4 mars 2021 | 06:51
Vous etes ici:  / Libre opinion / Protestation électorale : comprendre le raisonnement du juge de l’élection

Protestation électorale : comprendre le raisonnement du juge de l’élection

La présentation des conclusions de Madame la Rapporteure publique lors de l’audience au Tribunal Administratif de Cergy Pontoise sur notre protestation électorale concernant l’élection municipale du 28 juin dernier est très instructive.

Elle permet en effet de mieux comprendre le raisonnement du juge de l’élection.

Le juge de l’élection cherche d’abord à vérifier si les griefs qui sont portés à sa connaissance constituent des manquements. Dans notre cas, Madame la Rapporteure publique a souligné que plusieurs volets de la campagne de L. Vastel constituaient effectivement des manquements (tweets odieux de ses co-listiers, promesses de fin de campagne, instrumentalisation de la crise sanitaire…).

Le juge de l’élection cherche ensuite à apprécier l’impact de ces manquements sur le résultat du scrutin : en leur absence, le résultat aurait-il été différent ?

L’exemple des tweets odieux diffusés notamment par le directeur de campagne de L. Vastel et son actuelle première maire adjointe permet d’illustrer ce raisonnement.

Si ces tweets ont été jugés odieux, médisants, médiocres, nauséabonds par Madame la Rapporteure publique, elle a aussi regardé leur date de publication (en l’occurrence plusieurs semaines voire plusieurs mois avant le scrutin) ainsi que le nombre potentiel de Fontenaisiens ayant pu en prendre connaissance (au travers par exemple du nombre de likes).  Vu le faible nombre de personnes ayant pris connaissance de ces tweets, elle a estimé qu’ils n’avaient pas eu d’impact sur le scrutin.

En tant que citoyens, on peut regretter que ces dérives ne soient effectivement pas sanctionnées mais l’approche pragmatique du juge de l’élection se comprend parfaitement.

Le rôle d’un juge n’est en effet pas d’apprécier la courtoisie, l’élégance ou la correction des candidats mais seulement dans quelle mesure leurs manquement ont pu avoir une incidence sur le résultat du scrutin.

Plus l’écart entre les candidats est serré, plus cet impact est facilement mis en exergue.

Avec un peu plus de 300 voix d’écart en juin dernier, l’avance de L. Vastel a été jugée suffisante par Madame la Rapporteure publique pour qu’elle ne propose pas l’annulation de son élection.

Pour mémoire, le jugement sera rendu le 18 février prochain

Gilles Mergy

1 RÉPONSE

  • Alain Lhémery

    “Odieux, médisants, médiocres et nauséabonds”, ainsi ont été jugés les tweets de deux actuels maires adjoints de Fontenay-aux-Roses par Madame la Procureure publique.
    Mais pas assez”likés” pour qu’il en soit tenu compte.
    Mais bon sang, les élus de la majorité, qu’attendez-vous pour adorer cette littérature ? Soit vous ne l’aimez pas et vous avez bon goût, soit vous l’aimez mais ne voulez pas rendre publique cette opinion “discutable”. Préparez dans les deux cas vos arguments avant votre prochaine réunion des élus de la majorité.
    Cependant, c’est un peu grâce à ce dégoût ou à cette pudeur que toutes ces horreurs, qualifiées de telles par quelqu’un on ne peut plus neutre, n’ont pu être considérés comme ayant eu une influence sur le résultat de l’élection. Gardez cela en tête, vous pourrez vous en servir si jamais vous vous faites disputer pour cause de mauvaise camaraderie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )