28 juin 2022 | 07:22
Vous etes ici:  / Libre opinion / Législatives – un gagnant, le RN. Une grande perdante, la France ?

Législatives – un gagnant, le RN. Une grande perdante, la France ?

Les Français ont voté, et aucun parti, à l’exception du RN, ne peut revendiquer une victoire :

  • Ensemble ! ne parvient pas à donner une majorité absolue de députés au Président de la République. Il en manque plus de 40 ;
  • La NUPES échoue de très loin à faire « élire » Jean-Luc Mélenchon Premier ministre. Il lui aurait fallu plus que doubler le nombre de ses élus d’hier ;
  • La droite (LR +UDI) perd la moitié de ses députés ;
  • Le RN est le seul à dépasser, et de très loin, ses objectifs. Il misait sur un Groupe (15 élus), voire 35 à 50 députés. Il en obtient 89 (11 fois plus qu’en 2017), et constituera le Groupe d’opposition le plus nombreux (sauf si deux composantes de la NUPES décident de ne faire qu’un seul Groupe, ce qui paraît improbable), ce qui lui permettra de revendiquer la Présidence de la Commission des Finances…

Reste à gouverner la France !

La Première ministre a affirmé dans la nuit vouloir constituer des « majorités d’action », ce qui semble préfigurer des alliances au cas par cas, projet de loi après projet de loi. Il ne manquerait qu’une poignée de députés pour obtenir une majorité lors d’un vote, on pourrait y croire ; mais quand il en manque plus de 40 ?

La seule alternative possible serait une solution à l’allemande : une coalition de gouvernement avec la droite ou, je préfèrerais, la gauche modérée.

Le problème vient de ce que, de tous bords, on semble vouloir camper sur une position : « Nous avons été élus dans l’opposition, nous resterons dans l’opposition ! » Même ceux qui paraissent les plus ouverts à une alliance, Jean-François Copé par exemple, ne le feraient qu’à leurs conditions : en gros, si le Président Macron accepte de mettre en œuvre le programme de Valérie Pécresse (moins de 5% des voix lors des présidentielles), alors la droite le soutiendra…

On peut espérer que ce ne soient là que jeux de manches. Mais comme nos hommes politiques n’ont pas la culture du compromis, on peut craindre que ce soit un peu plus que cela…

Que se passera t’il alors ?

Nous devrions le savoir assez vite avec le projet de loi sur le Maintien du pouvoir d’achat. Si le gouvernement ne parvient pas à trouver un compromis sur ce sujet brûlant, les uns s’opposant parce que le texte va trop loin et les autres parce qu’il n’est pas assez ambitieux, on va tout droit vers une France ingouvernable, un budget 2023 impossible à voter, et de nouvelles élections législatives dont il y aurait tout à craindre !

La démocratie française était déjà perdante hier, avec plus de 53% d’abstention. La France n’a rien à gagner dans un affrontement stérile de ses principales composantes politiques.

Michel Giraud

3 RÉPONSES

  • Gilles Mergy

    Merci pour votre article. J’en partage largement les conclusions. Mais je considère qu’il appartient au président de la république et au gouvernement de changer de posture s’ils veulent arriver à dégager des démarches de convergence ponctuelles sur leurs futurs projets de loi.
    Lors du précédent quinquennat, les élus de l’opposition de gauche comme de droite ont été peu pris en considération et les amendements de l’opposition quasiment systématiquement rejetés que ce soit en commission ou en séance plénière. Il y a au sein de l’assemblée nationale des élus qui peuvent, tout en s’inscrivant dans une démarche globale d’opposition, soutenir tel ou tel projet de texte. Mais pour le moment, on ne connaît ni le programme législatif du gouvernement, ni ses priorités (le pouvoir d’achat, la lutte contre le réchauffement climatique ou la retraite à 65 ans qui constitue à juste titre un chiffon rouge pour la gauche), ni l’état d’esprit avec lequel il veut travailler avec l’opposition.
    Que le chef de l’Etat et le gouvernement clarifient tout cela avant de demander des majorités d’action comme l’a fait Mme Borne dans un discours quelque peu surréaliste.
    Gilles Mergy

  • Pierre Dedain

    Très heureux du “bordel” qui arrive…
    Macron récolte ce qu’il a semé…son mépris a convaincu de s’abstenir ou de voter pour des révolutionnaires…
    Le peuple finit toujours par vaincre…

  • Guy Bruit

    Où Pierre Dedain a-t-il vu des révolutionnaires ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )