17 janvier 2019 | 02:55
Vous etes ici:  / Coup de gueule / Clap de fin pour la brocante de nuit

Clap de fin pour la brocante de nuit

Bonjour,

Si vous avez apprécié la brocante de nuit ces dernières années et bien vous ne l’apprécierez plus.
La municipalité l’a supprimé car des riverains du centre ville seraient mécontents ( d’aprés la mairie que j’ai appelée).
Je ne sais pas qui sont ces mécontents mais les gens que je connais et qui y habitent n’ont jamais été consultés.
Cette brocante organisée le dimanche du week end de pentecote était un moment de grande convivialité qui sentait bon le début d’été.
Je regrette sa suppression sans concertation.

Léa Bonnet

11 RÉPONSES

  • Beaucoup d’entre nous aimaient bien cette brocante.
    « Il y en a déjà deux sur Fontenay ce qui est déjà plus que dans les Villes avoisinantes donc pourquoi 3 » paroles de M. Bigret un samedi matin sur le marché.
    Et pourquoi pas 3 ?
    D’autre part, il n’y a pas assez de stands de professionnels. Savez-vous si un certain pourcentage de professionnels est obligatoire ?
    En ce qui concerne l’horaire c’est un faux prétexte, la plupart des stands sont pliés vers 21h30.
    Si j’ai bien compris ce que j’ai entendu, il serait visiblement possible de poursuivre cette initiative à condition de l’organiser et la financer. Le fond du problème est peut-être là !

  • Moi et ma femme nous habitons en centre-ville et effectivement: 1) nous n’avons pas été consultés, 2) nous sommes pas contents de l’annulation de cette brocante, 3) nous n’avons entendu qu’une seule personne se plaindre effectivement des nuisances contre une très grande majorité très déçue. Cette brocante était devenue une tradition importante pour nous qui réunissait chaque année la famille et aussi tous les voisins et amis. On perd une vraie fête populaire, et des fêtes populaires on en a besoin justement. Répondant à Françoise Letang: j’ai entendu dire aussi qu’on peut poursuivre à condition de l’organiser soi-même. Mais financer?! Comme Léa Bonnet je n’ai pas entendu parler d’un problème financier. J’envisage de contacter la Mairie pour vérifier cette information et éventuellement à rassembler l’énergie qu’il faut pour sauver cette tradition. QUI SERAIT PARTANT POUR PARTICIPER A CETTE ORGANISATION? Contactez-moi au steinvanoosteren@hotmail.com. Par ailleurs, personnellement je préfère la brocante qui commence tôt le matin et qui se termine le soir.

    • Bonjour Stein,
      Ne voyez aucune critique personnelle de ma part dans mes propos.
      Mais ce n’est pas la 1ère fois que vous constatez le manque total de concertation des habitants sur des décisions qui semblent importantes aux Fontenaisiens pour notre ville, dans votre quartier (les toiletttes publiques, la brocante de nuit, la place du général De Gaulle etc…). Sachez qu’il en est de même dans les autres quartiers.
      Ne vous semble t il pas que plutôt que de donner des conseils aux Fontenaisiens sur la bonne façon de tenter de dialoguer avec la mairie (par exemple votre aimable préconisation aux Comités d’habitants sur l’emploi du « bottom up ») vous pourriez en donner quelques uns au Maire et à l’équipe municipale sur la façon d’établir un vrai dialogue constructif sur les sujets qui font évoluer Fontenay?
      Cordialement

  • Demandez donc à certains élus (es) et vous aurez les vraies raisons.
    Suivez les comptes de certains (es) sur les réseaux sociaux.
    Certains d’entre eux sont totalement opposés à cette annulation et s’en ouvrent.
    La vraie raison? On ne veut plus voir certaines manifestations et certaines populations sur un secteur qu’on veut transformer en beaucoup plus « chébran ».
    Des mécontents parmi les riverains? Quand ils vont voir de qui les attend. Demandons leur s’ils vont être contents de la fête de la ville sur la place de Gaulle, de la fête nationale qui était sur la coulée verte. Que pense ces gens de le future fête foraine qui va s’installer en juin ? Sont ils contents?

  • Le magazine de mai anticipe bien le mécontement des chineurs puisqu’il leur est donné rendez vous à la brocante…des enfants!
    Comprendra qui pourra.

  • Bonjour Daniel,

    Merci pour cette réaction très pertinente. Si j’avais pu la « liker » comme sur Facebook, je l’aurais fait. Je plaide d’ailleurs pour la création de cette option sur Osez Fontenay car cela faciliterait l’engagement des lecteurs (liker = facile) et les likes donneraient plus de profondeur à ce que l’on lit.

    D’abord : oui, je constate moi aussi ce manque de concertation et la profonde exaspération chez les Fontenaisiens autour de moi. Mais comme je me suis impliqué plus activement dans la vie politique de Fontenay depuis 2 ans seulement, je n’ai pas voulu m’identifier à cette colère immédiatement.

    J’ai d’abord voulu être constructif en m’engageant sur plusieurs fronts (comité des habitants, groupe de travail sur la place du GdG, création de FARàVélo, projet de réduction de déchets, boîte à livres). Je participe aussi à un groupe de réflexion qui rédige actuellement des conseils adressés au Maire pour améliorer le dialogue entre les citoyens et la Mairie (http://oosterenvan.blogspot.fr/2017/04/comment-impliquer-davantage-les.html). Je fais donc déjà ce que vous me suggérez, avec un investissement et une satisfaction personnels conséquents.

    Mais voilà où je veux en venir : je regrette et comprends que je puisse être perçu parfois comme un donneur de leçons. Je vous dois l’explication personnelle suivante: j’apprécie peu les réactions, d’où qu’elles viennent, qui n’expriment que du négatif sans un gramme de positif. Des réactions qui ne font que répéter ce qui ne va pas, sans dire comment faire mieux. Pour rendre un débat possible je m’interdis cette facilité : avant de dire ce qui ne va pas, je tente d’abord de trouver une solution. Et cela s’avère bien souvent plus compliqué que je ne pensais au départ !

    En même temps je connais votre investissement dans l’affaire Soubise, pour n’en citer qu’une. Et je comprends donc votre exaspération : « On essaie justement d’engager le dialogue, mais ils n’écoutent pas ! ». Vous avez eu raison d’avoir fait éclater votre colère pour ne pas avoir été pris au sérieux. Car ça fait mal, et c’est destructeur en termes d’énergie et de confiance.

    Personnellement je n’en suis pas encore là. J’ai des frustrations aussi, croyez-moi, mais je suis en train de les gérer à ma façon. Je ne vous juge pas, mais chacun a son vécu, tempérament et façon de gérer ce qui lui arrive. Je critique la Mairie, oui, mais toujours sous forme de propositions positives. Car engager le conflit est pour moi une option de tout dernier recours. C’est un geste lourd de sens, mais inévitable parfois.

    J’espère que cette réaction n’est pas, encore une fois, perçue comme celle d’un donneur de leçons partisan. Je vous demande, le cas échéant, de voir ma réaction comme l’expression de mon profond et indestructible désir d’améliorer la vie de notre ville ensemble et concrètement. Parlons-en lors de l’AG de CIVIFAR le 10 mai prochain où j’ai l’intention de « râler », mais sous forme de propositions bien sûr : une consultation citoyenne sur ce qui va se passer sur la place du Général de Gaulle et le retour glorieux de notre brocante du mois de mai !

    Amicalement,

    Stein

  • Juste dommage que cette brocante n’ait pas lieu cette année…
    Je trouvais que cette brocante de « nuit » était super, et effectivement il y a d’autres événements plus bruyants au centre-ville (comme la fête nationale!).
    Moi qui voulais vendre pour faire de la place chez moi, je vais devoir trouver une autre brocante dans une autre ville…

  • Merci à Daniel et à Stein pour leur engagement pour faire bouger la ville sans rentrer dans des postures uniquement partisanes.
    L’organisation d’une brocante n’est pas extrêmement coûteuse donc l’équilibre financier est loin d’être accessible. Mais c’est assez lourd d’un point de vue administratif (autorisations préalables, description précise des objets autorisés à la vente, prise en compte du fait qu’un particulier n’a pas le droit de participer à plus de X (?) brocantes par an pour ne pas être assimilé à un professionnel…). Ensuite, il faut gérer les flux d’inscriptions et de paiements. Enfin, il faut du monde pour tracer les emplacements le jour J. La solution pourrait être de constituer un Comité de riverains ad hoc qui serait le maitre d’ouvrage de l’opération et d’en confier la maitrise d’oeuvre à une société spécialisée (le cas échéant celle qui organise les brocantes pour la Ville). Mais comme il faudra une autorisation de la municipalité pour occuper le domaine public, il est quand même probable qu’ils disent non…

  • Monsieur Mergy a tout à fait raison.
    On ne s’ improvise pas organisateur. C’est un vrai métier.
    De plus l’accord de la ville est obligatoire en effet.

  • Bonjour,

    J’habite en plein centre ville (un grand immeuble: le 105 Boucicaut) et j’adore les brocantes!!! Je préfère aussi qu’elles se fassent durant la journée.
    Je crois qu’il faudrait en faire 2 par année.
    Je suis persuadée que la grande majorité des gens habitant le centre-ville aiment les brocantes sur la rue boucicaut: ce sont des journées où il y a de la bonne humeur en ville.
    J’aimerais bien avoir les noms des gens qui s’en sont plaint.
    Vous pouvez me contacter si vous voulez que l’on fasse des pressions sur la mairie pour organiser 2 brocantes par année, comme cela se fait dans la plupart des villes.

    Bien cordialement,

    Isabel Larose

  • Cette brocante aurait été annulée suite à la plainte des riverains… du coup la municipalité met pendant 15 jours des manèges sur la place du Général de Gaulle, et à mon avis ça risque d’être très bruyant!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )