17 septembre 2019 | 13:17
Vous etes ici:  / Finances / Urbanisme / Curieuse conception de l’utilisation de l’argent public

Curieuse conception de l’utilisation de l’argent public

Tant dans Le Mag de novembre que lors de la réunion de quartier Ormeaux /Renards du 3 novembre, il est développé l’idée que l’opération place de l’église à 1,4 millions d’€ (je ne reviens pas sur le bien, ou plutôt le mal fondé de ce projet) ne coûte pas cher puisque le département en prend 80% en charge.
Sauf que dans les deux cas il s’agit de nos impôts, et que la même somme aurait pu être utilisée pour des investissements plus pertinents, voire indispensables (qui ne manquent pourtant pas si l’on en croit les propos constants de la majorité municipale sur le sujet).
S’agissant de la position du département quant à la prise en charge exclusive de projets structurants, je perçois mal la différence entre la réfection d’un trottoir (qui serait non structurante, donc) et celle d’une place (qui, elle, le serait …)

Dominique GUILLOU

2 RÉPONSES

  • Louis-Marie Hamel

    Après l’Ecole Saint-Vincent-de-Paul largement subventionnée, c’est la Place de l’Eglise qui fait l’actualité. Pour les sorties de messes, de mariages ou de baptêmes y a t’il un problème de sécurité ? J’avais entendu parlé de laïcité. J’en viens sérieusement à en douter. Pas de doute il y a vraiment d’autres priorités.

  • Bonjour,

    Dominique Guillou résume parfaitement les enjeux :
    – la municipalité actuelle ne manque pas de mettre régulièrement en exergue le soit disant état de décrépitude avancé du patrimoine municipal, en s’appuyant sur un audit dont les conclusions n’ont jamais été présentées au Conseil municipal ni transmises aux élus…
    – mais en parallèle, elle réduit l’enveloppe d’investissement de la ville et n’a lancé aucun projet de rénovation lourde de son patrimoine…

    A l’heure actuelle, outre le plan de rénovation de la place de l’Eglise dont l’utilité est très discutable, le principal projet engagé par la nouvelle équipe est l’accroissement de la capacité de la crèche des Pervenches. Ce projet est coûteux par rapport au nombre supplémentaire de berceaux créés (10 de plus par rapport à notre projet) mais il répond à un réel besoin.

    Sinon, c’est le « calme plat » que ce soit sur les travaux de rénovation de la voirie, l’amélioration de l’isolation thermique des bâtiments…

    Ce décalage permanent entre d’une part un discours à la fois systématiquement critique sur le bilan de P. Buchet et volontariste sur leur projet et d’autre part l’inertie de leur action concrète (plus de 18 mois après leur arrivée, on peut pourtant considérer que la période de rodage est achevée…) devient pénible à la longue.
    Parler fort et agir faiblement est la principale critique que l’on peut faire à l’équipe de L. VASTEL.
    Gilles Mergy, Conseiller municipal

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )