31 mai 2020 | 09:53
Vous etes ici:  / Libre opinion / Faire l’école à la maison : Comment réduire les inégalités

Faire l’école à la maison : Comment réduire les inégalités

Dans le cadre de la crise sanitaire actuelle, les enseignants de l’éducation nationale ne sont pas en vacances comme semblait le penser la porte-parole du gouvernement.

Ils veillent au contraire à maintenir les liens avec leurs élèves et à leur envoyer des documents ou des supports pédagogiques par voie électronique.

Mais, tous les parents ne disposent pas des outils informatiques pour recevoir et pour imprimer ces documents. Certains d’entre eux nous ont d’ailleurs alertés et je les en remercie.

Cela génère une nouvelle forme d’inégalités entre les élèves même si dans certaines écoles de notre commune, les enseignants appellent directement les familles en difficultés.

Que peut faire la municipalité dans ces conditions ?

Elle pourrait, au moins pour les élèves scolarisés dans les écoles de la ville, se rapprocher des enseignants afin de leur demander copie des communications et supports qu’ils transmettent à leurs élèves, ainsi (avec l’accord des parents concernés) que l’identité des élèves ne disposant pas des outils nécessaires au suivi des cours et/ou du programme et souhaitant disposer d’une aide.

Les documents pourraient ensuite être régulièrement imprimés par les services municipaux, mis sous pli dans des conditions sanitaires satisfaisantes puis mis à disposition des élèves à la mairie ou en divers points dans les quartiers (maison de quartier des Blagis, écoles…).

Les conséquences de la crise sanitaire actuelle sont déjà majeures. Il appartient à la municipalité, en charge de services publics de proximité et notamment de la gestion des écoles, de trouver à son niveau les solutions simples et efficaces qui permettent d’éviter ou de réduire les désagréments et les risques supplémentaires liés aux nécessaires adaptations dues à la crise sanitaire.

Il est notamment essentiel que les services municipaux se mobilisent  pour éviter en plus un accroissement des inégalités entre les élèves. Nous ferons des propositions dans ce domaine dans les semaines qui viennent.

A court terme, je me suis d’ores et déjà rapproché des services municipaux pour les encourager à mettre en œuvre un tel dispositif.

Je ne manquerai pas de vous tenir informés des suites qui seront données à ma demande.

 

Gilles Mergy

5 RÉPONSES

  • Oui, il y a des parents qui continuent à travailler à l extérieur de chez eux, des parents qui teletravaillent et ont peu de temps pour aider leurs enfants dans leurs apprentissages, des parents qui ont un seul ordinateur, des parents qui n’en ont pas, des parents solos, des parents qui ont du mal à suivre la scolarité de leurs enfants, des logements où les enfants ne peuvent pas s isoler pour travailler, des connexions wifi moins bonnes ou inexistantes , … ça va encore plus creuser les inégalités; et c est encore plus compliqué en ces temps de confinement de savoir et d aider. Les enseignants sont très mobilisés mais ne peuvent pas tout faire. Le prêt de tablettes (comme cela a été fait par le collège), la mise à disposition de copies, l’aide aux devoirs (comme proposé par la municipalité de Bagneux) permettraient d aider certains élèves.

  • J’aimerais avoir confirmation que le collège fournit une tablette à tous les élèves qui n’ont pas les outils nécessaires ; en effet je fais du soutien scolaire par Skype avec un élève de 4ème qui n’a que le téléphone de sa mère et de son père, ce qui n’est vraiment pas facile pour travailler. Dans l’affirmative, auprès de qui faut-il s’adresser ?
    Par ailleurs, je confirme que le soutien scolaire organisé par le CCJL dépendant de la mairie n’a pas été réactivé par cet établissement. Nous sommes 2 bénévoles à avoir pris l’initiative de recontacter nos élèves mais un mouvement impulsé par le CCJL lui même aurait été nécessaire …

  • Il semble aussi qu’il y ait des soucis de connexion internet dans le bas de Fontenay-aux-Roses liés à des travaux de réseaux non achevés. Si c’est le cas, c’est bien des dizaines et des dizaines d’enfants qui sont empêchés. Ce serait dramatique.

  • Pas grave M Duval … c est le bas de Fontenay .. si au centre ville tout va bien, le reste on s en f…. ( probablement ce que pense nos amis de la majorité actuelle…)

  • je ne suis pas surprise que le ccjl n’ait pas répondu. L’année dernière sur les panneaux d’affichage de la ville il y avait des affiches promouvant le soutien scolaire avec mise en place de stages aux vacances d’avril pour les élèves de 3ème. J’avais trouvé l’idée géniale. J’ai inscrit mon enfant. Le stage coutait 80 euros aux parents, les cours devaient n’avoir lieu que le matin alors que sur les affiches il était écrit toute la journée. Un rêve, une belle idée qui s’est envolée. Bien dommage pour les élèves et la réponse du ccjl nous sommes obligés d’annuler le stage, désolé. Le chèque est à la réception car que 4 élèves inscrits.
    Justement le but c’est quoi ? De refaire cours à 50 élèves, aucun intérêt ou de faire du cas par cas et de revoir les notions non acquises?
    Alors que vous dire de l’école pendant le confinement.
    Nous parents et élèves devrions dire stop. Stop à cette façon d’apprendre, stop à la pression que mettent les profs du style zéro si copie pas rendue. Stop à cette dérive car ce sont nos enfants qui vont trinquer. Et pourtant ils passeront tous en classe supérieure car le redoublement coûte cher, plus de 7000 euros par élèves. Qu’il faut se battre pour que votre enfant ait un p.a.p (programme d’aides personnalisée) mais là aussi cela coûte cher donc c’est plus facile de dire aux parents à l’oral ou sur le bulletin scolaire faut que votre enfant se reconcentre. Ou aller consulter une orthophoniste ou un psychologue alors que c’est à la base aux professeurs de revoir leur enseignement. De travailler le français, l’orthographe, la grammaire, la façon d’écrire, les notions de base en mathématiques et d’arrêter d’embrouiller tout le monde avec les differentes manières pour y arriver car c’est écrit au programme. Si l’élève a compris d’une façon tant mieux. Et c’est le but. Et de stopper des matières inutiles telles que la techno qu’ aprés la 3 ème vous n’avez plus. Bientôt, nous parents, on pourra presque passer le concours pour être professeur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )