25 août 2019 | 15:49
Vous etes ici:  / Libre opinion / L’attitude comportementale de Laurent Vastel se dégrade manifestement un peu plus à chaque Conseil Municipal

L’attitude comportementale de Laurent Vastel se dégrade manifestement un peu plus à chaque Conseil Municipal

Comme nous pouvons malheureusement le constater, ce spectacle n’est pas uniquement réservé à ces rendez-vous mensuels.

Il n’y a qu’à assister aux réunions organisées par la municipalité ou tout récemment par « le groupe des 9 », ou bien encore lire les éditos et les paroles de majorité dans le Far Mag pour se rendre compte de la dérive verbale de notre Maire et de quelques uns de ses adjoints « d’excellence ».

Fin 2015, c’était la dérision qui l’emportait; elle s’est progressivement transformée en attitude et propos méprisants pour devenir fin 2018 un agglomérat incontrôlé d’agressivité saupoudrée de mensonges lorsque des citoyens émettent des idées différentes des leurs.

Cette dérive s’accélère à l’approche des prochaines élections car tous ceux qui ont un avis différent sur la façon dont cette équipe (croupion comme aime la nommer Gilles Mergy) s’y prend pour gérer et imaginer l’évolution de Fontenay-aux-roses sont de plus en plus nombreux à exprimer ouvertement leur désaccord.

Les articles et commentaires publiés quotidiennement dans ce Blog en sont la preuve.

Mais ce qui est encore plus révélateur de ce désaccord, c’est la réaction du citoyen-administré qui face au mépris et à la dérision se détourne tout naturellement de celui qui les pratique.

Deux exemples parmi d’autres :

Beaucoup d’entre nous ne veulent plus perdre leur temps en venant écouter un monologue d’autosatisfaction fractionné par des propos revanchards égratignant tout ce qui avait pu exister avant 2014, lors de réunions de quartier et de celles organisées sur des thèmes ficelés par avance ou tout simplement pour assister à des inaugurations ridicules comme celle du chapiteau provisoire qui est la conséquence d’un choix politique non partagé sur la culture théâtrale.
Les comités d’habitants ont une vitalité quasiment nulle. Celui du centre ville n’existe que par son nom, la quasi totalité de ses membres ayant démissionné.

Encore deux autres exemples confirment ce détournement du citoyen envers celui qui les administre :

J’ai déjeuné au café de la gare en novembre, le même jour que notre Maire, assis au milieu de la salle en tête à tête avec un homme bien cravaté. A part moi et bien malgré moi en entrant dans ce café, personne en une heure de temps n’est venu saluer Laurent Vastel ou daigner lui adressé 2 mots.
Un ami m’a rapporté avoir récemment suivi en retrait volontaire de quelques pas Laurent Vastel entre les places du Général de Gaulle et de l’église. Sur ce parcours, aucune personne ne l’avait salué ni interpellé.

Je ne peux pas croire que notre Maire n’est pas connu ni reconnu par ses citoyens-administrés, puisque sa photo est présente sur plus de la moitié des photos publiées dans les Far Mag mensuels et sur tous les panneaux d’affichage de notre ville.

Ce triste constat étant fait, je suis aujourd’hui persuadé que la dérive comportementale de Laurent Vastel (et de quelques un(e)s de sa garde rapprochée) s’explique par le simple fait qu’il a été très mal élu en 2014, comme l’a très justement rappelé Pascal Renault dans un récent article publié le 17/12/18 dans ce Blog de ZOZOS.

Ceux qui commencent à croire qu’ils sont les meilleurs pour entrainer derrière leur nom une vague de fontenaisiens très mécontents qui permettra de dégager l’équipe en place en mai 2020 feraient bien de rentrer leur propre égo et de raisonner ensemble avec clairvoyance.

Faute de quoi, ils ne seront pas élu ou au mieux le seront aussi mal que Laurent Vastel ce qui nous promet bien d’autres dérives comportementales…

Bernard Welter

 

1 RÉPONSE

  • Dominique Guillou

    Ben oui, il est comme ça , cet homme !

    J’ai le souvenir de la 1ère réunion du quartier Ormeaux Renards suivant son élection. Un fontenaisien « de base » , non opposant répertorié, lui expose calmement, poliment, loin de toute agressivité, un problème de marches d’escalier en très mauvais état pour accéder à l’école des Renards. Comme cet accès à l’école se situe sur une voie privée, le Maire botte en touche. Son interlocuteur a quand même le culot d’insister, mais toujours très posément.
    Réponse du Maire (de mémoire) avec son p’tit sourire en coin : « oui, et puis tant qu’à faire, on peut aussi refaire votre salle de bain « (ou « votre cuisine », je ne me souviens plus)

    A peine élu, déjà désagréable même en situation tout à fait ordinaire. Alors évidemment, si l’on ose contester ses choix .…….

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )