28 novembre 2020 | 14:33
Vous etes ici:  / Libre opinion / En attendant la prochaine réunion de la CEMUA sur le suivi du PLU …

En attendant la prochaine réunion de la CEMUA sur le suivi du PLU …

Le Maire et son Adjoint à l’urbanisme évincé du groupe de la majorité en janvier 2018 justifiaient les règles définissant les droits à construire, telles qu’elles sont définies dans le PLU, par le fait qu’il était obligatoire de répondre favorablement à la densification imposée par le Schéma Directeur de l’Ile de France.
Cette densification, d’après le PMHH (Plan Métropolitain de l’Habitat et l’Hébergement) qui remplace le PLH (Plan Local de l’Habitat), demande pour la commune de Fontenay-aux-roses la réalisation de 156 logements par an dont 40 logements sociaux sur la période 2018-2020.
Le SDRIF (Schéma Directeur de l’Ile de France) demande lui de construire 15% de logements supplémentaires à fin 2030 par rapport à la situation à fin 2015, soit pour Fontenay environ 1.500 logements supplémentaires sur cette période ce qui représentera environ 3300 personnes supplémentaires.

Depuis l’approbation du PLU (Plan Local d’Urbanisme) de Fontenay-aux-Roses de mars 2017, les projets immobiliers déferlent sur notre commune.
Si l’on totalise le nombre de logements affichés dans les permis de construire accordés, dans les demandes de permis en cours d’instruction et dans ceux qui devraient être déposés dans un avenir assez proche, nous atteignons le chiffre vertigineux de 2.500 logements, soit environ 5.500 habitants supplémentaires (qui vont s’empresser de redynamiser le commerce local, pensent certains)…

On note donc que le plan actuel du maire pour la période considérée, conduit à 1000 logements de plus soit environ 2200 personnes de plus que ce que demande le SDRIF pour Fontenay-aux-Roses !

Heureusement que des recours et des oppositions (pas assez bruyantes à mon gout) se sont déclarés ici et là pour tenter d’enrayer cette production infernale de m2 sur notre territoire communal déjà très dense.

Il est donc évident que des corrections réglementaires doivent s’engager très rapidement si nous ne voulons pas que nos espaces de respiration arborés soient remplacés au coup par coup, sans aucune logique urbaine, par des bâtiments irrespectueux de leur environnement immédiat et dont l’architecture convient à celui qui a le pouvoir (excessif) d’autoriser ces constructions.

Cela dépend (la encore) de la volonté politique permettant de freiner l’appétit gargantuesque des promoteurs immobiliers.

Les prochains candidats qui désireront contracter un bail locatif de 6 années pour gérer notre municipalité devront s’engager à réviser le PLU dès leur entrée en fonction. Il en va du bien vivre à Fontenay-aux-roses et de son avenir.

Tentative de réponse à la question « pourquoi ? » de Daniel Marteau dans son article : “CEMUA: des promesses, et puis…”

A 16 mois de la prochaine élection municipale, avouer aujourd’hui en réunion devant les membres de la CEMUA que ceux qui ont défini et approuvé le PLU n’ont pas bien mesuré les conséquences des règles définies (alors qu’un nombre très important de fontenaisiens ont émis des requêtes auprès du commissaire enquêteur pendant l’enquête publique), n’est pas une démarche très judicieuse…

Encore un petit mot (confidentiel) à Daniel Marteau, en m’excusant par avance de reprendre certaines de tes phrases :

Au début de l’année 2015, la majorité municipale a créé 2 groupes de travail dont la moitié des membres sont issus de la CEMUA, des comités d’habitants et d’Associations diverses représentant pour chacun 7-8 personnes, les autres membres à nombre égal étant des élus.

Ces groupes de travail devaient suivre et participer à l’élaboration des projets de construction et d’aménagement, pour l’un du carrefour de la Cavée, pour l’autre de la place du Général de Gaulle.
Des réunions devaient se tenir tous les 2 ou 3 mois, suivant l’avancement et la mise au point des projets immobiliers.
Ces groupes de travail (auxquels j’ai participé) se sont réunis une seule et unique fois, le 1er avril 2015 pour la Cavée et le 15 avril 2015 pour la place du Général de Gaulle…

Depuis cette date, comme tu le sais, les projets se sont précisés. Le chantier de l’ilot B de la Cavée démarre.

A ce jour, soit 41 mois plus tard, ces 2 groupes de travail ne se sont jamais réunis. Ou s’il l’on été, c’est sans y faire participer les membres issus de la CEMUA, des comités d’habitants et d’Associations diverses, contrairement aux promesses faites.

Pourquoi ?

Mystère.

Bernard Welter

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )