19 juillet 2019 | 08:12
Vous etes ici:  / Culture / Libre opinion / J’enrage

J’enrage

Voilà que j’apprends une nouvelle siderante  au hasard d’une lecture d’un article taillé à la hache et fignolé au Marteau piqueur (désopilant) paru dans une gazette locale et écrit par un soutien acharné  du maire. 

L’édile, interrogé par la présidente du Tribunal de Grande Instance de Nanterre dans le procès en diffamation contre Osez Fontenay, a invoqué comme un argument déterminant justifiant sa plainte, le trouble important que les propos tenus dans ce brûlot politique avaient, ou auraient pu, causer à ses enfants dans la cour d’école ayant été, ou ayant potentiellement pu être, victimes de quolibets de la part de leurs petits camarades.

Argument massue s’il en est de la part du maire.

On imagine aisément l’émoi du tribunal devant l’évocation d’une telle souffrance. 

On devine le silence glacial envahir la salle à l’evocation de  ces propos, silence seulement interrompu par le bruit des larmes du tribunal tombant sur le Parquet ( encore plus désopilant ).

Quelle rage de savoir que cela va certainement mettre en joie les 2 apprentis terroristes intellectuels malveillants administrateurs du blog en apprenant qu’ Osez Fontenay fait maintenant le buzz dans toutes les écoles du département.

Voilà Osez Fontenay lu par tous les écoliers du 92 et peut être même au delà.

Voilà Osez Fontenay référencé dans les préaux et les cours de récréations.

Voilà Osez Fontenay cité dans les réfectoires entre le boudin purée et le fromage blanc crème de marron.

Voilà l’adresse mail d’Osez Fontenay transmise en catimini le soir dans les pensionnats. 

A quand les articles d’ Osez Fontenay commentés dans les cours de français entre « L’esprit des lois » de l’ami du député à la galette facile (toujours aussi désopilant), le gars Montesquieu, qui nous rappelait qu’ « Il n’est pas de plus cruelle tyrannie qu’à l’ombre de la justice » et « De la démocratie à la dictature » de l’ami de ma grand mère, Gene Sharp, par des professeurs partisans à la solde de l’opposition fontenaisienne qu’est ce blog Osez Fontenay.

Se rendent-ils compte ces auto déclarés amis de la liberté d’expression du traumatisme de ces enfants qui comme l’écrit l’ami du maire « n’ont pas à pouvoir lire ce genre d’accusations particulièrement violentes et dégradantes »?

J’enrage d’imaginer ces 2 belliqueux diffamants se réjouir de l’étendue du succès de leur blog.

Remercions ici l’ami du maire de nous avoir rapporté cette information essentielle qui aurait pu, sans lui, passer sous silence. 

Et c’eût été bien dommage …

Jean Guy Croland 

1 RÉPONSE

  • Cher Monsieur Croland,

    Votre article m’a fait rire aux éclats alors que j’étais assis dans une rame du Rer B malheureusement en retard, ce qui ne réjouissait aucun de mes voisins.

    Les nombreux excès dans l’article précité paru sur le blog des amis du maire (premier article depuis trois mois) seraient risibles s’ils ne traduisaient pas leur stratégie de campagne : calomniez, calomniez il en restera toujours quelque chose.

    C’est dommage qu’une équipe municipale investie depuis si longtemps dans l’action publique se laisse aller à de telles pratiques. Heureusement, certains élus de la majorité municipale ne semblent pas cautionner cette campagne de caniveau comme ils ne semblent pas avoir cautionné le licenciement expéditif de la directrice de la communication.

    Le débat d’idées et sur des projets est consubstantiel à l’action publique et il est sain. Il ne résume pas comme le pensent les élus LREM au niveau national à un débat entre progressistes et populistes.

    Il ne se résume surtout pas comme le pensent les amis du maire à des attaques personnelles ou des images caricaturales (rappelons nous leur comparaison en 2014 entre Fontenay et la Roumanie de Ceaucescu).

    Il est essentiel que la campagne municipale dans notre commune permette de débattre sereinement de l’avenir de Fontenay.

    Avec tous les membres des ateliers Fontenaisiens, nous y serons attentifs.

    Gilles Mergy
    Conseiller municipal d’opposition

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )