5 décembre 2023 | 04:47
Vous etes ici:  / Libre opinion / Démantèlement de l’IRSN : une régression pour l’expertise en sûreté nucléaire

Démantèlement de l’IRSN : une régression pour l’expertise en sûreté nucléaire

Le 11 février, le Ministère de la Transition Écologique a annoncé une révolution dans le domaine de la gestion de la sûreté nucléaire en France avec le démantèlement à venir de l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire), qui sera absorbé par l’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire) et le CEA (Commissariat à l’Énergie Atomique). C’est une décision inattendue qui s’apparente au “fait du prince”.

L’IRSN est un institut d’expertise et de recherche. Son rôle consiste à éclairer techniquement tout sujet relatif à la sûreté nucléaire et à la radioprotection. Elle doit son existence à une réforme de 2001 qui avait donné son indépendance à l’expertise et la recherche, à l’époque dirigée par le CEA. Cette annonce de démantèlement de l’IRSN est donc un grand retour en arrière.

Cette démarche s’inscrit dans une volonté du gouvernement de relancer le nucléaire à marche forcée. En démantelant l’IRSN, on risque de voir l’expertise en sûreté nucléaire soumise à la pression de décisions rapides ou orientées, avec aussi une possible perte de transparence.

Enfin l’IRSN a son siège social à Fontenay-aux-Roses et emploie 1800 personnes dans toute la France. Son démantèlement risque d’avoir des conséquences notables sur notre ville. A ce jour, le Maire de la ville n’a exprimé aucun message à ce sujet. Pour ma part, j’invite tous ceux qui s’opposent à ce démantèlement à signer la pétition ici : https://www.change.org/p/disparition-de-l-irsn

Maxime MESSIER
Conseiller Municipal

2 RÉPONSES

  • Michèle Dorothée

    Merci, Monsieur Messier, pour cette information, d’une gravité extrême non seulement au plan local, mais national. Il est inadmissible que l’Assemblée nationale et le Sénat ne soient pas consultés au sujet de cette modification institutionnelle.
    Michèle Dorothée.

  • Véronique Fontaine Bordenave

    L’assemblée nationale a rejeté mercredi 15 mars dernier la réforme de “sûreté nucléaire”.

    Cependant si le premier round est gagné, l’IRSN est en sursis.
    Le gouvernement a réussi à passer un amendement pour un rapport sous 6 mois pour analyse du système dual.
    Le petit problème qui se pose est le suivant : c’est l’Etat qui va rédiger ce rapport !!!

    Par ailleurs, le statut d’EPIC permet à ce même gouvernement de diminuer de façon drastique le budget de l’IRSN et donc ….

    Personne n’a besoin d’un dessin pour comprendre qu’avec cette réorganisation, le risque d’une expertise moins complète et moins indépendante est réel ; c’est ce fonctionnement bicéphale que défendent les salariés de l’IRSN pour préserver la qualité indépendante de leur expertise.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )