20 avril 2021 | 00:29
Vous etes ici:  / Libre opinion / Électricité : à propos des compteurs Linky (4/4) – Que reproche t’on généralement aux compteurs Linky ? (2/2)

Électricité : à propos des compteurs Linky (4/4) – Que reproche t’on généralement aux compteurs Linky ? (2/2)

Dans trois précédents articles, j’ai essayé d’expliquer à quoi servait le compteur communicant Linky (lire ici), comment il fonctionnait (lire ici), et quels sont quelques-uns des principaux reproches formulés à son encontre (lire ici les premiers reproches).

Dans ce quatrième et dernier article, je vais m’intéresser à quelques autres reproches fréquemment entendus.

Linky est un bel exemple d’obsolescence programmée : on remplace, sans vrai raison, d’anciens compteurs qui fonctionnaient encore très bien… ?

Comme je l’ai écrit dans le premier article de la série, l’objectif des compteurs communicants est de permettre à chacun de mieux connaître sa consommation d’énergie, donc de mieux la maîtriser, et, in fine, d’économiser des ressources énergétiques de la planète. Ceci est un pari industriel dont nous ne pourrons juger du résultat que dans dix ou quinze ans, et dont nous sommes tous un peu responsables. Si nous n’utilisons pas les données que Linky rend disponible pour essayer de consommer mieux et moins, le pari ne pourra pas être gagnant.

C’est un peu la même chose avec l’interdiction progressive des véhicules diésel : si nous remplaçons tous de vieux diésel par des véhicule à essence (par ailleurs plus lourdement taxés par le malus écologique, ce qui est étrange…), sans nous interroger sur des moyens de déplacement alternatifs (transports en commun, véhicules électriques partagés, vélo, etc.), on n’aura peut-être réduit un facteur de pollution (particules fines) qu’en en augmentant un autre (CO2)…

Conclusion : Linky n’est qu’un outil. À nos fournisseurs d’électricité et à nous-même de l’utiliser au mieux pour réduire nos consommations d’énergie… A suivre dans la durée, et je pense que la Commission de Régulation de l’Energie sera vigilante sur ce sujet..

Linky est coûteux et va alourdir nos factures d’électricité ?

Le coût de déploiement des 35 millions de compteurs Linky est de l’ordre de 5 Milliards d’Euros sur 10 ans (2014-2024) (estimation de la Cour des Comptes en 2018). A titre de comparaison, la construction d’une tranche nucléaire de dernière génération est estimée à environ 7,5 à 8 Milliard d’Euros sur 5 ans (estimation de La Tribune fin 2019).

Les amortissements de ce lourd investissement vont-ils venir gonfler nos factures d’électricité ?

Voici ce que dit la Commission de Régulation de l’Énergie sur le sujet fin 2020 (lien : https://www.cre.fr/Actualites/la-cre-publie-ses-projets-de-decisions-sur-le-futur-tarif-d-utilisation-des-reseaux-d-electricite-turpe-6) :

Linky, l’atout essentiel à la transition énergétique

Avec déjà 29,5 millions de compteurs installés par Enedis (4 foyers sur 5), le déploiement du programme Linky qui sera achevé fin 2021 constitue un atout essentiel à la transition énergétique. Il permet sur la période TURPE 6 de diminuer les pertes non techniques et les coûts de relève, ainsi que de disposer de nouveaux services et de données bien plus précises sur le fonctionnement du réseau, de favoriser l’implantation des énergies renouvelables et la maîtrise de la consommation.

Tout cela permet des économies sur les charges d’exploitation du réseau de près d’1 milliard d’euros sur les 4 prochaines années, qui seront restituées aux consommateurs sur la période du TURPE 6.

Ce que dit la CRE, en clair, c’est que l’utilisation des compteurs Linky va générer une baisse de coûts pour le distributeur, et donc une économie pour les clients…

Conclusion : là encore, l’évolution des tarifs sera à suivre dans la durée…

Linky disjoncte trop vite en cas de surconsommation ?

Voyons ce qu’en dit Engie (ex GDF-Suez), le principal concurrent de EDF en France (lire ici) :

Les compteurs Linky™ disjonctent plus que les anciens compteurs ?

Non. La sensibilité aux dépassements de puissance des compteurs Linky est globalement la même que celle des anciens compteurs. Lors de la pose du compteur, en cas de décalage entre la puissance contractuelle et le réglage du disjoncteur, le technicien remet l’installation à la puissance souscrite.

Le 
compteur Linky fonctionne comme un compteur classique. Il existe plusieurs modèles de compteur Linky avec des puissances différentes :

Pour rappel, un compteur disjoncte quand la puissance nécessaire au fonctionnement simultané des appareils en marche dans un logement est supérieure à la puissance souscrite au compteur.

Notez cependant que les compteurs Linky ne supportent vraiment aucun écart de puissance et disjonctent au moindre dépassement. Certains anciens compteurs sont très légèrement plus tolérants.

Le problème se semble donc pas majeur, même dans la communication d’une entreprise qui n’a aucune raison d’adresser un satisfecit à EDF…

On peut cependant signaler que le déploiement de Linky a parfois révélé des erreurs, telles que des réglages de compteurs ne correspondant pas au contrat du client (par exemple contrat pour 30 ampères et compteur réglé à 45 ampères). Dans ces cas-là en effet, sans doute peu nombreux, le réveil a pu être douloureux.

Conclusion : reprenons l’introduction du mémo d’Engie : « La sensibilité aux dépassements de puissance des compteurs Linky est globalement la même que celle des anciens compteurs. »

Michel Giraud

3 RÉPONSES

  • Jean-François DUMAS

    Avec ce dernier article, on pourrait croire que M. Giraud se fait l’avocat d’Enedis pour faire accepter aux Fontenaisiennes et Fontenaisiens le compteur Linky. Étrange est cette absence réaction des lecteurs du blog sur un sujet vivement débattu partout où Enedis tentait pas toujours avec succès d’implanter son compteur. Est-ce de la résignation ?

    Personne ne semble se manifester ici pour démontrer qu’il faut au contraire refuser la pose de ce compteur, que c’est très facile et sans risque aucun et que l’on a toutes les raisons de le faire pour sa santé et celle des autres, sa tranquillité, le respect de sa vie privée et de l’environnement. C’est pourquoi je me suis senti obligé de le faire. Voir mes réponses à aux deux derniers articles de M. Giraud à la suite des liens qu’il donne au début de ce quatrième article.

    Je rappellerai d’abord qu’« Aucun texte légal ou réglementaire, européen ou national, n’impose à Enedis d’installer au domicile des particuliers des compteurs Linky » ainsi que l’écrivent les juges de la cour d’appel de Bordeaux dans un arrêt rendu le 17 novembre 2020. Il suffit de refuser les pressions d’Enedis et de ne pas croire aux fausses informations qui pullulent sur le Web sur ce sujet (y compris à la fin d’une vidéo du journal dit de référence : Le Monde). Refuser Linky, c’est très simple, voir sur : https://www.dossierfamilial.com/vie-pratique/energie/electricite/compteur-linky-vous-pouvez-empecher-son-installation-665729

    Si je prends mon exemple, cela fait maintenant plus de trois ans que j’ai refusé la pose de ce compteur. Je n’ai même pas motivé mon refus. Un technicien vient faire la relève. L’électricité ne m’a pas été coupée, je ne paye pas plus cher mon abonnement. Je n’ai aucune inquiétude pour mes appareil et notamment pour mon matériel informatique alors qu’avec Linky… Quant aux économies d’électricité : ce n’est pas Versailles chez moi !

    Bien entendu c’est à chacun de se faire une opinion face à cette information plurielle et d’agir en conséquence. C’est de son compteur qu’il s’agit, même si celui-ci ne lui appartient pas, il est dans son espace privé. Mais je le répète : on a Linky chez soi que si on le veut bien. Ce n’est pas une fatalité, comme on pourrait le croire en lisant les articles de M. Giraud qui n’explique à aucun moment que l’on peut le refuser et comment faire.

    Pour reprendre cet article, point par point :

    1°) Il s’agit bel et bien de mettre au rebut des compteurs qui fonctionnent très bien. Un gâchis actuel pour un gain futur hypothétique. Il aurait sans doute suffi pour l’éviter de remplacer au fur et à mesure les compteurs défaillants mais cela aurait pris beaucoup de temps car les compteurs actuels sont quasiment « increvables » ; ce qui ne sera pas le cas des Linky. La durée de vie d’un Linky : 15 ans au mieux.
    Comparaison n’est pas toujours raison, Monsieur Giraud. C’est le cas dans votre article. A la différence des diesels ou essences, les compteurs actuels ne polluent pas contrairement aux Linky qui en rajoutent dans la soupe aux ondes, chez soi et dans la rue puisqu’il faudra y installer des répartiteurs.
    Outil permettant à l’usager de faire des économies : vaste blague comme déjà mis en évidence dans d’autres commentaires.

    2°) Vus les refus et la possibilité reconnue par la justice d’exiger un compteur classique NEUF dans une construction NOUVELLE, les chiffres donnés par la CRE, repris à Enedis, sont à prendre avec des pincettes et je trouve que M. Giraud donne facilement un chèque en blanc à Enedis et aux opérateurs lorsqu’il estime qu’il faut attendre pour savoir si comme l’affirme la CRE «  l’utilisation des compteurs Linky va générer une baisse de coûts pour le distributeur, et donc une économie pour les clients… »
    Des économies répercutées sur le client ! Qui peut le croire ? D’autant qu’avec la fin des tarifs réglementés, l’État n’aura plus son mot à dire. Quant à compter sur la concurrence pour cela, il suffit de constater ce qui se passe avec la téléphonie !

    3°) Les témoignages de disjonction de ce compteur sont si fréquents qu’il faut une notice explicative pour le relancer. L’UFC-Que Choisir estime que 37% des clients…soit 10 millions d’abonnés devront souscrire un abonnement supérieur, donc plus cher et comme on se dirige de façon totalement insensée vers le « tout électrique », je laisse le lecteur conclure ….

    4°) J’oubliais : l’Allemagne est l’un des pays qui a le plus développé les ENR. Pourtant il a stoppé le déploiement des compteurs Linky. Donc laisser croire que ce compteur est un outil pour consommer mieux ….
    Par parenthèse si l’Allemagne a renoncé à ces compteur c’est à cause des dégâts causés aux appareils et aux incendies ou départs d’incendies se produisant suite à l’installation du compteur; en France, Enedis attribue ces « incidents » (sic!) toujours à d’autres causes que le compteur lui même ; souvent bien sûr, à l’installation de l’habitant trop vieille, pas aux normes ou les deux !

    Je sais bien qu’en ce moment, nous avons tous d’autres soucis que nos installations électriques d’autant que, en général, elles fonctionnent bien pour l’instant. Mais je trouve tout de même que les référents pour Fontenay de PRIARTEM ou de Robin des Toits sont bien endormis et peu prompts à réagir. Je les ai connus plus pugnaces !

    Pour plus de détails voir le site de la « Plateforme Opérationnelle anti-Linky (POAL) » https://www.poal.fr/blog/la-plateforme-operationnelle-anti-linky, un site très bien fait qui cite ses sources et donne les liens le cas échéant.

    JF Dumas

  • Michèle DOROTHEE

    Monsieur Dumas, merci d’apporter une contrepartie utile à une présentation presque exclusivement positive des compteurs Linky.
    Les propriétaires privés, qui n’ont pas désiré s’équiper de ce fameux compteur, soit parce que leur installation électrique récemment rénovée est efficace et respecte les normes de sécurité et de sobriété énergétique parfaitement assurées par un compteur classique récent, soit parce qu’ils redoutent de tomber dans la soupe aux ondes pour reprendre votre expression, font l’objet de sollicitations incessantes, dans ” le cadre de la modernisation du réseau public d’électricité” dont Enedis confie la responsabilité à un partenaire privé.
    En quoi est-il moderne de passer son temps à surveiller son compteur? Est-il moderne de ne pas faire fonctionner en même temps tous les appareils électriques dont on dispose? En quoi est-il moderne de remplacer ce qui fonctionne bien par un dispositif au fonctionnement aléatoire, sans compter le déploiement coûteux de sa généralisation?
    Michèle Dorothée.

  • Emmanuel Le Tannou

    Merci Michel pour ces 4 articles donnant un éclairage sur les bénéfices / risques du compteur Linky et pour le temps que tu y as consacré.

    Quelques points en plus.

    -Linky permet également aux techniciens Enedis d’effectuer des diagnostics à distance et donc de gagner du temps dans la résolution de certains incidents.

    -l’ADEME table sur une baisse de 8% de la consommation des ménages grace aux tableau de bords de l’espace personnel. 8% rien que sur les particuliers c’est 12Twh par an de consommation en moins (grosso modo ce que délivrait feu Fessenheim)

    -les mesures effectuées dans les études de l’ANSES, du CSTB ou de l’ANFR indiquent à propos des ondes générées par Linky sur la partie CPL:
    Le champ électrique généré par Linky est identique à celui de l’ancien compteur (entre 0,25 V/m et 2 V/m).
    Voici le lien pour aller comparer ces valeurs avec celles d’autres objets de la vie courante: https://ondes-info.ineris.fr/node/719

    https://www.francetvinfo.fr/sante/environnement-et-sante/linky-on-decrypte-les-quatre-principales-craintes-liees-au-compteur-intelligent_3822821.html

    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/10/26/linky-en-questions-est-ce-vraiment-ecologique_5375108_4355770.html

    Bref, je suis satisfait de mon compteur linky qui ne disjoncte pas.
    Côté santé je crains plus mon routeur wifi ou mon telephone portable que mon compteur.
    Côté données perso, je crains plus de me faire pirater mes données bancaires et mes données de santé que mes données de consommation électrique.
    Côté baisse de la consommation d’energie, je suis ravi de ne pas avoir à faire des relevés manuels 2 fois par jour dans un fichier excel pour optimiser ma consommation.

    Emmanuel Le Tannou

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )