29 mars 2020 | 09:10
Vous etes ici:  / Libre opinion / Abstention : en réponse à l’article de M. Marteau

Abstention : en réponse à l’article de M. Marteau

C’est un exercice difficile auquel vous nous invitez…

Je vous livre mon avis personnel :
1 – il y a un socle « incompressible » de 15 à 20% d’inscrits qui ne vont jamais voter, ni au premier, ni au second tour.
2 – il y a les déçus de la politique en général (« tous pareils ! ») qui souvent ne se mobilisent que quand un candidat « extrémiste » (« qu’on n’a pas encore essayé… ») a une chance de l’emporter. Fort heureusement nous échappons à ce cas à Fontenay.
3 – il y a les déçus du sortant qui pour autant ne veulent pas voter pour un opposant. D. Lafon avait capté cet électorat en 2014, et on peut penser qu’une partie de l’électorat de P. Ribatto est resté à la maison en 2020. Cet électorat peut se remobiliser au second tour pour faire barrage à un candidat jugé plus extréme. P. Buchet pourrait effrayer l’électorat de P. Ribatto ; quid de G. Mergy ?
4 – Il y a ceux qui ont privilégié autre chose : le week-end du 15 mars, c’était l’ouverture de la pêche à la truite, et je peux témoigner qu’il y avait beaucoup de pêcheurs dans les vallées pyrénéennes. De plus, cela faisait longtemps qu’on n’avait pas eu un week-end aussi beau ! On trouve peut-être un peu plus de ces abstentionnistes dans le camp Vastel (qui, au pire, était certain d’être présent au second tour, tout en espérant mieux) que dans celui des autres candidats. Tout se jouera là entre la peur de perdre pour le camp sortant et la chance de victoire pour son opposant…
5 – Et puis il y a eu ceux qui ont eu peur du Coronavirus, qui expliquent certainement une grande part de l’augmentation des abstentionnistes. Impossible de savoir pour qui ils auraient voté, la peur n’étant ni de droite, ni de gauche !

Ceci dit, je ne me risquerai pas à faire un pronostic pour le second tour, d’abord parce que l’effet coronavirus ne devrait plus être là, ensuite parce qu’en 3 mois il peut se passer beaucoup de choses, enfin parce que la qualité du report de voix entre les candidats risque d’être déterminante.

Michel Giraud

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )