5 octobre 2022 | 20:56
Vous etes ici:  / Libre opinion / Billet d’humeur : la liberté d’expression en danger

Billet d’humeur : la liberté d’expression en danger

Trois informations dans la presse nationale cette semaine :

Au Maroc, une internaute condamnée en appel à deux ans de prison ferme pour « atteinte à l’islam » (Le Monde du 14 septembre 2022)

Fatima Karim, 39 ans, était poursuivie pour avoir commenté de façon satirique, sur sa page Facebook, des versets du Coran et des hadiths du prophète Mahomet.

Canal+ condamné aux prud’hommes pour le licenciement du commentateur sportif Stéphane Guy (Le Monde du 14 septembre 2022)

Le commentateur sportif aurait eu le tort de rendre hommage à l’antenne à son ami Sébastien Thoen, lui-même renvoyé pour une parodie visant CNews, la chaîne d’information en continu du groupe et qui, selon lui, n’avait pas eu « la sortie qu’il aurait méritée ». Des propos « fautifs » car visant à « dénigrer publiquement » son employeur, selon Canal+, cité dans le jugement.

La parution du livre du chroniqueur Guillaume Meurice suspendue par le groupe Editis (Le Monde du 13 septembre 2022)

« Le Fin Mot de l’histoire de France en 200 expressions », dictionnaire humoristique, égratignait Vincent Bolloré, premier actionnaire de Vivendi, maison mère d’Editis. Le directeur des éditions Le Robert invoque des « risques de contentieux ».

*****

La première information ne surprend guère ; on sait depuis longtemps que Mohammed VI, le monarque chérifien, n’a pas beaucoup plus de respect pour la liberté d’expression que n’en avait son père Hassan II…

Les deux suivantes inquiètent : Vincent Bolloré, l’homme fort du groupe Vivendi, qui contrôle Canal+ et Editis (Numéro 2 de l’édition en France), aurait-il décidé d’importer en France les méthodes du roi du Maroc ? D’autant plus inquiétant que dans son OPA sur le groupe Lagardère, Vivendi se dit prêt à céder Editis pour récupérer Hachette, le leader de l’édition française. Bolloré augmenterait encore son pouvoir de nuisance !

De tous temps, la concentration des médias entre quelques mains a effrayé et été combattue. Mais je n’ai pas le souvenir d’aussi nombreuses tentatives de muselage de journalistes, chroniqueurs, éditorialistes ou écrivains.

C’est d’autant plus grave que cela donne du crédit aux complotistes sur les réseaux sociaux quand ils affirment que les grands médias « sont aux ordres ».

Heureusement, la justice française veille encore…

Michel Giraud

1 RÉPONSE

  • Effectivement la liberté de la presse ne progresse ni en France ni ailleurs …
    C’est pour cela que dans le cadre du Forum des Droits de l’Homme que 8 associations coorganisent à BLR, en cette fin d’année, et dans les communes limitrophes (dont Fontenay), nous avons prévu une conférence sur la “liberté de la presse”, le 6 décembre. La main-mise grandissante de Bolloré sur les médias y sera évidemment évoquée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )