18 juillet 2024 | 00:35
Vous etes ici:  / Libre opinion / Une vague de cambriolages dans le quartier Blagis-Gare : que peut-il être fait ?

Une vague de cambriolages dans le quartier Blagis-Gare : que peut-il être fait ?

De multiples tentatives de cambriolages et cambriolages ont eu lieu ces derniers jours dans le quartier Blagis-Gare. Les habitants ont fait part de leur désespoir en demandant de l’aide à la mairie notamment via une pétition en ligne intitulée “Sécuriser notre quartier Blagis-Gare !“. L’incompréhension est d’autant plus forte que Fontenay-aux-Roses a été récemment classée 2ème ville la plus sûre d’Ile-de-France par le journal Le Parisien.

Alors que peut-il être fait dans une commune pour lutter contre ces atteintes aux biens en plus de l’action de l’Etat qui se manifeste par les interventions de la police nationale ?

Une solution existe c’est la mise en place du dispositif de participation citoyenne lequel a été créé en 2011. Ce dispositif est aussi appelé “Voisins vigilants”. Il est en vigueur dans 5600 communes sur les 34000 environ que compte la France, soit un taux de couverture de 16%.

Le dispositif de participation citoyenne ne doit pas être confondu avec ceux mis en place par des sociétés privées qui proposent des prestations payantes aux municipalités, consistant en la mise en place de réunions, d’une signalétique particulière ou d’outils de communication.

Le dispositif mis en place par l’Etat est gratuit. Il consiste à :

  • développer auprès des habitants d’un quartier, d’un espace pavillonnaire ou d’une commune une culture de la prévention de la délinquance ;
  • favoriser le rapprochement entre les forces de sécurité de l’Etat, les élus locaux et la population ;
  • améliorer l’efficacité des interventions et l’élucidation des infractions.

La mise en place de ce dispositif repose sur la signature d’un protocole entre la commune et les services de l’Etat. Vous trouverez des détails sur ce dispositif dans la circulaire du 30 avril 2019 diffusée par le ministère de l’intérieur.

Je suis personnellement favorable à cette participation citoyenne dès lors que celle-ci est encadrée par les forces de police permettant ainsi d’éviter toute dérive. Je pense également que ce dispositif peut amener à créer du lien social dans un quartier et aboutir sur une véritable action de solidarité, c’est-à-dire à la création de relations entre personnes qui entraîne une obligation morale d’assistance mutuelle. Ce dispositif est d’autant plus intéressant qu’il n’entraîne aucune dépense supplémentaire pour une commune.

A votre écoute pour en discuter,

Léa-Iris POGGI
Conseillère municipale indépendante
lea.poggi.fontenay@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )