18 novembre 2019 | 11:08
Vous etes ici:  / Finances / Libre opinion / Des audits qui ne confortent pas les analyse de la majorité municipale

Des audits qui ne confortent pas les analyse de la majorité municipale

A son arrivée, la nouvelle majorité municipale a critiqué l’état du patrimoine municipal et la situation financière de la ville et a annoncé que les deux audits seraient rendus publics.

Elle a confié au cabinet Mazars (sans aucune transparence ni mise en concurrence) la réalisation d’un audit financier de la ville. Plusieurs approximations et conclusions hâtives (mauvaise analyse des procédures de gestion, erreurs sur le taux d’endettement) ne permettent pas de considérer ce travail comme un véritable audit financier. Néanmoins, la présentation qui en a été faite par le responsable de mission au Conseil municipal en décembre dernier est plutôt de qualité.

Elle confirme ainsi que la ville de Fontenay aux Roses a une fiscalité et une dette plus faibles que les villes voisines et les villes de même taille mais aussi de très faibles marges financières (malgré les 9,5 millions € obtenus du CEA grâce à l’ancien Maire et son équipe).

La majorité municipale a choisi de faire une lecture tendancieuse et erronée des travaux de Mazars en affirmant tout d’abord que le patrimoine municipal n’avait pas été entretenu. En réalité, plusieurs millions d’euros ont été investis en fait chaque année sans augmenter la dette notamment pour améliorer l’isolation thermique. En revanche, depuis un an, la municipalité a engagé peu de travaux de rénovation à l’exception d’une intervention d’urgence à l’école Jean Macé et de l’embellissement des bureaux de plusieurs élus de la majorité.

La majorité affirme également que la baisse de la population coûtait cher à la ville. Or, si un nouvel habitant rapporte par an entre 378 et 613 € en fiscalité et dotation, il consomme aussi des services publics : un enfant qui va à la cantine est subventionné au moins à hauteur de 900 € par an, créer une place en crèche coûte 20 000 €.

En confiant cette mission Mazars, la municipalité cherchait à mettre en cause l’héritage financier de la municipalité précédente. Les conclusions de Mazars n’allant pas dans ce sens, elle en fait une lecture tendancieuse. En outre, contrairement à ses promesses, elle n’a toujours pas rendu public le rapport complet de Mazars ni présenté l’audit du patrimoine.

Cette majorité, dont on ne connaît d’ailleurs toujours pas les priorités pour le mandat, continue d’avancer masquée et essaye toujours des se donner un programme. En attendant, elle accompagne l’avancement des projets de l’ancienne municipalité « .

Tout ceci n’est pas rassurant pour les Fontenaisiens.

 

Gilles MERGY

Ancien Maire-adjoint aux Finances

4 RÉPONSES

  • Je voudrais connaître le coût de cet audit financier qui apparemment laisse à désirer ?

  • l »absence d’appel d’offre pour l’élaboration de ces audits témoigne de l’ignorance des pratiques libérales.les plus basiques.Que dirait-on si la gauche faisait de même?
    Enfin;la nouvelle municipalité n’a cessé de faire de ces audits le socle de son futur programme.
    Cela va faire 1 an que la nouvelle municipalité est au travail.
    J’attends toujours le programme.Au nom du professionalisme mis en avant par M.le maire.

  • D’après les éléments dont je dispose, le coût de l’audit est d’un peu moins de 9000 euros TTC, soit l’équivalent de 6 à 7 journées de travail d’un consultant dont une qui a été facturée pour la présentation au Conseil Municipal. Le coût est donc relativement raisonnable mais le temps qui a été consacré à cette mission ne permet en aucune manière de la qualifier d’audit financier. Cela relève plutôt d’une analyse rapide et sommaire même si, comme je l’ai écrit dans mon article, le consultant a fait un travail de qualité?
    Gilles Mergy

  • Letang Françoise

    Le vrai bilan sera dans 5 ans mais curieusement le programme est inexistant.
    Ce que nous avons pu constater :
    – la destruction du Fontenay Mag en arrivant à la Mairie
    – la mise en peinture de certains bureaux
    – le remplacement du mobilier dans certains bureaux des élus
    – changement de certaines poubelles, pour l’esthétique chacun ses goûts !
    – 1400 chrysanthèmes au mois d’octobre
    – des jolis sièges de couleurs installés pendant les beaux jours dans les espaces verts du Château Sainte Barbe inutilisables car attachés ensembles (à moins que ce ne soit une nouvelle façon de provoquer des rencontres ou de ne prendre qu’un livre pour deux à la médiathèque) !
    – le joli logo dont la conception a un coût qui n’est pas négligeable et qui entraîne également le changement du papier entête, des enveloppes, des cartes de visite, et des logos que nous avons partout dans la Ville par exemple au CMS etc ….

    Nous sommes loin d’un vrai programme de campagne, il ne s’agit que de « nouveautés », en effet aucun de ces choix ne découle d’initiative de l’ancienne municipalité. Il est d’actualité de faire « les comptes ». Cela sera peut-être le cas en 2020, dans un audit financier. Un autre audit financier qui ne sera pas chargé de nous dire « ou est passé l’argent du CEA ?
    Une chose est certaine, mises bout à bout toutes ces dépenses
    ne feront pas baisser le montant qui s’affiche sur le petit papier annuel que nous recevons et qui s’appelle « taxe d’habitation ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )