pour que notre groupe puisse les prendre en compte dans le cadre de ce dialogue.

(Pour voir les photos : http://oosterenvan.blogspot.fr/2017/04/la-place-de-leglise-reamenagee-quelles.html)

Stein Van Oosteren

10 RÉPONSES

  • Si on veut créer un vrai lieu de rencontres, et un lieu de vie, il faudrait qu’il puisse quelques petits « jeux » pour les enfants… mais il faut absolument que cela devienne entièrement piéton pour éviter d’enfermer cette aire de jeux dans des barrières.

  • Les pavés posés sur la route procurent des nuisances sonores pour les riverains qui ne peuvent plus ouvrir les fenêtres quand il fait chaud.
    De plus la limitation de vitesse à 30 n’est pas respectée.
    Suite à l’essai de la fontaine j’ai pu constaté que celle-ci faisait beaucoup de bruit qui est très dérangeant et continuel.

  • Il me semblait que les commerçants et les riverains avaient été consultés sur les travaux de cette place ?
    Question : Qui sont « notre groupe » ?
    Préserver un nombre important d’arbres (ce qui correspond à la volonté de la Mairie) ? c’est tout nouveau ! alors que la mairie a supprimé au moins un arbre pour construire un kiosque et un second car il gênait celui qui était à coté …
    A Sceaux, pour prendre une ville proche avec un Maire UDI, quand M. le Maire veut du dialogue il invite toute la population pour « parler ensemble du centre ville » et il le fait savoir par des grands kakemonos dans toute la ville ! A Fontenay cela se fait avec « un groupe » à qui nous devrions envoyer nos conseils pour que « le groupe » en informe M. le Maire ! Vous prenez les Fontenaisens pour qui ? Tous les Fontenaisiens peuvent tout aussi bien que « votre groupe » dialoguer avec le premier magistrat de notre ville ! C’est beau la démocratie participative !

  • Merci pour vos réactions ! J’y réponds point par point pour faciliter le dialogue.
    1/ « jeux pour enfants » : d’après mes informations ils sont plutôt prévus sur coulée verte juste à côté qui va connecter la place du GdG au Théâtre.
    2/ piétonisation intégrale de la place : cette mesure évite en effet l’enfermement de la place dans des barrières. Je dirais que cette mesure fera de la place une VERITABLE place au lieu d’un carrefour avec des parkings partout et des arbres au milieu.
    3/ pavés = bruyant : cette remarque sera prise en compte dans nos échanges avec la Mairie.
    4/ limite de 30 km/h n’est pas respectée : le blog en identifie une cause : l’aménagement n’incite pas les automobilistes à ralentir mais au contraire à accélérer. Nous recommanderons donc d’éviter cette erreur pour la place du GdG. Par exemple par des ralentisseurs ou en créant un plateau pour signaler à l’automobiliste qu’il entre dans un lieu de rencontre, « dans la foule » donc. Cette mesure sera d’autant plus importante pour la place du GdG du fait qu’elle est une Zone de Rencontre limité à 20 km/h au lieu de 30 km/h.
    5/ « Qui est votre groupe » : 24 Fontenaisiens qui ont été intéressés par l’initiative, laquelle a été publiée entre autres dans le FontenayMAG. Pour faire la transparence j’ai publié aussi des articles sur deux blogs fontenaisiens et le mien :
    Voici le début : http://oosterenvan.blogspot.fr/2016/04/mairie-et-citoyens-dessinent-lavenir-de.html
    Voici un bilan provisoire : http://oosterenvan.blogspot.fr/2017/01/ou-en-est-le-groupe-de-travail-sur-la.html. Vous pouvez me reprocher de ne pas publier des comptes rendus, de ne pas publier les noms des participants, et sans doute d’autres manquements encore. Mais pourquoi ne pas investir cette énergie – très peu constructive à mon sens – dans une cause constructive en vous montrant sincèrement intéressée par ce projet et par ce dialogue et en proposant votre aide ?
    6/ Préserver un nombre important d’arbres : oui la Mairie a toujours affirmé et confirmé qu’elle entend préserver le caractère arboré de la place. Notre groupe est, après moult et difficiles discussions, d’accord pour diminuer le nombre d’arbres en clairsemant (supprimer 1 sur 2). Raison : pour permettre aux arbres de mieux se développer et pour donner plus de place à la convivialité et aux activités que cette place centrale est amenée à accueillir. Bientôt – avant l’été – nous discuterons avec la Mairie sur le nombre d’arbres précis qui sera choisi. Notre objectif consistera à préserver au moins la moitié des arbres et sur toute la place, de façon à préserver effectivement une place entièrement arborée.
    7/ Sylvie Lours met en doute la légitimité du groupe : pour cette critique je vous renvoie au Maire. Je me permets d’ajouter deux observations personnelles basées sur mon expérience avec le groupe. A/ Comme vous j’aurais préféré que ce soit le Maire qui organise une consultation et que celle-ci ne dépende pas d’un simple citoyen. B/ Les grandes consultations plénières sont inadaptées pour aboutir à un résultat concret et soutenu de tous. Car tout le monde crie tout et son contraire, et ensuite la Mairie y prendra ce qui l’intéresse. Pour vraiment influencer le résultat il faut un petit groupe très motivé pour travailler sérieusement, et pendant une certaine période, pour s’entendre sur projet concret, cohérent et surtout soutenu de tous. Je crois que nous avons un groupe qui correspond à ce critère.

  • Madame Lours vous avez entièrement raison, en chemin toute la notion de « démocratie participative » a disparu.
    Lorsqu’il est question d’un centre Ville il est important d’y associer tous les Fontenaisiens.
    Que faites vous monsieur Van Oosteren des Fontenaisiens qui ne veulent pas participer « à votre groupe », ils en forment un autre ? et si ils ne veulent pas faire partie « d’un groupe », vous pensez que le projet ne les intéressent pas pour autant ?
    En agissant de la sorte vous mettez en péril l’existence d’une démocratie participative à Fontenay. C’est déjà une volonté de la Mairie, vous ne faites que l’appuyer !

  • Très grand Merci Françoise ! Je suis complètement d’accord avec vous, le centre ville concerne tous les Fontenaisiens et la démocratie participative grâce à vous Monsieur Van Oosteren va complètement disparaître de notre ville !

    Tout est dit et bien dit dans la réponse de Mme Letang.

    Un éclaircissement sur « les grandes consultations plénières » comme vous les nommez ! L’association des citoyens aux choix politiques de la citée, ne sont pas inadaptées, bien au contraire ! Elles prennent plus de temps mais toutes les expériences de démocratie participative montre que cette concertation publique permet de présenter, discuter, améliorer et légitimer le(s) projet(s) envisagé(s) par les municipalités ! Je ne veux pas me répéter mais pourquoi la ville de Sceaux a-t-elle décidé de réaliser une grande concertation après l’achat du bâtiment « le château de l’Amiral» ? Parce que même si « tout le monde crie tout et son contraire » les réponses apportées, sans obligatoirement convaincre tout le monde, sont entendues par tous les participants au débat et que questions, réponses, rencontres permettent à chacun de s’exprimer, d’être créatif et d’améliorer la connaissance de tous et l’acceptabilité du projet !

    Les Fontenaisiens sont demandeurs de participation, nous avons pu le lire lors de l’enquête publique sur le PLU, 1800 personnes dans 450 contributions écrites et orales !

    Vous êtes assez singulier, pour vous, une concertation c’est « tout le monde crie tout et son contraire » et « la Mairie y prendra ce qui l’intéresse », vous considérez à la fois les Fontenaisiens comme incapables de s’exprimer et les élus inaptes à avoir une attitude constructive !

    Merci Monsieur Van Oosteren mais je ne veux pas participer à « votre causerie », pour reprendre vos termes « très peu constructive à mon sens » !

  • Chères Sylvie Lours et à Françoise Letang,

    Vous me reprochez de faire disparaître la démocratie locale en tentant de faire émerger quelques opinions localement et d’avoir un dialogue avec la Mairie. Je trouve que c’est un peu dur comme jugement.

    Je suis d’accord avec vous que les grandes consultations plénières ont leur utilité pour faire émerger des opinions. Car tout le monde peut entendre les opinions (au lieu de seulement un petit groupe), et ça stimule la réflexion et le débat. Mais je pense aussi que ces consultations plénières avec 50+ personnes ne sont pas toute la solution pour les raisons que j’ai indiquées. Pour aboutir à un résultat concret je pense qu’il est utile de poursuivre dans un groupe plus petit (10 personnes p.e.) pour transformer les idées en propositions concrètes.

    Je ne considère cette délégation du travail pas comme anti-démocratique mais comme une solution pragmatique pour arriver à un résultat transparent et soutenu de tous. Car sinon c’est la Mairie qui fera cette « transformation » elle-même. C’est ce que j’appelle la méthode « boîte noire » qui a l’inconvénient de laisser planer les doutes et les suspicions.

    En gros, les grands et petits groupes sont complémentaires, et j’essaie de participer là où je peux.

    Chère Sylvie Lours, permettez-moi de vous écrire que le ton de vos messages et certaines de vos conclusions me surprennent. Je ne juge en rien la capacité des Fontenaisiens de s’exprimer (rien que l’idée….), je ne m’exprime que sur l’(in)efficacité de certains procédés selon moi. Mon invitation pour venir discuter avec nous restera entièrement ouverte, votre expérience serait très utile à notre cause.

    Je garderai mes points d’exclamation pour la fin en vous souhaitant un excellent long weekend !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • Cette réponse sera la dernière, je n’aime pas les polémiques de ce genre, elles ne sont pas constructives.

    Les petits groupes qui travaillent sur divers sujets ont de bonnes idées, mais comme vous venez de le dire, petit groupe (10 personnes). D’une part, cela ne représente pas les Fontenaisiens et d’autre part c’est à la Mairie de s’exprimer, d’organiser des réunions et non à vous de nous faire passer au travers de vos comptes rendus les grandes lignes des nouvelles propositions.

    Un sujet aussi important que la réfection de la Place de la Mairie est au coeur de la démocratie participative, il concerne tous les Fontenaisiens sans exception et des réunions publiques devraient être organisées. Dans cet article nous apprenons que la suppression de la moitié des arbres est à l’étude, savez-vous ce que cela représente dans le coeur des Fontenaisiens pour une place dont les arbres il n’y a pas si longtemps étaient protégés ?

    Cette place a une âme justement parce que ses arbres ne sont pas alignés, justement par le fait qu’ils soient anciens, nombreux, et que cela donne une impression de Ville de Province, justement parce que lorsque nous y sommes nous n’avons pas la sensation d’être en Région Parisienne, c’est exactement ce que nous voulons conserver. L’âme de cette place et son emblématique côté Provincial.

    De plus, nous l’avons constaté avec les toilettes publiques que nous avons vu fleurir sur les espaces verts du parvis de la Mairie, les comités d’habitants n’étaient pas informés. Cela signifie d’une part, que les comités d’habitants ne sont pas entendus, ni consultés malgré la participation d’élus parmi eux, et d’autre part que la démocratie participative n’existe plus. Par votre façon de faire vous donnez à la Mairie une excuse supplémentaire de bafouer la démocratie participative.

    En ce qui me concerne, être actif dans une Ville c’est être attentif aux autres, au plus grand nombre.

  • Françoise, en écrivant « être actif dans une Ville c’est être attentif aux autres », il me semble que tu pointes quelques chose de très important. Être attentif aux autres, c’est laisser les autres s’exprimer, prendre le temps de les écouter et savoir « se retirer », se mettre en retrait pour ce faire. Je pense que c’est le but de ce blog, offrir à tout Fontenaisien la possibilité d’écrire et de réagir. C’est aussi ce que font les administrateurs en modérant les propos qui s’en prennent aux personnes plutôt qu’aux idées et en « se retirant » derrière le nom des contributeurs et leurs idées.

  • Cher Stein Van Oosteren,

    Manifestement nous ne nous comprenons pas ! Je ne considère pas du tout cette « délégation de travail comme anti-démocratique ». Par contre je ne suis pas d’accord avec la fin de votre phrase « pour arriver à un résultat transparent et soutenu de tous », pour qui ce résultat va-t-il être transparent et qui sont ces « TOUS » ?
    Nous participons tous les deux à un groupe issu de chaque comité d’habitants sur le thème de la démocratie participative. Chaque compte-rendu est envoyé aux cinq comités d’habitants pour y faire émerger d’autres idées que celles du groupe. Il est prévu un rapport final qui sera envoyé à Monsieur Le Maire pour (peut-être) lui permettre de bâtir avec les Fontenaisiens une autre façon de participer de façon constructive à la vie de leur ville. Finalement pourquoi travailler sur un changement pour plus de démocratie participative si chacun réfléchi avec son petit groupe dans son coin ?
    En définitif les réunions publiques organisées par la municipalité sont transparentes, nous pouvons tous y participer et lire un compte-rendu succinct dans le Mag !
    Cette réponse est aussi la dernière. Cordialement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )