27 septembre 2020 | 19:31
Vous etes ici:  / Libre opinion / Quelles actions citoyennes face au déni de démocratie à FAR ?

Quelles actions citoyennes face au déni de démocratie à FAR ?

A la lecture de nombreux articles récents du blog et devant la teneur du dernier conseil municipal,  je ne peux m’empêcher de m’inquiéter du fonctionnement de la démocratie dans notre ville. Sans que cela soit interprété, je l’espère, comme une calomnie ou une attaque personnelle visant Monsieur le Maire, car il s’agit là d’une réflexion citoyenne.
La liberté d’expression, qui constitue le droit fondamental de chaque citoyen en démocratie, dans la limite bien sûr du respect de la bienséance et de l’utilisation d’une terminologie adaptée, est mise à mal.

Preuve en est : Osez Fontenay qui va donc être mis au banc des accusés, ou les citoyens rabroués lorsqu’ils  osent s’exprimer en réunion publique ou lors des comités d’habitants.
La concertation porte ces derniers temps sur des points mineurs, ou des pseudo-choix, une fois les dossiers quasiment bouclés et avec un manque cruel d’explications concernant les impacts de ces choix (circulation à la cavée, choix en terme de rythmes scolaires, …). J’en veux aussi pour preuve le nombre de contributions à l’enquête publique concernant le PLU, alors que pourtant tout avait plutôt bien commencé.
N’est-ce pas la contradiction, la critique constructive qui font avancer les choses ? La pensée unique n’est-elle pas réservée à certains régimes que nous préfèrerions voir disparaitre ?
Quant à la démocratie participative, l’élaboration conjointe de solutions construites, permettant de fédérer les ressources, compétences, réflexions, expertises des concitoyens, … elles ne sont pas à l’ordre du jour. Et comment qualifier le rôle qu’est devenu celui des comités d’habitants, pourtant constitués de citoyens motivés et engagés pour leur ville ?
Je vous invite à relire cet article récent du blog pour y trouver les illustrations concrètes de ce qu’une contradiction saine, une concertation structurée et une réelle démocratie participative auraient pu éviter: « Peut-on administrer une ville par l’exclusion et la menace d’action de justice ? », de Daniel Marteau.
Comme le démontrent les nombreux articles du blog, il n’y a plus aujourd’hui à Fontenay que 2 façons de se faire entendre : intenter une action en justice ou créer une association de défense !! Rassurons-nous, ni l’une ni l’autre n’apportent à leur initiateur le moindre crédit vis-à-vis de nos élus, bien au contraire.
Quant aux domaines où nous ne pouvons que saluer le travail et la présence sur le terrain de nos élus, il apparait clairement que mieux vaudrait ne point trop en faire, surtout lorsqu’ils ne sont pas des partisans inconditionnels du premier magistrat de la ville !!

Espérons que les positions courageuses prises par certains élus lors du conseil municipal du 16/10, ne nous vaudront pas une pluie de nouveaux arrêtés municipaux ou de mises à l’écart.

Lors des dernières élections municipales, Fontenay a élu une liste plurielle, rejetant le maire précédent, non pas ou pas seulement pour sa gestion de la ville et le travail de son équipe, mais surtout pour sanctionner un comportement individuel inadapté à ses fonctions.
Nul n’était dupe de ce que cette pluralité allait apporter comme difficultés dans la cohérence d’un projet pour l’avenir de la ville, … que nous n’avons d’ailleurs jamais vu. Certes, une fois élu par ses pairs au sein du conseil municipal, le Maire a légalement tous les pouvoirs, mais ….
N’est-il pas temps que les électeurs qui ont conduit aux commandes l’ensemble des 4 listes et pas seulement la liste majoritaire du 1er tour, citoyens engagés pour l’avenir de leur ville, agissent pour que le naufrage qui s’annonce ne se produise pas ??
Il est peut-être encore temps d’éviter l’iceberg, d’agir pour que nos élus retrouvent la raison, dans le respect des moyens démocratiques dont nous disposons. A nous de réfléchir à ce que nous pouvons proposer pour sauver notre village, car tout bien considéré, il y fait quand même encore bon vivre !!

Laure Tournus

2 RÉPONSES

  • Madame,

    Je trouve votre message inquiétant et particulièrement le passage suivant :

     » Espérons que les positions courageuses prises par certains élus lors du conseil municipal du 16/10, ne nous vaudront pas une pluie de nouveaux arrêtés municipaux ou de mises à l’écart. »

    Ce scénario, qui suggère d’éventuelles « sanctions », pourrait-il vraiment se produire ?

    Je n’ose pas imaginer qu’après la liberté d’expression, ce soit la liberté d’opinion qui puisse être remise en cause.

    Si tel était le cas, il faudrait peut-être envisager un jumelage avec Pyongyang (ce n’est pas diffamatoire c’est la première idée qui m’est venue, j’aurais aussi tout à fait pu proposer Séoul mais non…).

    Non à la pensée unique et oui à la confrontation d’idées qui nous fait avancer.

    Cordialement.

  • Espérons que cette éventualité ne reste qu’inquiétante et non prémonitoire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )