14 décembre 2018 | 01:03
Vous etes ici:  / Libre opinion / Le maire a bien raison

Le maire a bien raison

Dans le Mag d’octobre le maire écrit dans son éditorial: «L’amnésie municipale est donc une règle qui s’oppose parfois au devoir de mémoire. Je forme le vœu d’un débat apaisé où chacun garderait la mémoire de ses actes pour n’oublier, au service de Fontenay-aux-Roses, que son ego… ».
Le Maire a bien raison.
Rappelons nous par exemple le cas du devenir du Conservatoire de la rue du Docteur Soubise.
Dès après avoir appris dans le Fontenay Mag de l’époque (sous la mandature de M. Buchet), avec quelques amis riverains du bâtiment du Conservatoire , nous avons créé une association «Conservatoire Soubise » dont les buts étaient simples et clairs:  S’opposer à la vente de ce bâtiment municipal et chercher une solution au service des Fontenaisiens, pérenne et financièrement acceptable.

Rappelons nous qu’ à cette époque, ayant créé cette association, ce groupe de riverains était considéré par certains comme des opposants à M. Buchet et à son équipe municipale !

Parmi les tous premiers adhérents de l’association nous comptions Mme Gagnard, MM Durand, Faye, Ribatto. Et non adhérents mais soutiens très actifs : Mme Galante-Guilleminot qui ne s’économisait pas dans ses interventions par exemple dans les réunions du projet en co-élaboration qui avait été lancé pour avancer vers une solution partagée et M. Chambon qui dans son blog de l’époque enjoignait M. Buchet d’écouter l’Association Conservatoire Soubise.

Mais l’élection municipale de 2014 a donné lieu à un changement de maire et d’équipe.
Et quelles étaient les premières personnes à voter « POUR » la vente du conservatoire de la rue du Docteur Soubise, vente proposée par M. Vastel en complète contradiction avec ses propres engagements écrits ?
Mmes Gagnard, et Galante-Guilleminot, MM. Chambon, Durand et Ribatto. Seuls parmi eux M. Faye a voté «CONTRE» la vente.

Je ne doute pas que le maire avait cela en tête au moment d’écrire dans le Mag que «l’amnésie municipale est donc une règle qui s’oppose parfois au devoir de mémoire».
Et il a encore parfaitement raison de souhaiter «un débat apaisé où chacun garderait la mémoire de ses actes».
Mais souhaitons que cette «mémoire de ses actes» ne soit pas trop sélective ni trop partisane.

Je me permettrais de lui suggérer d’ajouter à ses recommandations comportementales qu’il serait préférable pour respecter les Fontenaisiens que les fortes «convictions municipales» ne soient pas à géométrie variable en fonction de la couleur politique du premier élu…

Daniel Marteau

Vice Président de l’association Conservatoire Soubise

7 RÉPONSES

  • Lorsque monsieur le maire évoque une épidémie d’amnésie, il pense aussi sûrement à sa promesse de ne pas augmenter les impôts locaux à fontenay pendant la campagne municipale de 2014. Promesse qu’il a oubliée un an après en décidant de la plus forte augmentation d’impôts jamais vue dans notre ville. Trois fois plus importante que la baisse des dotations de l’état… il faut espérer que lors de la future campagne municipale, les engagements qui seront pris par les différents candidats relèveront d’une analyse objective de la situation de notre ville et non de simples promesses électorales. C’est un enjeu majeur si on veut restaurer la crédibilité des élus locaux vis à vis de la population.
    Gilles Mergy
    Conseiller municipal

  • Jean Guy Croland

    C’est fou cette propension des personnes, une fois élues aux plus hautes fonctions d’une ville, à asséner à leurs administrés des brèves de comptoir.
    Jean Guy Croland

  • Françoise Zinger conseillère municipale PCF

    Je suis tout à fait d’accord avec l’article de Daniel Marteau et le commentaire de Gilles Mergy. Deux précisions : 1) comme je l’indiquais dans mon intervention au conseil municipal du 27 décembre 2017, outre les personnes citées dans l’article, Monsieur Lafon promettait dans ses tracts de campagne de ne pas vendre le conservatoire et a voté sa vente avec tous ses colistiers. 2) Monsieur Faye et ses colistiers n’ont pas voté contre la vente du conservatoire mais ont pratiqué la politique de la chaise vide en étant tous absents au conseil municipal du 27 décembre, sans donner aucun pouvoir que ce soit aux partisans de la vente ou aux opposants.

  • Merci Mme Zinger de votre précision.
    Monsieur Lafon ne faisait pas partie de l’association (il nous avait indiqué que cela ne lui était pas possible du fait de sa position dans l’ancienne équipe municipale) mais il nous avait témoigné à de très nombreuses reprises son soutien dans nos objectifs et comme vous le soulignez il avait pris position contre la vente dans sa campagne électorale.
    Il a lui aussi changé de position avec le changement d’équipe municipale, sans jamais nous donner aucune explication sur ce revirement de conviction.
    Je suis bien certain que monsieur le Maire s’adressait aussi à lui en écivant qu’il fallait « garder la mémoire de ses actes ».
    Daniel Marteau

  • Ma grand mère qui avait vécue en Polynésie nous répétait un proverbe local « Quand on grimpe aux cocotiers, il faut avoir (version pour les enfants)… les fesses propres ».
    J’aimais bien ma grand mère, une philosophe.

  • Le mot préféré du maire est « globalement », celui de Madame l’adjointe esthétique urbaine, etc, etc…, est « en fait »… Donc en fait globalement, il suffit de les écouter pour comprendre que les promesses n’engagent que ceux qui y croient !

  • Pour être complet, il faut aussi ajouter aux precisions que donne Françoise Zinger que, en tant qu’association l’Union Associative Fontenaisienne et en tant qu’individus ses 5 membres, ont signés le recours gracieux adressé au maire puis après son refus, le recours contentieux que l’association Conservatoire Soubise a adressé au tribunal administratif concernant la vente d’une très grande partie du site du Conservatoire de la rue du Docteur Soubise. Recours dont nous avons donné les motifs dans un article précédent de ce blog.
    Ce que nous avons considéré comme un soutien fort à l’action de notre association.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )