27 septembre 2020 | 05:20
Vous etes ici:  / Urbanisme / Antennes relais Free mobile à moins de 100 mètres des écoles des Renards

Antennes relais Free mobile à moins de 100 mètres des écoles des Renards

Réunion publique hier soir à l’école maternelle des Renards avec la société Free et en présence des deux élus Véronique Fontaine-Bordenave et Michel Faye.

Free Mobile a décidé d’installer 3 antennes relais (5 faisceaux) sur les toits de l’immeuble du 8, rue Alexandre Fleming. Les copropriétés refusent toujours ces antennes mais ICF Habitat, le bailleur social, ne l’a pas fait et s’est bien gardé de prévenir les locataires et les habitants du quartier.

Des antennes relais à moins de 100 mètres d’écoles, il n’y a  aucun souci pour les enfants selon Free Mobile.

Double peine pour les enfants du quartier qui seront victimes des champs électromagnétiques à l’école et à leur domicile.

Notre maire, au nom des règles de l’urbanisme peut donner un avis défavorable pour ce projet tout près d’écoles.

Pour protéger nos enfants, agissez et mobilisez-vous :

–  Ecrire par courrier et par mail à notre maire Laurent Vastel lvastel@fontenay-aux-roses.fr avec copie à l’adjoint à l’urbanisme mfaye@fontenay-aux-roses.fr

– Modèles de lettre avec l’association Robin des Bois http://www.robindestoits.org/Comment-remettre-en-cause-la-legitimite-d-une-installation-d-antenne-relais_a230.html

La date limite pour faire annuler ce projet est le 16 avril, il y a urgence.

Agnès Gillot

9 RÉPONSES

  • Bonjour,
    Tres bonne initiative.
    J’habite le pavillon au 9 rue Alexandre Fleming et je suis totalement hostile à ces installations d’antennes- relais . Vous avez raison de lutter pendant qu’il est temps. Bon courage.
    Cordialement. E BELIN

  • Qu’est donc devenu le Michel Faye, adversaire acharné des antennes mobiles installées sur les toits de la ville?

    JFD

  • Alexandre Champeil.

    Bonjour,
    Il est important de tous se mobiliser, et pas simplement collectivement, nous devons, en complément des actions collectives, aussi le faire de façon individuelle, auprès de la Mairie et de ses représentants, mais aussi auprès de ICF Habitat.
    Pour ce qui est de la Marie et surtout ses représentants, il est important qu’ils soient conscients de l’impact des décisions qu’ils vont prendre (délivrance d’un avis favorable ou non favorable), les suites et éventuels impacts sanitaires qui pourraient intervenir suite à l’installation de ses antennes, pourrais, sans aucun doute, leur être impacter juridiquement.
    Côté ICF Habitat, nous pouvons tout à fait invoquer un véritable trouble anormal du voisinage (pour peur du risque pour la santé, même si celui-ci n’est pas complètement démontré, les études françaises et internationales, montrent, que les risques aux expositions aux ondes peut-être qualifiées de sérieux.
    Cf les différents jugements : http://www.robindestoits.org/Demontage-d-une-antenne-relais-confirme-en-appel-JT-France-3-05-02-2009_a712.html

  • Alexandre Champeil.

    ICF Habitat est une filiale de SNCF immobilier ! Je pense qu’il faut aussi mettre la pression sur SNCF Immobilier à travers les réseaux sociaux (Twitter, FB, etc…) !

  • Et le site de l’association P.R.I.A.R.T.E.M. Pour Rassembler, Informer et Agir sur les Risques liés aux Technologies ElectroMagnétiques
    http://priartem.fr/

  • Free intente un procès à la mairie suite à son refus. Que faire pour éviter ces antennes à 70 mètres du groupe scolaire et que les enfants de ce quartier ne soient pas bientôt exposés 24h/24 à la puissance de ces ondes ? Les lettres adressées à notre député PS et sénateur EELV sont restés sans réponse …

  • Je tiens tout d’abord à vous rappeler que vos enfants SONT exposés 24h/24 à des ondes électromagnétiques. Néanmoins me direz-vous, il vaut mieux éviter une trop forte exposition, avis que je partage. Or, les antennes relais sont soumises à des normes, ce qui limite l’exposition aux ondes électromagnétiques de nos chers enfants. J’imagine que personne ne saurait me dire quelle est la puissance et la portée de ces antennes, c’est donc un refus « par principe ». Free maintient que cette antenne est « sans risque », et les résidents qu’elle en présente « beaucoup ». Je vous invite donc à mesurer votre avis sur la dangerosité d’une telle installation et à progresser vers la conciliation. La localisation de cette antenne ainsi que la manière qu’a eu Free d’amener le projet ne sont certes pas idéales, mais le refus catégorique a amené un procès, qui sera probablement gagné par l’opérateur (juridiquement, ils sont en position favorable). Tandis qu’une discussion aurait certainement amenée un déplacement de l’antenne.
    Le choix ÉTAIT simple : une antenne sur Fontenay-aux-Roses, dans un lieu avec une faible densité de population ou un procès, une antenne à 70m d’un école et une double perte d’argent (cout de la défense + probables indemnités). Désormais, nous sommes dans une impasse.
    Pour finir, je voudrais relativiser quant aux risques de ces antennes. En effet, elles présentent quelques risques pour la santé, tout comme le Wi-Fi, le bluetooth, les micro-ondes, la 4G, les téléphones portables (même éteint), les radios. Je vous invite donc à vous séparer de ces technologies, afin de protéger vos enfants.

  • Nos enfants sont en effet exposés à des ondes électromagnétiques (micro-ondes, Wi-Fi, etc … ).

    Je ne sais pas évaluer la portée de ces ondes mais je ne suis pas certaine que les normes dont vous parlez soient respectées en ce qui concerne les antennes relais. D’ailleurs en y réfléchissant, le micro-onde a des normes également.

    Dans beaucoup de vos exemples nous n’avons pas le choix, si nous nous dispensons de certaines technologies, nos voisins, notre entourage et notre environnement font que nos enfants sont touchés.

    Il faudrait selon vous, sous prétexte du coût de la procédure, passer outre les précautions nécessaires pour protéger nos enfants ?

    Puisqu’ils sont inondés d’ondes négatives pour la santé pourquoi ne pas en rajouter ?

    C’est une façon de voir.

    Je respecte les idées de chacun mais je voudrais exprimer juste une chose, ce n’est pas le coût de cette procédure qui mettra en péril les finances de notre Ville et je préfère relativiser le coût que les risques en ce qui concerne la protection de mes enfants.

    Cordialement

  • En ce qui concerne la portée ainsi que la puissance de l’antenne, je pense que même un membre de la mairie en charge du dossier ne saurait nous donner leurs valeurs, tant les permis de construire sont, lorsqu’il s’agit d’entreprises, distribués les yeux fermés.
    Si vous vous séparez de toutes les technologies citées dans mon commentaire, la seule qui pourra encore vous atteindre est le Wi-fi. Il est tout à fait possible de vivre sans micro-ondes ou téléphone, croyez-moi. Il est assez ironique d’ailleurs que vous défendiez l’usage de ces technologies alors même que vous vous opposez à une des entreprises qui vous fournit l’accès à ces mêmes technologies. L’antenne vous aurait-t-elle autant dérangée si elle avait été construite à 500m ?

    Le cout de la procédure n’est pas l’argument le plus important de mon raisonnement, c’est à vrai dire la dernière chose qui m’importe. Dommage que vous ne me répondiez que sur ce point. Ce qui m’importe vraiment, c’est de savoir si l’antenne va être construite ou non, et intenter un procès à une entreprise comme Free est a mon sens la pire façon de parvenir à ses fins. L’antenne sera très probablement construite à l’endroit prévu par Free. La stratégie employée était donc la mauvaise à mes yeux.

    Je ne m’inquiète en RIEN des finances de la ville (d’autant plus que les impôts ont augmenté), je déplore la perte d’argent DANS LE CAS où l’antenne serait effectivement construite à l’endroit prévu (ce qui n’est pas mon objectif soyons clairs).
    Encore une fois, je regrette que vous ne m’ayez pas répondu sur mes principaux arguments (était-ce un choix ?).

    Bien à vous.

    PS : Quelqu’un sur ce forum saurait-il nous informer de l’avancée du procès ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )