27 septembre 2020 | 06:33
Vous etes ici:  / Libre opinion / Le collet est un piège pour attraper les lapins (notamment), très insuffisant pour que L. Vastel puisse espérer piéger l’opposition

Le collet est un piège pour attraper les lapins (notamment), très insuffisant pour que L. Vastel puisse espérer piéger l’opposition

Quand il n’utilise pas les moyens de la Mairie (moyens payés par nos impôts) pour répéter à l’envi qu’il est le meilleur maire de l’univers (j’exagère à peine) dans  le traitement de la crise sanitaire, gérée à l’image de ce qu’il a « fait » pour la ville durant sa mandature (l’image étant astucieusement doublée par l’entremise du miroir d’eau qui lui est cher, et qui est cher pour les Fontenaisiens aussi, mais pas dans le même sens du mot), L. Vastel fait donner l’artillerie lourde pour compléter ses actions de campagne sur son blog, heureusement confidentiel. Déjà largement exploitée avant le premier tour, la technique consistant à mener une bonne vraie campagne de caniveau (comme on n’en fait plus depuis des décennies car jugée déjà terriblement ringarde) a manifestement été à nouveau choisie.

C’est ainsi que l’idée a germé d’écrire un « article » avec une consigne unique, une « idée » maîtresse : tendons un piège à l’opposition par des provocations.

 

Restait à trouver le moyen de le faire.

Les pièges, c’est le domaine des experts du Parti Animaliste de Droite (pourquoi « de droite » ? ça n’existe pas ce parti ! Et non, ça n’existe pas. Lecteur impatient, vous comprendrez bientôt pourquoi), bon, en tout cas, au parti animaliste, on doit bien lutter contre l’usage des pièges et des experts en piège doivent s’y trouver. Bingo, Mme Collet, compagne du maire en est la représentante – un peu comme si Mr Cacquarante était le représentant du nouveau parti anticapitaliste (NPA) s’il était présent aux élections à Fontenay.

 

« L’article » est magnifiquement illustré de copies d’écran de téléphone intelligent (smartphone en anglais) d’échanges pris hors de leur contexte afin de pouvoir leur donner le sens qu’on veut. C’est une forme prometteuse. Mais l’intelligence d’un téléphone n’existe pas. L’usage que l’on en fait peut éventuellement être intelligent ; il peut aussi ne pas l’être.

 

Qu’en est-il du fond ? Il en est comme il en est du fond de tous les caniveaux : les erreurs se disputent aux mensonges et aux sous-entendus pour occuper toute la place.

 

On ne va pas en dresser la liste exhaustive. Si une première lecture de l’article est déjà éprouvante, rétablir point à point la vérité, corriger les erreurs et expliquer la réalité de ce qui a été sous-entendu exigerait d’y revenir presque mot-à-mot et le temps et le courage nous manquent pour cela. On a affaire à un tissu (triple couche celui-là) de non-sens intégral.

 

On se contentera donc de revenir sur certaines des « attaques » où des personnes sont ciblées. Et même pas les attaques concernant la première d’entre elles en la personne de Gilles Mergydirectement : à la tête de la liste d’opposition arrivée en tête de toutes les listes d’opposition présentes au premier tour, Gilles Mergy, dans la vision de la démocratie qui semble être celle de L. Vastel et de son équipe, est une « cible naturelle ». Le « jeu de massacre » qui dure depuis de trop longs mois ne le touche même plus.

Petite remarque pour L. Vastel et ses artilleurs : c’est notammenten tapant dessus que l’on durcit l’acier, qu’on le rend plus solide encore.

 

Il est possible que L. Vastel ait des amis. On ne peut en tout cas que le lui souhaiter. C’est important les amis ; ils sont là, à nos côtés, quand on s’engage dans quelque chose d’important. Gilles Mergy lui en tout cas en a. L’un d’eux est nommé dans « l’article ». Je copie Mme Collet :

 

[…] (Gilles Mergy) sollicite, aujourd’hui, les services d’un professionnel de la Communication (un non Fontenaisien : Emmanuel Georges-Picot… on se demande au passage, si les frais seront bien mentionnés aux comptes de compagne, comme l’impose la loi ?). […]

N’utilisons pas le terme de diffamation, ce serait donner trop d’importance à quelque chose qui n’en a guère, si l’on considère la taille du lectorat du blog. Et puis le concept même de diffamation a déjà pu prendre un sens inattendu dans certaines affaires touchant L. Vastel et, pour ne citer qu’eux, certains éditeurs d’un certain blog citoyen. Cependant, on ne peut que conseiller à Mme Collet de vérifier un minimum la validité de ses sources quand on s’attaque comme cela à des personnes.

Gilles Mergy solliciterait donc aujourd’hui les services de Mr Georges-Picot, son ami. Raté. Par amitié, celui-ci, spontanément, sans sollicitation et depuis longtemps (pas aujourd’hui : le programme présenté par Gilles Mergy est le fruit d’un très long travail de fond) et évidemment bénévolement (pas de frais à « mentionner »), a apporté ses éclairages intéressants sur la campagne, son talent, en voisin, contribuant avec les colistiers d’Un Temps d’Avance, avec les Fontenaisiens lors des Ateliers Fontenaisiens, à l’émergence d’idées pertinentes pour qu’un programme écologiste, social et solidaire puisse être proposé, pour que l’on puisse changer radicalement de vision de la politique municipale, faire vivre enfin la démocratie. Un programme radicalement opposé donc à ce que la mandature qui s’achève a mis en « œuvre » durant 6 ans.

 

Numéro 2 de la liste « Un temps d’Avance pour Fontenay », Mme Léa-Iris Poggi a pu, grâce à cet « article » apprendre son appartenance à un parti politique qui … n’existe pas ! On passe ici directement du registre pathétique au rire de la comédie. Nouvelle copie de Mme Collet :

 

[…] G. Mergy, ou avec sa numéro 2 (ndlr : Léa-Iris Poggi) : une vice-présidente du Parti Radical de Droite (MRDS) […]

 

Mme Collet, si vous n’y aviez pas pensé (on ne peut pas penser à tout), dépêchez-vous de déposer le nom de ce parti qui n’existe pas ; il y a peut-être quelqu’un qui un jour voudrait créer un parti ainsi nommé et vous en auriez les droits. Vous pourriez alors choisir de les « offrir gracieusement » (si possible avec notice d’utilisation et certificat de conformité, il faut apprendre de ses erreurs) ou en espérer un bénéfice.

 

Bref, ce n’est pas avec un rudimentaire piège à lapin que vousattraperez l’opposition (actuelle). Mais continuez d’en poser. Nous nous chargerons d’en faire la discrète publicité en dénonçant quand-même tout ce qui touchera aux personnes nommées.

Alain Lhémery

1 RÉPONSE

  • Quand on lit l’article de C.Collet sur le blog de son conjoint, effectivement, certains ne vont pas finir de rire…
    Lorsqu’elle demande comment on peut faire confiance à un homme girouette? Pour rappel ce n’est pas Gilles Mergy qui tourne mais c’est le vent et j’espère qu’il sécrira bientôt dans le vent de l’histoire de Fontenay.
    Quant à Cécile Collet, a t elle aussi oublié que le vent a tourné pour elle? A t elle oublié qu’elle a servi le duo Buchet Mergy avec un dévouement exceptionnel. A t elle oublié ses pleurs sur les marches du théâtre ors de la défaite de ses mentors en mars 2014? A t elle oublié les propos qu’elle tenait à l’encontre de la majorite actuelle, qui était hier dans l’opposition. Reprends toi Cécile reprends toi sinon certains vont te rafraichir la mémoire avec beaucoup plus de précisions que je le fais là…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )