19 septembre 2018 | 15:13
Vous etes ici:  / Libre opinion / Un point de vue sur la réunion du 14 mars.

Un point de vue sur la réunion du 14 mars.

La position du maire (telle que je la comprends) :
1) En ce qui concerne la place du Général de Gaulle, on ne doit discuter que de ce qui fait parti de la concertation. C’est à dire l’espace public à l’exclusion de l’immeuble car c’est une opération privée.
2) La construction de cet immeuble fait partie du programme pour lequel j’ai été élu et je suis le maire du ‘faire’ donc rien ne m’empêchera de tenir mes engagements.

La logique du point 1 semble imparable (?). La noblesse politique du point 2 appel le respect (!). Plus sérieusement, on peut déjà noter le paradoxe entre les points 1 et 2… Mettre une opération privé dans son programme, quel exploit !

Lors de la réunion j’ai répondu sur ces deux points :
1) Le maire en répétant à de multiples reprises qu’il s’agit d’une affaire privée espère justifier l’absence d’information et de concertation au sujet de la construction de l’immeuble qui aura un impact majeur sur notre centre-ville. Non ce n’est pas une affaire privé standard. Elle ne peut voir le jour qu’avec l’action prolongée et volontariste de la municipalité (modification du PLU pour qu’il soit compatible avec le projet, renoncement à la convention avec le bailleur social, discussion avec le préfet pendant 2 ans pour faire accepter la destruction de logements sociaux, etc…). Cela n’a donc rien à voir avec le cas d’une entreprise privée qui achète un terrain à un propriétaire privé pour y faire une opération immobilière standard. C’est beaucoup plus complexe et impossible sans le soutien actif de la ville.
2) L’affirmation selon laquelle cela fait parti du programme pour lequel notre maire a été élu est pour le moins exagérée. Rappelons que Mr Vastel a été élu au deuxième tour suite au rassemblement de quatre listes disparates (cas unique en France). Bien sûr, l’équipe issue du regroupement de ces quatre listes n’a pas eu le temps, entre les deux tours des élections, de présenter un programme commun détaillé aux Fontenaisiens. Mais rappelons aussi qu’elle a refusé de publier ce programme après son élection malgré les demandes répétées notamment de l’association CIVIFAR. Il est savoureux aujourd’hui d’entendre le maire se référer à un programme qu’il a refusé de publier. A moins qu’il ne le confonde avec son programme de premier tour ? Mais dans ce cas, il sera intéressant de sonder les trois autres listes pour savoir si elles valident cette histoire fraîchement réécrite…

Sur la forme des réponses faites aux citoyens qui ont fait une proposition alternative, on peut s’étonner du faite que le maire mette en cause publiquement leur probité en sous-entendant notamment qu’ils défendraient des intérêts personnels. Il est triste de constater qu’une demande légitime de débat ne reçoive pour toutes réponses que dénigrement et attaques personnelles.

Pour finir, on peut regarder autour de nous et voir l’autre place du Général de Gaulle… Celle de Sceaux. Plusieurs années de bilan et réflexion stratégique sur l’évolution du centre-ville avec les habitants. Un an de concertation avant de proposer un projet…
Le maire de Sceaux a-t-il perdu du temps ? L’histoire comparative de ces deux cas de rénovation nous le dira. Avec déjà deux pétitions et deux recours ça commence mal pour Fontenay. Pendant ce temps Sceaux poursuit une stratégie pour son centre-ville cohérente et construite sur la durée AVEC ses habitants.

Antoine Thill

3 RÉPONSES

  • Le discours de M. Vastel sur le fait que l’immeuble de fond de place est une affaire entre privés et qu’il n’y peut rien n’est même plus grotesque, c’est risible. Il en arrive même à se prendre les pieds dans le tapis en proposant à quelques personnes de discuter de la forme du bâtiment.
    Ah bon on peut en discuter avec le maire ? On avait cru comprendre que c’etait une affaire entre privés!!!!!
    A essayer de justifier de telles fausses affirmations il n’ést plus du tout crédible.
    Je ne peux pas croire qu’il ne s’en rende pas compte.

  • Le Collectif des associations riveraines du RER B Robinson est par nature structurellement pluricommunal.
    Aussi ai-je été étonnée des louanges délivrées par Antoine Thill à l’adresse du maire de Sceaux.
    Je suis allée à la source : j’ai interrogé les associations scéennes. Voici la réponse de « la Voix des Scéens », représentée au Conseil municipal de la commune
    « La concertation à Sceaux est une farce.
    JJC »
    J’ajoute que le recours est aussi un sport scéen.
    Désolée pour les rêves de certains.
    https://www.lavoixdessceens.com/

  • Bon, vous cassez en partie mon rêve.
    En tout cas la farce a duré plus d’un an à Sceaux. Chez nous c’est plus rapide au moins.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )