19 avril 2024 | 07:36
Vous etes ici:  / Libre opinion / Une fin de semaine douloureuse pour Laurent Vastel, ou comment se tirer deux balles dans le pied

Une fin de semaine douloureuse pour Laurent Vastel, ou comment se tirer deux balles dans le pied

Acte 1 : Le Maire demande un droit de réponse sur un article publié par différents blogs, intitulé « La ville de Fontenay-aux-Roses ne respecterait elle pas le RGPD ? » et signé par 5 conseillers municipaux d’opposition. Nous avons publié sans délai ce droit de réponse, ce que le maire et la majorité municipale ne font jamais, ni dans Fontenay le Mag, ni sur leur blog. Puis, nous n’avons pas eu de mal à démontrer que les allégations contenues dans le texte de réponse n’étaient pas fondées (Cf. Observations sur le contenu du droit de réponse de M. le Maire de Fontenay-aux-Roses).

Acte 2 : le Tribunal Administratif de Cergy-Pontoise donne raison, en référé, aux conseillers municipaux d’opposition qui contestaient la décision du Maire de réduire la taille de leur tribune pour laisser un espace au groupe de Madame Gagnard, élue sur la liste de la majorité municipale et qui se réclame toujours de cette majorité municipale. Le juge considère même que l’atteinte à la liberté d’expression de l’opposition municipale est telle que la décision du Maire doit être annulée en urgence (le sens de « en référé »), sans même attendre une instruction approfondie sur le fond !

Acte 3 : j’analysais ce matin les statistiques d’audience d’Osez Fontenay pour la semaine dernière : elles n’ont jamais été aussi bonnes depuis les élections départementales de 2021 ! Les articles traitant des deux sujets précédents sont tous en tête du top 10 des articles les plus lus…

Laurent Vastel et ses amis devraient méditer ce texte de Voltaire « Le mensonge n’est un vice que quand il fait mal. C’est une très grande vertu quand il fait du bien. (.) Il faut mentir comme un diable, non pas timidement, non pas un temps mais hardiment et toujours. Mentez mes amis, mentez, je vous le rendrai un jour ». Qui fut souvent résumé en une phrase : « Mentez, mentez – ou sa variante, Calomniez, calomniez – il en restera toujours quelque chose. »

La semaine dernière fut plus proche pour eux « d’un vice qui fait du mal » que « d’une très grande vertu »…

Dit plus vulgairement, ils se sont tiré deux balles dans le pied !

Michel Giraud

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )