18 juillet 2024 | 01:49
Vous etes ici:  / Libre opinion / Rétablissons les faits : Rénovation du quartier du Paradis – l’échec de la méthode Coué ?

Rétablissons les faits : Rénovation du quartier du Paradis – l’échec de la méthode Coué ?

Synthèse (personnelle) de la définition de la méthode Coué : « si on y croit très fort, on finira par se convaincre que c’est la réalité. »

Après avoir lu le dernier Mag de Fontenay (N° 495 de juillet-août 2024), je trouve que cela s’applique très bien au projet de rénovation (destruction-reconstruction) du quartier du Paradis.

Page 17, le maire nous rappelle que c’est « un engagement fort pris dès 2014 ». Dix ans plus tard, il se réjouit que « déjà plus de 200 familles aient été relogées ». C’est en gros un quart des familles concernées (dans le Mag de Fontenay N° 458 de novembre 2020, page 16, on nous disait que le projet concernait 1800 habitants ; le site de Vallée Sud Grand Paris parle lui de 833  logements sociaux : https://www.valleesud-amenagement.fr/projet/concession-damenagement-de-la-zac-du-quartier-des-paradis-a-fontenay-aux-roses/).

Donc, 200 familles ont été relogées, et une grande partie de leurs anciennes habitations a été détruite. Mais en cinq ans, qu’est-ce qu’on a reconstruit ? 38 logements sociaux rue des Potiers (Le Mag N° 495, page 19) !

Une deuxième étape de construction vient de démarrer en avril 2024 : 154 logements, dont seulement 72 logements sociaux (Le Mag N° 495, page 18). Livraison prévue pour ? 2026, juste avant les élections municipales ?

Quoi qu’il en soit, le compte n’y est pas ! 110 (38+72) logements sociaux reconstruits en 2026 pour au moins 200 détruits. Il en faudrait d’ailleurs plus de 200, puisque l’un des objectifs affichés était de permettre la décohabitation ; en clair, permettre à des enfants adultes vivant encore chez leurs parents d’accéder à un logement autonome…

Et la casse continue : pour la phase 2, 136 logements sociaux vont être détruits (près de 9 sur 10 ont déjà été vidés), mais seulement 88 seront construits (Le Mag N° 495, page 18). À quelle échéance ? Chut… Le maire nous le dira plus tard.

En résumé, à ce jour :

  • Environ 320 familles ont été délogées de leur logement social au Paradis ;
  • La destruction de près de 350 logements sociaux est réalisée ou planifiée ;
  • Mais seulement 38 logements sociaux ont été construits, 72 sont en chantier, et 88 en projet, soit seulement 198 au total.

La municipalité a beau utiliser la méthode Coué pour tenter de nous faire croire qu’au Paradis on va détruire 800 logements sociaux, en reconstruire 800 plus 600 logements privés, on n’y croit plus (si on y a jamais cru).

La réalité, c’est que dans quelques mois on aura détruit près de 350 logements sociaux et que moins de 200 auront été construits ou seront en chantier dans les 2 années à venir. En regard, ce sont plus de 290 logements privés qui seront construits.

Michel Giraud

3 RÉPONSES

  • Jean Yves Sommier

    Malheureusement, Michel, tu décris bien la situation… Et encore je me demande si quelques appartements murés ne manquent pas à ton constat .
    Les Paradis sont devenus enfer pour les habitants qui y vivent encore. Hauts de Seine Habitat n’assure plus le minimum d’entretien : Ce n’est plus un chantier mais une décharge.
    La maison de quartier se débat encore pour exister, sans moyen, l’accompagnement des jeunes avec JDLC est attaqué par le maire…
    Seule éclaircie dans ce paysage le tournoi de foot du WE dernier, magnifiquement organisé par les jeunes. Bravo à eux.

  • Merci Michel pour cet article.
    J’envoies régulièrement des photos au DG d’Hauts-de-Seine Habitat, bailleur du département montrant que les réparations diverses ne sont pas effectuées, des dépôts d’ordures qui restent plusieurs jours et la prolifération des rats.
    Depuis 2024, il y aurait eu “30 interventions de maintenance”.
    Concernant les encombrants/ordures, le bailleur indique que “les délais d’enlévement proposés par VSGP sont parfois longs”. https://astridbrobecker.fr/2024/05/22/hauts-de-seine-habitat-le-point-sur-les-reparations-les-depots-dordures-et-les-rats/
    Nous continuerons à être présents auprès des locataires d’Hauts-De-Seine Habitat pour dénoncer les conditions de vie qui leur sont imposées. Les photos valent bien plus que les mots et je continuerai à envoyer des photos au bailleur.

  • Depuis 2014, avec plusieurs autres élus, j’ai défendu un plan de réhabilitation complète de ce quartier. Il était possible, sans détruire les structures de la quasi totalité des immeubles, d’y rajouter des balcons et des ascenseurs et de remettre aux normes actuelles les logements dans ce quartier de notre commune. Les travaux seraient aujourd’hui probablement terminés et les habitants du quartier vivraient dans un quartier agréable avec des services publics de qualité. La majorité municipale a préféré proposer un projet sur le papier plus ambitieux mais qui en pratique a pris un retard considérable. De nombreux locataires ont dû quitter ce quartier dans lequel ils avaient toutes leurs racines. Seuls 38 logements sociaux ont été reconstruits à ce stade avec des conditions d’attribution dont l’absence de transparence a été dénoncée dans une récente enquête administrative au sein de la municipalité. Le DG de Hauts de Seine Habitat ne répond pas aux courriers qui lui sont adressés et ne respecte pas ses obligations de propriétaire en laissant son patrimoine se dégrader à vitesse accélérée. La maison de quartier voir ses activités se réduire comme peau de chagrin. Aucune date n’est fixée pour la fête de quartier qui a été reportée en juin dernier. Et le tournoi de foot du quartier évoqué par JY sommier a été parfaitement organisé par les habitants sans le moindre soutien financier ou logistique de la municipalité.
    Gilles Mergy

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )