20 octobre 2020 | 16:08
Vous etes ici:  / Elections municipales 2020 / Commentaires des associations aux réponses des Candidats

Commentaires des associations aux réponses des Candidats

Comme nous l’avions annoncé, nous publions ici les commentaires que souhaitent faire les 5 associations suite aux réponses des listes Bourdet, Buchet , Mergy .

Monsieur Vastel a lui refusé de répondre à ce questionnaire d’intérêt général.

Nous n’avions pas connaissance des 2 listes qui viennent de se constituer et serions heureux de présenter dans Osez Fontenay les réponses au même questionnaire.

Nous avons fait le choix comme pour les réponses des candidats de publier tous les commentaires dans le même article.

Le blog Les nouvelles de Fontenay a lui publié commentaires par commentaires ce qui vous permet de choisir la méthode de lecture que vous souhaitez.

Nous rappelons que tout un chacun peut faire un commentaire sur les réponses de candidat, commentaire que vous pouvez nous envoyer par le circuit habituel.

Bonne lecture

Daniel Marteau pour le blog Osez Fontenay

I / Commentaires de l’Association Conservatoire Soubise:

L’association Conservatoire Soubise a noté les réponses des listes  Bourdet , Buchet et Mergy et l’absence de réponse de la liste Vastel en ce qui concerne le devenir du Conservatoire de la rue du Docteur Soubise.

Les propositions des listes Bourdet et Mergy s’engageant à conserver le bâtiment pour les besoins des Fontenaisiens, besoins à définir ultérieurement en liaison avec les habitants et associations, rencontrent les souhaits de l’Association et sont appréciées.

La proposition de la liste Buchet est beaucoup plus ambiguë et n’affirme pas sa volonté de conserver ce bâtiment dans les actifs de la ville pour les besoins des Fontenaisiens . Cette position qui montre que cette liste n’a pas d’engagement clairs sur le devenir de ce bâtiment ne correspond pas aux attentes de l’Association Conservatoire Soubise ».

 

II / Commentaires de l’Association CIVIFAR 

Un collectif d’associations a envoyé un questionnaire à quatre listes candidates aux élections municipales.
La liste Fontenay Demain de L. Vastel n’a pas souhaité répondre à ce questionnaire pour des raisons de défense de « l’expression démocratique »
La liste Fontenay avec vous de P. Buchet a répondu partiellement en promettant des compléments de réponse qui ne nous sont pas parvenus à temps.
Les deux listes Pour Fontenay de S.  Bourdet et Un temps d’avance pour Fontenay de G. Mergy ont répondu à toutes les questions.

Le questionnaire et toutes ces réponses ont été publiées sur les blogs « Les Nouvelles de Fontenay » et « Osez Fontenay ».

Les commentaires de l’association CIVIFAR, détaillés pour chaque question sur la thématique Démocratie Participative sont en bleu :

Thématique : Démocratie Participative

Question 1 : Pourquoi voudriez-vous favoriser la Démocratie Participative, la participation des citoyens à l’élaboration, la réalisation et l’évaluation des projets municipaux ?

Nous avons posé cette question pour comprendre le niveau de motivation réelle de chaque liste en faveur de la démocratie participative. Sont-elles bien persuadées que les avantages de la participation des citoyens tout au long de la réalisation d’un projet l’emportent largement sur les inconvénients mis en avant dans les mandatures précédentes. Les réponses fournies sont diverses :

P. Buchet ne répond pas à la question « Pourquoi ? » et c’est bien dommage : il aurait été intéressant qu’il fasse connaître pourquoi il n’a pas souhaité développer largement la démocratie participative pendant ses 3 mandats successifs. En revanche, P. Buchet développe largement le « Comment ? » : mise en place d’une nouvelle charte et de nouvelles institutions (Conseil Municipal Citoyen, Conseil des Seniors, Conseil économique social et environnemental, etc. ). Tout cela prendra du temps et de l’énergie, et ne garantit pas leur utilisation effective avant la fin du mandat municipal.
Pourtant  la charte de la Démocratie Participative adoptée en 2012 a donné beaucoup d’espoir à de nombreux Fontenaisiens tous volontaires pour s’impliquer dans la vie de la Cité auprès des élus. Cette charte peut parfaitement fonctionner si on le souhaite. 

S. Bourdet répond « pour de meilleures décisions » mais se réfère à une « Démocratie Locale (élus +habitants) » dans laquelle les élus semblent mener les débats et pourraient en faire des synthèses orientées.

Pour CIVIFAR, les débats démocratiques doivent permettre aux citoyens d’élaborer des propositions imaginatives libres de toute contrainte. Dans une deuxième phase, l’opportunité et la faisabilité doit être examinée avec les élus qui prennent la décision en dernier ressort et l’expliquent aux citoyens. 

G. Mergy répond « Tout le monde y gagne, pour des réalisations plus en adéquation avec les attentes des Fontenaisiens et limitant les conflits lors de la réalisation ».
Par ailleurs la démarche des Ateliers Fontenaisiens depuis un an illustre bien la volonté de laisser s’exprimer les Fontenaisiens et de les écouter. Il s’appuiera aussi sur les Associations en respectant leur indépendance par rapport à la municipalité.
Dans le programme de la liste, une grande consultation citoyenne est prévue : Il faudrait préciser comment procéder pour que ce ne soit pas sans lendemain, comme l’a été la consultation nationale du printemps 2019 dont plus personne en parle.

Question 2 : Etes-vous prêt à donner une large délégation horizontale et des moyens d’action (avec du personnel municipal) à un Maire Adjoint chargé de la Démocratie Participative, dans tous les domaines d’intervention de la municipalité. Avez-vous déjà, dans votre équipe un candidat pour un tel poste ?

P. Buchet et G. Mergy sont d’accord pour désigner un maire adjoint chargé de la Démocratie Participative.
G. Mergy précise qu’il a un candidat identifié pour le poste, qui sera assisté par un fonctionnaire municipal dédié. Il prévoit aussi un renforcement du service « vie associative », et souhaite, pour les élus, le personnel municipal et les Fontenaisiens, des actions de formation et de communication sur la Démocratie Participative.

S. Bourdet ne souhaite pas de Maire Adjoint chargé de la Démocratie Participative, et répartit cette compétence sur tous les élus. L’expérience a montré qu’il faut avoir un interlocuteur clairement identifié pour éviter que divers élus se renvoient la question sans jamais y répondre. Un Adjoint spécifique aura peut-être aussi plus de poids auprès du Maire et auprès des services municipaux.

Pour CIVIFAR, l’aspect « formation » des citoyens et des élus, prévu par G. Mergy, nous paraît indispensable : il y a des compétences spécifiques à acquérir suivant les domaines, il faut aussi acquérir les bonnes pratiques pour créer les conditions d’un débat réellement participatif.

Question 3 : Pensez-vous mettre des habitants dans le comité de rédaction du Fontenay Mag ?

Réponse de P. Buchet : en attente

S. Bourdet est d’accord pour faire participer les habitants à l’élaboration du Fontenay Mag, « outil d’expression au service de la démocratie locale (élus +habitants) »
S. Bourdet ne précise pas quel sera le degré de liberté vis-à-vis des élus et ne s’engage pas sur une participation au comité de rédaction.

G. Mergy répond affirmativement et ajoute un élu de l’opposition dans le comité de rédaction et 4 pages pour l’expressionlibre des associations et des citoyens.
Il serait souhaitable que G. Mergy précise le degré de participation qu’il envisage et le mode de désignation des citoyens au comité de rédaction.

Question 4 : Pensez-vous mettre en œuvre les propositions du groupe de travail sur les comités d’habitants et de la démocratie participative et lesquelles?

La réponse de P. Buchet est en attente.

Cependant, sa proposition d’élaborer une nouvelle charte et de créer de nouveaux conseils semble indiquer une suppression des comités existants. Pourtant deux comités thématiques (CSTA et Végétalisation) fonctionnent bien aujourd’hui et souhaiteraient pouvoir continuer. Les 35 recommandations élaborées en 2019 par des représentants de chacun des comités d’habitants (voir les Nouvelles de Fontenay) vont-elles aussi passer dans les oubliettes ?

S. Bourdet répond que « L’ensemble des propositions mérite d’être retenu » mais avec des réserves sur leur viabilité, leur coût et la disponibilité de personnel. Elle souhaite rendre les Comités d’Habitants attractifs au plus grand nombre, actifs, jeunes, seniors, et élus. Ceci manque de précisions et ne traduit pas une volonté très forte dans ce domaine.

Dans son programme, G. Mergy propose de mettre en œuvre plusieurs des propositions du groupe de travail :
– Réactivation des Comités d’habitants
– Budget participatif mis à disposition des comités d’habitants porté à 250 000 euros.
– Renforcement du service Vie Associative
– Un fonctionnaire dédié pour les actions de Démocratie Participative
– Formation des habitants, des élus et des services techniques à la Démocratie Participative.
– Il compte faire vivre l’esprit de la charte de la démocratie participative, notamment en définissant mieux les règles du jeu des différentes formes de participation citoyenne (consultation, concertation et co-élaboration).

D’autres propositions (cafés citoyens, comités thématiques, Conseil Participatif) ne sont pas mentionnées.

La réponse de G. Mergy apparait nettement plus construite, et espérons-le, sincère.

Question 5 : Pensez-vous proposer à des citoyens de participer à toutes les commissions municipales ? 

Réponse de P. Buchet : en attente

S. Bourdet répond affirmativement pour la participation de citoyens à toutes les commissions municipales. Est-ce réaliste ? Elle ajoute que, pour cela, il faudra que les commissions aient lieu bien avant le Conseil Municipal et que le planning soit largement diffusé.

G. Mergy souhaite impliquer les citoyens dans les projets significatifs de la municipalité dès leur phase d’élaboration et à chacune des étapes clés. L’information sur le calendrier des projets sera diffusée systématiquement en amont et les associations seront encouragées à s’investir dans la réflexion.
Il propose la création de commissions extra-municipales ouvertes aux citoyens. Cela semble plus facile et plus réaliste, à condition que ces commissions fonctionnent régulièrement.

La CEMUA (Commission Extra-Municipale d’Urbanisme et d’Aménagement) créée par L. Vastel fournit un bon exemple de ce qu’il ne faut pas faire. La convocation et l’ordre du jour dépendait uniquement du bon vouloir du Maire. Elle n’a pas été réunie régulièrement, contrairement aux promesses et à aux demandes, et n’a pas abordé les projets majeurs de la municipalité. Elle n’a donc servi à rien. En revanche les coordonnateurs des Comités Thématiques étaient des habitants : ils se sont réunis régulièrement et ont abouti à des propositions concrètes

Question 6 : Pensez-vous proposer à des citoyens de participer à la commission des permis de construire, sans voix décisionnaire ?

Réponse de P. Buchet : en attente

S. Bourdet répond affirmativement pour la participation des citoyens à la commission des permis de construire, sous réserve de sa légalité. Elle est pour la transparence des débats, mais avec un cadre clair, car il faut éviter les conflits d’intérêts, et assurer le respect de la vie privée des demandeurs de permis. Les permis, selon la loi, ne peuvent être rendus publics qu’une fois accordés.

Réponse affirmative de G. Mergy, avec publication systématique des permis dès qu’ils sont accordés, sur le site internet de Mairie.
Il est aussi pour la transparence dans les processus de dépôt et d’examen des permis de construire.

Pour les projets importants qui peuvent modifier profondément la structure des quartiers, les candidats devraient préciser ce qui pourrait être fait en amont de la demande de permis de construire, pour que les citoyens puissent influer sur le projet avant le dépôt de demande de permis de construire.

Le contre-exemple est le permis accordé à VINCI pour l’immeuble en fond de place du Général de Gaulle. Ce projet a été complétement élaboré et décidé sans que les Fontenaisiens soient consultés alors qu’il y a eu grand battage autour du réaménagement de cette même place et de sa « Folie ».

Question 7 : Comment pensez-vous réactiver la Commission Extra-Municipale d’Urbanisme et d’Aménagement (CEMUA), assemblée consultative et de concertation avec pour membres des élus, des services techniques, des représentants des comités d’habitants, des associations de quartier et de locataires, et quel rôle lui donner ?

P. Buchet n’aborde pas ce sujet. Mais la CEMUA ne fera-t-elle pas double emploi avec le Conseil économique, social et environnemental ou le Conseil Municipal Citoyen (annoncés dans la réponse à la question 1)

S. Bourdet propose que chaque grand projet d’Urbanisme, chaque implantation d’un immeuble, chaque projet d’aménagement de voirie, fasse l’objet d’un débat avant toute décision. « La CEMUA pourra co-préparer les débats en associant les habitants concernés »
Qui définit qui sont « les habitants concernés » par un projet ? Il arrive souvent que seuls les stricts riverains sont invités dans ces débats. Pourquoi ne pas ouvrir les débats à tous les Fontenaisiens ?

G. Mergy répond que la CEMUA sera réunie chaque semestre et chaque fois que nécessaire. Elle jouera un rôle de contrôle de la construction à Fontenay (quantité et qualité). Elle suivra également les actions de réhabilitation urbaine et environnementale. Les citoyens seront aussi associés aux bilans de la réalisation de projets.

On rappelle que la CEMUA (Commission Extra-Municipale d’Urbanisme et d’Aménagement), créée par L. Vastel, n’a servi à rien (voir question 5). Son mode de fonctionnement est à revoir en profondeur. On aurait aimé une analyse de son disfonctionnement actuel par les candidats.

Question 8 : Quel contrôle de la tenue de vos promesses de campagne au cours de la mandature envisagez-vous ?

P. Buchet propose la mise en place d’un observatoire des engagements de campagne composé de citoyens volontaires et tirés au sort.

S. Bourdet propose la mise en place de commissions de suivi (élus et citoyens) et un bilan annuel lors de la cérémonie des vœux

G. Mergy propose la mise en place d’un observatoire des engagements, plus des outils numériques pour suivre le déroulement des projets. Chaque année en février, une réunion publique sera organisée avant le débat d’orientations budgétaires pour suivre l’avancement de l’action municipale et recueillir les propositions des comités d’habitants.

CIVIFAR souhaiterait que le programme de l’équipe élue soit rédigé le plus précisément et clairement possible et accessible à tous sur Internet à tout moment. On sait aussi qu’un programme se modifie au cours du mandat de 6 ans. Il faudrait donc que les modifications éventuelles soient mentionnées de façon claire et que des explications accompagnent ces changements pour que chacun puisse en prendre connaissance.

Un observatoire des engagements de campagne serait un progrès seulement s’il est parfaitement informé et qu’il puisse fonctionner de manière indépendante. 

Question 9 : Comment ferez-vous pour étendre les pratiques de la Démocratie Participative au niveau du territoire Vallée Sud Grand Paris ?

Réponse de P. Buchet en attente

S. Bourdet propose que les élus représentant la Ville au Territoire associent les habitants aux grands et petits sujets, dans les domaines traités au Territoire (Urbanisme, Transports, Collecte des Déchets, Piscine, Culture)
Pour cela, elle propose de créer une commission consacrée aux liens entre la Ville et le Territoire, ouverte aux non élus : Comités d’habitants, associations, habitants.
Pour elle, Fontenay Mag devra aussi informer sur les sujets traités par les partenaires de la Ville, notamment le Territoire et le Conseil Départemental.

G. Mergy s’engage à « assumer » les décisions prises au niveau du Territoire et à faire preuve de transparence sur les débats et les décisions du territoire. Il propose la création de comités d’habitants intercommunaux. Quelle pourra être leur action auprès du conseil de territoire ?

CIVIFAR rappelle l’importance des compétences transférées au territoire, qui sera de plus en plus décisionnaire dans de nombreux domaines concernant les habitants. Comment obtenir que les citoyens concernés puissent participer à l’élaboration de ces décisions ?

Conclusion générale sur la thématique Démocratie Participative :

La participation des citoyens est un sujet clef dans ces élections municipales et les listes ont compris qu’il fallait la promettre.
Nous regrettons le refus de répondre de L. Vastel. C’est un mauvais signe donné par cette liste pour son implication dans la Démocratie Participative. Le fonctionnement des instances participatives sous son mandat est globalement insatisfaisant : CEMUA inutile, Comités d’Habitants démotivés, non mise en œuvre des recommandations du groupe de travail pour la relance de la Démocratie Participative, ……

Parmi les trois listes qui ont répondu, P. Buchet propose une refonte complète des pratiques actuelles. Cela prendra du temps et cela risque de décourager les citoyens motivés et de n’être efficace qu’en fin de mandat.

S. Bourdet parle surtout de « Démocratie Locale » alliance de la démocratie participative et de la démocratie représentative. Elle souhaite de meilleurs débats entre élus et habitants, pour de meilleures décisions. Elle demande aussi que tous les élus, et pas seulement un seul, travaillent dans le cadre de la démocratie locale.
Pour CIVIFAR, les débats démocratiques ne doivent pas être influencés par les élus afin que les citoyens puissent élaborer librement des propositions imaginatives, soumises ensuite aux élus pour concertation et décision en dernier ressort.

G. Mergy semble avoir compris les avantages de la Démocratie Participative. Pour lui, « Tout le monde y gagne, pour des réalisations plus en adéquation avec les attentes des Fontenaisiens et limitant les conflits lors de la réalisation ».
Il propose de compléter la charte de 2012 pour en garantir l’application, notamment dans la co-élaboration de projets avec les habitants. L’organisation des « Ateliers Fontenaisiens » donne une indication son engagement pour la participation des citoyens. Il s’appuiera aussi sur les associations en respectant leur indépendance par rapport à la municipalité. Dans son programme une grande consultation citoyenne est prévue, encore faudrait-il préciser comment procéder pour qu’elle ne soit pas sans lendemain, comme l’a été la consultation nationale du printemps 2019 dont plus personne en parle.

Notre charte de la Démocratie Participative s’appuie sur un corps de Fontenaisiens représentatifs de la population, tous volontaires pour s’impliquer dans la vie de la Cité auprès des élus. Cette charte peut parfaitement fonctionner si on le souhaite. Nous veillerons à ce que des changements intempestifs ne rendent pas les choses plus difficiles.

III / Commentaires de l’Association Fargo

  1. Le Schéma Directeur d’Ile de France (SDRIF) impose à Fontenay-aux-Roses la construction de 1500 nouveaux logements en 15 ans. Quelle est votre position par rapport à ce chiffre ?
  2. Pensez-vous qu’une densification au-delà de ce chiffre de 1500 logements soit souhaitable pour Fontenay, et pourquoi ?

Il est utile de rappeler qu’il y a déjà 9600 habitants au km² à Fontenay-aux-Roses : ce chiffre nous classe au 43ème rang sur un total de 36000 communes en France. Les communes limitrophes ne sont pas mieux loties : Montrouge est au 5èmerang, Vanves 11ème, Chatillon 25ème. Bagneux 45ème. Ceci entraine la dégradation générale de nos conditions de vie, avec surcharge des transports en commun et saturation des équipements collectifs. 

Les Fontenaisiens sont attachés à leur ville pour ce qu’elle est encore relativement aérée et verdoyante. Ils ne veulent à aucun prix la voir transformée en un nouveau Châtillon.

Ils attendent donc de leur municipalité qu’elle résiste clairement à la densification.

Il convient donc de rouvrir le dialogue avec la région pour le faire savoir, et tenter de la réduire.

Quel que soit le résultat de cette renégociation il convient au minimum d’établir un plan de marche de la densification en répartissant les nouveaux logements sur les 15 années. Il ne faut pas accorder chaque année plus de permis de construire que ce à quoi nous sommes tenus.

Le PLU actuel, qui a augmenté les droits de construire dans toutes les zones, ne constitue absolument pas un rempart suffisant et doit être révisé au plus vite.

  1. Quels sont, selon vous, les avantages et inconvénients des projets actuels sur la Place du Gal de Gaulle : un immeuble en fond de place, un immeuble côté Est sur l’emprise des immeubles Osica, une « Folie » en face du marché, et un immeuble dans la ruelle de la Demi-Lune ?

Tout projet de construction et d’aménagement doit contribuer à dynamiser le cœur de ville, et doit résulter d’une réflexion globale et concertée sur le devenir proche et lointain du périmètre urbain. Les projets actuels autour et sur la seule place du Général de Gaulle n’ont malheureusement pas été imaginés et pensés dans un tel cadre. 

Par ailleurs, ils n’ont fait l’objet d’aucune concertation préalable sérieuse avec les Fontenaisiens. Un très grand nombre d’entre eux s’étaient pourtant exprimés pour que cet espace reste libre et redevienne piéton. La pétition titrant « Ni parking, ni immeuble sur l’esplanade du Château Laboissière » déposé en Mairie en septembre 2017 a recueilli plus de 600 signatures. 


FARGO voit un grand nombre de défauts aux projets initiés, et autorisés, par l’actuelle municipalité : 

  • La construction de 3 immeubles d’habitation sur la Place va entrainer l’arrivée de 200 nouveaux habitants, ce qui signifie un accroissement de la circulation et du stationnement de véhicules dans le centre-ville. 
  • Là où il faudrait rendre l’espace aux vélos, aux piétons et aux enfants, on va créer 2 nouvelles entrées de parkings souterrains, l’une en face du marché, l’autre du côté pair de la place, et un axe de circulation dangereux qui coupe la place en 2 parties.
  • Là où il faudrait une redynamisation par des équipements publics ouverts en journée et en soirée, en semaine mais aussi le dimanche, on propose l’installation de 3-4 magasins ouverts seulement jusqu’à 18 ou20 heures et fermés le dimanche).
  • Alors qu’il y a consensus pour lutter contre les ilots de chaleur, on crée une place minérale et on programme la suppression des arbres à hautes tiges sur l’esplanade.
  • Alors qu’il y a consensus pour respecter le patrimoine, on crée des immeubles sur la Place et sur la Ruelle de la Demi-Lune qui vont encercler et enclaver le château.

Ce constat, sur et autour de la place du Général de Gaulle, nous amène à dire haut et fort qu’il est urgent de stopper les permis de construire autorisés, de ne rien précipiter et de réfléchir avec tous les Fontenaisiens à la meilleure façon de traiter et d’aménager ces espaces de notre centre-ville. On rappelle aussi qu’un projet d’espace multiculturel, chiffré et réaliste, avait été présenté aux Fontenaisiens lors de 2 réunions publiques les 18 décembre 2017 et 12 décembre 2018. Il n’a jamais été pris en compte par la municipalité actuelle, par « manque de temps des services techniques ».

  1. Fontenay est très carencé en espace verts publics, avec 6 m2 par habitant, la norme étant de 10 m2. Comment pensez-vous corriger cet écart ?

Il y a de multiples façons de végétaliser davantage notre commune et de recréer des espaces de pleine terre pour y planter des arbres 

Il faut commencer par cesser les pratiques qui ne vont pas dans le bon sens : 

  • Arracher des arbres en bonne santé pour construire des immeubles
  • Bétonner des espaces publics (devant la mairie, l’Eglise St Pierre St Paul)

On peut au contraire développer les espaces de pleine terre en décidant de : 

  • Réviser le PLU afin d’y intégrer des règles contraignantes permettant de favoriser la plantation d’arbres et l’augmentation d’espaces verts publics et privés
  • Transformer des zones inutilement bétonnées sur des ronds-points ou des trottoirs
  • Réarranger des friches existantes 
  • Redessiner certains parcours dans les parcs 
  • Préempter des terrains non bâtis, ou bâtis de façon incohérente

On peut aussi proposer aux habitants de s’associer aux efforts de la commune :

  • En leur proposant conseils techniques et éventuellement aide financière, pour végétaliser leurs façades, toiture, terrasses, pour choisir les meilleures espèces « UTILES » à planter
  • En associant les habitants du voisinage à chaque opportunité de réaménagement de l’espace public, pour définir les meilleurs lieux de plantation, et tenant compte de la largeur des voies, hauteur des immeubles, exposition et l’impact des zones ombragées, etc. 
  • 8 Pouvez-vous définir votre vision de Fontenay-aux-Roses à 15-20 ans
  •  9Que souhaitez-vous pour cette ville en termes de :
  • population (nombre, diversité…)
  • urbanisme (destination des zones, type d’habitat, densité, espaces verts…)
  • mobilité et transports
  • accompagnement de la transition écologique
  • services à la personne
  • offre culturelle

Fontenay ne pourra évoluer de façon harmonieuse que si on réfléchit d’abord à ce qu’on veut faire de notre commune à moyen et long terme, et si on élabore un plan d’ensemble qui concerne aussi bien le centre-ville que les quartiers « périphériques ».

Malheureusement le PLU (Plan Local d’Urbanisme) qui a remplacé le POS (Plan d’Occupation des Sols) le 15 avril 2017 a surtout défini des droits à construire zone par zone, à l’opposé d’une approche globale. Il a aussi supprimé des barrières protectrices contre l’appétit des promoteurs immobiliers. Ce n’est pas par hasard si depuis la promulgation du PLU, les propriétaires de pavillons dans les zones ouvertes à la densification sont harcelés par des groupes comme Nexity, Franco-Suisse, Bouygues Immobilier, etc.

Ces projets immobiliers qui arrivent dans le désordre vont accentuer l’incohérence architecturale de la ville déjà maltraitée, et rendre impossible l’évolution souhaitable. On ne détruira pas demain ce qu’on construit aujourd’hui.

Il est donc indispensable de geler les actions en cours et de lancer une étude globale sur l’urbanisme de Fontenay-aux-Roses. 

Nous souhaitons que la nouvelle municipalité lance dès son installation cette étude globale qui devra non seulement s’appuyer sur un ou plusieurs cabinets d’urbanisme, mais aussi associer par tous les moyens possibles les Fontenaisiens et leurs associations.

Parmi les axes de réflexions structurants, on peut d’ores et déjà citer :

  • Est-il souhaitable de densifier en centre-ville ?
  • Que va-t-on faire de la rue Boucicaut, de la place du Général de Gaulle et du mail Boucicaut ?
  • Où doit-on construire de nouvelles habitations et de quels types ? 
  • Comment réorganiser les flux de circulation et le stationnement dans ce contexte ?
  • Comment favoriser le développement végétal de la ville et préserver l’existant ?
  • Comment rééquilibrer l’offre commerciale, les équipements de service public, l’offre culturelle, etc. entre les différents quartier

 

IV / Commentaires de l’Association des Retraités CFDT

Sur le Thème 7 ‘Services de proximité’

A la question Q7-1 : comment allez-vous satisfaire les besoins ? les réponses, en substance, ont été les suivantes :

Fontenay avec vous (P. Buchet) propose : des lieux d’accueil de jour, un lieu de soutien psychologique, un café des aidants.

Fontenay Demain (L. Vastel) : n’a pas souhaité répondre aux questions du collectif.

Pour Fontenay (S. Bourdet) propose : plus de petites structures de médecine privée, plus de cabinets d’aide à la personne.

Un temps d’avance pour Fontenay (G. Mergy) propose : plus de spécialités au CMS, de la prévention, des dispositifs de santé, l’Ehpad à domicile.

Point de vue de l’association :

Sur Fontenay, déjà 4 structures, dont le CCAS, de service d’aide à la personne (auxiliaires de vie, ménage, transport, bricolage, jardinage) qui ont du mal à recruter sur le besoin majeur en auxiliaires de vie. Pourquoi en rajouter ?

Quels ‘dispositifs de santé’ ?

Côté médecine de ville on aimerait limiter les dépassements d’honoraires, facteur d’exclusion.

A la question Q7-2 : Quelles solidarités ? les réponses, en substance, ont été les suivantes :

Fontenay avec vous (P. Buchet) propose : des tiers lieux flexibles, des espaces de co-working, un cyber café.

Fontenay Demain (L. Vastel) : n’a pas souhaité répondre aux questions du collectif.

Pour Fontenay (S. Bourdet) propose : une association ‘Seniors dans la cité’, des cafés intergénérationnels, bref : tout partager ; jardins, arts, éducation, culture, …

Un temps d’avance pour Fontenay (G. Mergy) propose : Accès aux services publics plus souples, des tiers lieux d’échanges, des appartements partagés, une maison des arts, un numéro vert d’alerte sociale, une aide numérique aux isolés.

Point de vue de l’association :

Un numéro vert, concerté avec les communes limitrophes ?

Plutôt que ‘Seniors dans la cité’ préférer l’atteinte d’un label reconnu (nationalement et internationalement par l’OMS) comme : ‘Ville amie des aînés’ comme Sceaux et/ou ‘Ville amie des enfants’ comme Le Plessis-Robinson.

Le besoin des aidants n’est pas tant le lieu de rencontre, que comment être remplacés en confiance pendant qu’ils se rencontrent.

A la question Q7-3 : comment maintenir les services ? les réponses, en substance, ont été les suivantes :

Fontenay avec vous (P. Buchet) propose : difficile car questions de financement

Fontenay Demain (L. Vastel) : n’a pas souhaité répondre aux questions du collectif.

Pour Fontenay (S. Bourdet) propose : des pôles multiservices, accueil, aides, accès internet.

Un temps d’avance pour Fontenay (G. Mergy) propose : faciliter les démarches internet.

Point de vue de l’association :

Peu de développement sur les relations avec l’inter-communalité, le Département, le Territoire, l’ARS … aides, finances, règles, etc … (voir Q1-9).

Quelles compétences restent à la commune ? quelle autonomie réelle ?

Internet : il ne suffit pas de mettre un terminal ou un signal wifi à la disposition des gens, il faut un accompagnement : par quels personnels ? 

Sur le Thème 8 ‘Evolution de la ville à long terme p2/2

A la question Q8-1 : Vision de la ville à 15 – 20 ans ? les réponses, en substance, ont été les suivantes :

Fontenay avec vous (P. Buchet) propose : Une maison du climat, tout sera merveilleux !

Fontenay Demain (L. Vastel) : n’a pas souhaité répondre aux questions du collectif.

Pour Fontenay (S. Bourdet) propose : des salles de convivialité, des cafés solidaires, des mobilités apaisées, une ville verte, bref : les villes alentours vont nous envier !

Un temps d’avance pour Fontenay (G. Mergy) propose : on aura de nouvelles entreprises. 

Point de vue de l’association : 

Fontenay avec vous’ prévoit des lieux pour les ordures ménagères, en effet cela manque.

Pour Fontenay’ veut traiter les incivilités et nous fait peur avec des souris de laboratoire au CEA !

(il est reconverti en centre de recherche neuro – biologique européen, avec tous les agréments et contrôles qui vont avec).

Quelles nouvelles entreprises ? où ? il manquerait peut-être un hôtel du côté du panorama, de préférence sur Fontenay.

A la question Q8-2 : Evolution de la ville à long terme ? les réponses, en substance, ont été les suivantes :

Fontenay avec vous (P. Buchet) propose : la prise de décisions avec les citoyens : votations et conseil municipal citoyens.

Fontenay Demain (L. Vastel) : n’a pas souhaité répondre aux questions du collectif.

Pour Fontenay (S. Bourdet) propose : un fonctionnement en intelligence collective.

Un temps d’avance pour Fontenay (G. Mergy) propose : la co-construction des actions avec les citoyens, les nouvelles constructions immobilières en HQE et THQE.

Point de vue de l’association : 

Quelle place pour les associations dans les prises de décisions ?

Côté lien social, par quels personnels ? tout ne peut pas être fait bénévolement.

Sujets peu abordés par les candidats :

Mobilité, accessibilité : lieux administratifs (par exemple escaliers de la Mairie face à la place De Gaulle), commerces, transports (arrêts de bus) …

Adaptation des logements aux besoin des seniors, quelles aides de la commune ? quel accompagnement ? (exigence loi Elan pour les nouvelles constructions).

Sécurité : dealers, tapage, squats des espaces publics, de jour comme de nuit, incivilités, comment traiter les populations en déshérence ?

 

V / Commentaires de l’Association La Boissière 

Nos commentaires sont en italique

Nous remercions Mme Suzanne Bourdet « Association, Ecologique, Citoyenne pour Fontenay», Mrs Pascal Buchet « Fontenay avec vous » et Gilles Mergy « Un temps d’avance pour Fontenay » d’avoir pris en considération les attentes de nos adhérents et avoir répondu à nos questions.

Nous regrettons que M. Laurent Vastel « Fontenay demain », n’ai pas daigné répondre à ces mêmes questions.

 

Thématique : Aménagement et cadre de vie

• Quelle est votre position sur la pétition lancée par l’Association La Boissière « Ni immeuble, ni parking sur le parvis du château La Boissière » qui a réuni plus de 650 signatures en juillet 2017 ? 

• Comment réagissez-vous au fait qu’elle n’a pas été entendue puisque le permis de construire de ces deux bâtiments a été délivré à la Société Immobilière VINCI, le 25 octobre 2019 ?

Les trois listes sont opposées à la construction d’un immeuble et de la folie, ce qui nous satisfait pleinement et qui va dans le sens de la pétition que nous avons initiée.

Mme Suzanne Bourdet « Association, Ecologique, Citoyenne pour Fontenay» et Mr Pascal Buchet « Fontenay avec vous » proposent d’agir contre le permis qui a été accordé, sachant que malheureusement le recours déposé et signé par plus de 150 fontenaisiens n’a pas de valeur suspensive au démarrage des travaux et Gilles Mergy « Un temps d’avance pour Fontenay » propose une concertation en amont sur tous les chantiers importants.

Nous considérons qu’il y a urgence à arrêter le processus en cours, de façon à ce que le permis de construire délivré soit tout bonnement retiré. Seule, une réelle concertation avec les associations et les fontenaisiens pour définir l’aménagement du fond de place du Général de Gaule  permettra enfin de trouver une solution satisfaisante pour tous.

• Depuis la mise en application du PLU, les règles définissant les droits à construire ne sont pas suffisamment protectrices dans le centre-ville.

Comment comptez-vous protéger notre centre-ville pour stopper la densification et pour préserver les espaces verts, publics et privés, indispensables à la sauvegarde de la biodiversité de la ville ?

Les trois listes s’engagent à réviser le PLU pour préserver les espaces verts et la biodiversité bien qu’un représentant de la liste« Association, Ecologique Citoyenne pour Fontenay» ait contribué activement à mettre en forme le PLU actuel et reconnaît aujourd’hui que c’est un outil de densification très contestable.

Nous apprécions vivement que cet engagement de révision du PLU soit prioritaire pour la liste «Un temps d’avance pour Fontenay ».

 

Thématique : Urbanisme et mobilités

• Le tracé de la rue La Boissière a été co-élaboré entre riverains, association La Boissière et la municipalité lors de son réaménagement, dans le but de réduire le trafic automobile et de sécuriser les usagers piétons et cyclistes de cette desserte locale. Dans le cadre du réaménagement de la place de la Cavée, il semble évident, compte tenu de son étroitesse et de sa configuration, que cette desserte doit s’intégrer dans un cheminement vert piéton et vélos, partant du Panorama (tramway) pour rejoindre la Coulée Verte. 

Quel est votre position sur cet aménagement entre la place de la Cavée et la rue Georges Bronnenotamment ?

Nous apprécions également, que les trois listes soient favorables à une circulation apaisée dans la rue La Boissière à priorité piétons et vélos. Néanmoins, nous regrettons qu’aucune liste intègre cette rue dans un cheminement vert piétons partant du Panorama (tramway) pour rejoindre la coulée verte, comme cela avait été défini et acté dans l’élaboration du PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durables) intégré dans le PLU lors des réunions de travail des Fontenaisiens.

PADD chapitre II p. 14  « Une richesse paysagère constitutive d’une qualité de vie privilégiée » on peut lire : Protéger un cheminement favorable à la biodiversité qui permet  de relier le Panorama à la Coulée verte.

Les 3 candidats proposent aux fontenaisiens une collaboration étroite et active.

Nous serons vigilants et attentifs à ce que ces promesses soient tenues pendant toute leur mandature.

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )