29 juillet 2021 | 05:18
Vous etes ici:  / Libre opinion / L’info de la semaine : le drame israéo-palestinien

L’info de la semaine : le drame israéo-palestinien

9 mars 2018, 9h – Je termine le semi-marathon de Jérusalem. Le parcours nous a fait effleurer la ville historique et nous a promenés dans le centre touristique et commercial et dans les collines de Jérusalem-ouest. Est-ce l’effet du jour (un vendredi) ou de l’heure matinale (le départ était donné à 6h45) ? La ville m’a paru très calme, sereine…

Arrivé la veille avec mon épouse, la course m’avait donc donné « la première impression », souvent très importante…

Ce semi-marathon n’était qu’un prétexte pour découvrir une nouvelle destination. Nous avons donc ensuite passé 5 jours à parcourir à pied, en tram ou en taxi la vieille-ville et le Mont-des-Oliviers (et tous leurs lieux saints), la ville moderne, ses musées et ses marchés, ainsi qu’un bout de Cisjordanie (Bethléem, Jéricho, les rives du Jourdain, mais aussi les campements-bidonvilles de bédouins au bord de la voie rapide).

Presque à aucun moment nous n’avons senti de tension inter-religieuse, y compris lors des passages des points de contrôle, même si, dans Jérusalem-ouest, l’omniprésence de la religion judaïque occultait toutes les autres. Le seul instant où nous avons pu toucher du doigt le ressentiment entre religions fut lors de notre visite de l’esplanade des mosquées : près de l’entrée réservée aux musulmans venant de la vieille-ville, un face à face dont nous sentions qu’il pouvait aisément dégénérer.

Trois semaines plus tard, à l’occasion du début des célébrations de l’exode palestinien de 1948, qui coïncidait avec l’installation de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, le conflit israélo-palestinien s’embrasait. Huit mois plus tard, un bilan provisoire faisait état de plus de 200 morts, essentiellement palestiniens, et de près de 6 000 blessés par balles dans la bande de Gaza… Vous comprendrez aisément que cet épisode de violences, que rien ne laissait présager début mars, m’a profondément marqué…

Trois ans plus tard, cette semaine, le scénario se reproduit, avec sa cohorte de morts, de blessés, de personnes fuyant les zones de combats. Déjà plus d’une centaine de morts, dont une trentaine d’enfants, et près d’un millier de blessés… Pire encore, on assiste à des scènes de lynchage dans des villes où juifs et arabes cohabitaient pacifiquement. Cela ne peut qu’exacerber toutes les inimitiés.

Le temps de la mise en place des accords d’Oslo semble bien loin et la communauté internationale très passive et impuissante… Je ne souhaite pas entrer dans le débat sur la recherche des responsabilités ; des dizaines de livres y ont déjà été consacrés sans clore le sujet. Je réagis avec mon cœur et mes tripes devant cette horreur.

Quand aurons-nous le courage de remettre les belligérants autour d’une table de négociation pour redonner une chance à la paix et qu’enfin ces drames humains cessent ?

Michel Giraud

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )