20 octobre 2020 | 13:46
Vous etes ici:  / Urbanisme / « Too much » ou « Trop cher » la nouvelle Place de l’Eglise à Fontenay-aux-Roses ?

« Too much » ou « Trop cher » la nouvelle Place de l’Eglise à Fontenay-aux-Roses ?

Le 11 janvier 2016 dernier, le Conseil Municipal de FAR a discuté du projet pour la Place de l’Eglise (voir photo). Le Maire a expliqué le projet comme suit:

  • L’actuelle place est un parcours d’obstacles. La nouvelle place en revanche sera une surface plate de façade à façade, animée par une série de fontaines sèches (jets d’eau partant du sol) qui peuvent être éteintes pour faciliter la tenue de manifestations.

  • Il ne s’agit pas d’une simple mise aux normes (électricité, accessibilité, etc.) mais d’une véritable mise en valeur de cet endroit clef de la ville. Cela coûte plus cher, mais cela va élever la qualité de vie et donc aussi la vie sociale et économique de la ville.

  • Bonne nouvelle : 80% du montant total de 1,45 million HT sera financé par le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine (soit une subvention de plus de 1,1 millions d’euros), ne laissant que 290.000 euros HT à la charge de la Commune.

placeEglise

“Le projet de la Place de l’Eglise, actuellement exposé au Fontenay SCOPE à côté de la Mairie”

L’opposition – terme que je trouve mal choisi car être en désaccord et être contre un avis sont des attitudes tout à fait différentes – a qualifié ce projet de « too much ». Pour résumer l’échange qui a suivi, je dirais que le Maire a répondu que vu le prix du marché des différentes interventions, cette dépense n’est pas « too much » pour la mise en valeur de cette surface publique.

Cette confrontation m’a laissé sur ma faim. Car à mon avis, la minorité (anciennement appelée « opposition ») a omis d’expliquer par rapport à quoi ce projet était « too much ».

Choix inesthétique ?

Pour moi, le terme « too much » évoque d’abord un mauvais choix esthétique. Je pense par exemple que le projet pour le Carrefour de la Cavée est « too much » dans ce sens précisément : les volumes sont trop grands et trop uniformes pour pouvoir être insérés dans notre ville sans la dénaturer « too much ». Est-ce cela que la minorité a voulu dire ? Cette nouvelle Place de l’Eglise place détonnerait-elle trop ? Dans ce cas-là je ne partage pas l’avis de la minorité. Je trouve que le projet est à la fois simple et élégant. J’enlèverais juste quelques poteaux à l’entrée car ils me rendent un peu nerveux. Ils me donnent à nouveau ce sentiment désagréable d’être devant un parcours d’obstacles.

Trop cher ?

Ou la minorité a-t-elle voulu dire que le projet est trop cher ? Ceci est bien possible car le débat peut être résumé comme suit :« Il faut dynamiser le centre-ville avec quelques projets phares – Oui mais vous voyez trop grand Monsieur le Maire car ces projets empêcheraient de répondre à d’autres besoins d’ordre social et d’entretien importants ». La minorité et la majorité ont discuté aussi de la possibilité de transférer une partie de la subvention qui était prévue pour la place de l’église vers ces autres besoins. Mais personne n’a indiqué quel montant devrait être transféré vers quels autres besoins exactement (l’objet de la discussion) ni pourquoi ces autre besoins ne pouvaient pas attendre.

Un débat utile se joue sur un tableau financier complet

Je suis donc sorti frustré de cette confrontation. Car au lieu d’assister à un débat de Conseil Municipal sur des scénarios précis et argumentés, j’ai eu l’impression d’assister au vieux débat classique des idéologies de droite et de gauche. Faute d’éléments concrets de pondération il m’était impossible de déterminer si le projet de la Place de l’Eglise est trop cher ou pas dans l’état actuel des finances de notre ville. Pour pouvoir former mon opinion j’aurais besoin de deux choses :

  • Un tableau financier complet et synthétique présentant l’ensemble des besoins sociaux et d’entretien de la ville (écoles, crèches, réfection des routes, etc.)

  • Une ligne rouge dans ce tableau indiquant pour chaque besoin le seuil en-dessous duquel il ne faut pas s’aventurer.

Seul un tel tableau permettrait d’avancer dans un débat de qualité sur les choix budgétaires de la ville, car lui seul permettrait de dire de façon précise par rapport à quelle ligne rouge une dépense lambda serait “too much” ou “trop cher”. On apprendrait par exemple que ce n’est pas la place de l’église en soi qui serait too much, mais que c’est la somme totale des projets Eglise/Général-de-Gaulle/Cavée qui serait trop grande pour pouvoir financer aussi certains besoins sociaux et d’entretien urgents. Une fois identifié ce manque d’équilibre, le tableau permettrait de tailler de façon précise dans cette somme totale pour trouver l’équilibre budgétaire qui corresponde à une ville où tout le monde se sent suffisamment chez soi.

J’espère donc qu’au prochain Conseil Municipal sur le budget (le 9 mars) la majorité et la minorité auront préparé un tel tableau du type « Ville Equilibrée Poste-par-Poste » pour transférer les enveloppes budgétaires aux bons endroits durant le débat. Car sinon le citoyen risquera d’assister à une partie de tennis sans filet et sans lignes blanches. Cela suffit pour s’amuser, mais pas pour se mettre véritablement d’accord sur l’affectation de quelques dizaines de millions d’euros d’impôts.

Stein VAN OOSTEREN (Twitter: @Oosterenvan)

 

3 RÉPONSES

  • Cher Monsieur,

    Quelques éléments de réponse à votre article très intéressant.

    Le budget de la ville (investissement et fonctionnement) est de l’ordre de 30 millions d’euros; l’investissement réel d’environ 6 à 8 millions d’euros.

    La ville, comme les autres collectivités locales, fait face depuis 2014 à une trajectoire de baisse des dotations de l’Etat. C’est la première fois de l’histoire que les dotations diminuent de manière aussi sensible.

    Notre commune a certes la chance d’avoir à sa disposition l’enveloppe dite du CEA de 9,5 millions d’euros . Contrairement à ce que laisse entendre le Maire, elle n’a pas été gaspillé par l’équipe précédente. En mars 2014, environ 200 K€ avaient été utilisés pour baisser les tarifs de la cantine notamment et environ 1 M€ pour réduire la dette de la ville (et donc diminuer les frais financiers).

    Il n’en demeure pas moins que même avec cette enveloppe notre commune doit faire des choix sur la meilleure affectation possible des deniers publics tant sur le fonctionnement que sur l’investissement. Sur l’investissement, la priorité peut être par exemple de financer des projets permettant ensuite de réduire les dépenses de fonctionnement (rénovation énergétique par exemple) ou favorisant par exemple l’implantation de nouvelles activités économiques dans notre commune. Si certains choix apparaissent de prime abord plus pertinents que d’autres, il appartient au Maire de faire les arbitrages.

    La difficulté avec l’équipe municipale actuelle est qu’elle met en exergue des besoins considérables sur la rénovation de la voirie ou du patrimoine municipal et qu’en parallèle elle réduit les investissements dans ces domaines tout en lançant un projet très ambitieux sur la place de l’Eglise. Elle est donc en pleine contradiction avec elle même.

    Que la place de l’Eglise nécessite une rénovation légère, tout le monde en convient.

    Que le projet présenté par la municipalité soit d’un bon rapport qualité / prix, peut être, je n’ai pas assez d’éléments pour en juger.

    Que le projet soit plus prioritaire que des projets de rénovation de nos bâtiments, j’ai des doutes sérieux mais nous ne disposons toujours pas de l’audit réalisé par le Maire et sa majorité sur le patrimoine municipal.

    C’est en ce sens que j’ai choisi à dessein la formule “too much”. En effet, ce projet, esthétiquement plutôt réussi, n’est pas prioritaire face aux besoins d’investissement sur la ville. Il faudrait mieux redéployer une partie de l’argent public qui y est consacré pour financer des travaux de voirie ou de trottoirs qui se sont fortement dégradés depuis mars 2014.

    En conclusion, l’approche que vous préconisez pour pouvoir faire des choix en connaissance de cause me parait très bonne mais elle nécessite de traiter en amont l’asymétrie d’information entre la majorité et la minorité/opposition dans une collectivité. Dans le cas contraire, il n’est pas possible d’avoir un débat et des échanges sereins.

    Bien à vous

    Gilles Mergy
    Conseiller municipal

  • Cher Monsieur,

    Merci beaucoup pour vos explications. Sachant à quel point il est difficile d’identifier formellement une « ligne rouge » en matière de besoins urgents, l’audit me paraît en effet un élément essentiel. Quels sont les us et coutumes (ou les règles) en matière d’audit dans notre commune ? Disposerez-vous à temps de cet audit pour préparer la discussion sur le budget? A l’UNESCO par exemple l’ensemble des audits commandés sont en ligne.

    Cordialement,

    Stein van Oosteren

  • Cher Monsieur,

    La majorité actuelle a fait réaliser deux audits. Le premier sur la situation financière de la ville. Les grandes conclusions ont été présentées au conseil municipal mais le document complet n’a jamais été diffusé. Le second sur l’état du patrimoine municipal. Il n’a jamais été présenté que ce soit dans sa version complète ou résumée. En conclusion, tout ceci n’est pas très transparent.
    Gilles Mergy
    Conseiller municipal

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )