11 décembre 2019 | 17:15
Vous etes ici:  / Libre opinion / Lettre aux édiles incrédules de Fontenay-aux-Roses et d’ailleurs

Lettre aux édiles incrédules de Fontenay-aux-Roses et d’ailleurs

Lors de ces longues journées de canicule, calfeutré dans la pièce la plus fraîche de la maison, j’ai eu amplement le loisir de compulser certaines revues laissées de côté depuis de longs mois. Je suis notamment tombé sur un article de la revue des neurologues de 2019 intitulé « Impact de l’exposition à la pollution atmosphérique sur le risque de survenue et d’aggravation des maladies neurologiques ».

Les maladies neurologiques en question concernent les différentes formes de scléroses en plaque, la maladie d’Alzheimer, celle de Parkinson ainsi que les accidents vasculaires cérébraux (AVC) tant dans leurs survenues que dans leurs conséquences neurologiques.

Je ne pense pas que l’on puisse mettre en doute l’honnêteté intellectuelle ou qualifier d’amateuristes les chercheurs et médecins neurologues publiant leurs travaux dans cette revue.

J’y apprends que leurs conclusions s’appuient sur des travaux expérimentaux « in vitro » et « in vivo » chez l’animal soumis à des polluants atmosphériques divers ainsi que chez l’homme par des études d’imagerie, épidémiologiques et pathologiques.

Pour l’homme, nombre d’expérimentations ont été réalisées à Mexico et à Pékin où, comme chacun sait, la qualité de l’air n’est pas spécialement bonne. Je vous passe les détails de ces études dont une bonne partie se sont déroulées « post mortem » chez l’homme ce qui a eu comme impact d’exacerber mon angoisse existentielle face à la canicule.

On sait depuis longtemps que l’exposition aux polluants atmosphériques, notamment les particules fines et l’ozone, entraîne une inflammation pulmonaire responsable de pathologies cardiorespiratoires.

Il est maintenant acquis que les polluants, en particulier les nanoparticules, peuvent pénétrer dans le cerveau provoquant une inflammation et suggérant un rôle possible dans la survenue de certaines maladies neurologiques. Les nanoparticules sont des particules ultrafines émises par les moteurs diesel mais aussi par les industries électroniques, informatiques, de téléphonie mobile ou encore de fabrication de produits cosmétiques….. Ces nanoparticules passeraient directement du bulbe olfactif (organe de l’odorat) au liquide cérébrospinal (cerveau)

En 2018, les études épidémiologiques concluent à 9 millions de décès dans le monde attribués à la pollution atmosphérique particulaire toutes causes confondues. Cela représente 16% des décès dans le monde soit 3 fois plus que ceux provoqués par le SIDA et la tuberculose combinés.

Toutes les maladies causées par la pollution atmosphérique ont un coût humain et économique énorme. D’après la banque mondiale, la pollution de l’air coûte en protection sociale à l’économie mondiale plus de 5000 milliards de dollars par an.

Il est grand temps que l’élaboration des politiques de santé publique se fassent en lien avec la gestion environnementale puisque c’est notre environnement dégradé qui provoque nombre de maladies. Traiter ces pathologies sans supprimer leurs causes est une aberration.

Jean-Jacques FREDOUILLE,

élu écologiste d’opposition, Pharmacien.

2 RÉPONSES

  • Trop d’élus persistent encore, en dépit des preuves éclatantes, à nier les effets de la pollution atmosphérique sur la santé publique.
    C’est le cas du Maire actuel de Fontenay. Il pense, qu’en consacrant un dossier sur papier glacé dans le magazine sur le développement durable, les Fontenaisiens vont croire à sa conversion écologique. Mais elle n’est que superficielle et électoraliste. Mieux vaut écouter ses interventions au conseil municipal pour comprendre ce qu’il pense de l’agriculture bio, du réchauffement climatique et des impacts de la pollution atmosphérique.
    Jean-Jacques FREDOUILLE et les adhérents d’Europe Écologie les Verts tiennent un discours cohérent sur ces sujets depuis des années. Nous sommes heureux de conduire une démarche de rassemblement avec eux pour faire de Fontenay une ville plus écologique, plus innovante, plus dynamique et plus solidaire.
    Gilles Mergy

  • Colette Quilliet

    Un grand merci à M.Fredouille pour son article;c’est pessimiste mais réaliste!

Répondre à Gilles Mergy Annuler la réponse

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )