19 décembre 2018 | 05:50
Vous etes ici:  / Conseil municipal / L’ humilité n’est plus ce qu’elle était

L’ humilité n’est plus ce qu’elle était

Fontenay-aux-Roses  avait 23171 habitants au moment des élections municipales de 2014.

Elle comptait à cette date 15629 électeurs

Parmi eux, 9120 se sont exprimés au second tour.

Laurent Vastel a obtenu  4826 voix. Soit 30,87 % des inscrits.

(Rappelons qu’au 1 er tour 2217 voix s’étaient portées sur son nom, 3321 pour le concurrent qu’il retrouvera au second tour).

C’est à dire que si 4826 Fontenaisiens ont voté pour lui, 10803  n’ont pas voté pour lui ou ont voté contre lui.

Bien entendu en aucun cas ces chiffres ne remettent en cause la légitimité du résultat.

Mais ils devraient imposer à l’élu une grande humilité.

Grande humilité qui n’est pas la caractéristique principale du maire en tous cas depuis son élection.

Cette nécessaire humilité devrait l’obliger à ne pas considérer que tous les projets et grandes dépenses qu’il a entrepris ou veut lancer en urgence avant la fin de la mandature  (projets qui ne figuraient pas dans sa campagne comme l’immeuble de fond de place du Général de Gaulle, les  1,8 M€ place de l’église, les 6,9 M€ gymnase du parc, les 1,8 M€ du gymnase provisoire, les 4 M€ de réaménagement de la place de Gaulle/ Mairie, les 4 M€ de réaménagement de la Cavée dont 1,5 M€ de rachat de parkings au promoteur, les 3 M€ à venir pour la mise aux normes du cinéma-théâtre, etc …ou les projets qui sont aujourd’hui contraires à ceux de sa campagne comme la vente de 2/3 du conservatoire Soubise, les 1 M€ pour y refaire une salle de 200 m2, etc …..), ont l’assentiment comme il le répète très souvent de « la grande majorité des Fontenaisiens ».

Il n’en sait strictement rien, ne les ayant pas interrogés.

Et ce n’est pas, par exemple, le sondage qu’il a fait auprès de 90 personnes sur la vente du conservatoire ou l’enquête tronquée (n’intégrant aucun des 3 immeubles qui vont totalement en modifier l’esthétique et l’esprit) sur une partie de la place du Général de Gaulle qui peuvent justifier cette affirmation.

Sur ce dernier point, s’enfermer dans cette idée d’une transfiguration de la place du Générl de Gaulle avec la construction de 3 immeubles énormes pour laquelle il n’a jamais demandé l’avis des habitants et n’avoir jamais accepté de discuter réellement avec un esprit d’ouverture avec ceux qui proposent des idées alternatives est demonstratif d’une dérive autoritaire qui n’est pas de mise dans une ville « à taille humaine » comme la notre.

Peut-on quand on a été mal élu, pour quelle que raison que ce soit (peu d’adhésion sur son nom, ou rejet de l’opposant, ou les 2) se permettre de passer ses idées en force sans s’assurer qu’une majorité de ses administrés les partage?

Au plan national ça ne semble pas avoir porté ses fruits…

Daniel Marteau

3 RÉPONSES

  • Avant l’arrivée de notre nouvelle librairie en cœur de ville, je vous recommande (et ce n’est pas pour rire, quoi que…), la lecture dans le Fontenay Mag du mois de décembre de la « Parole à la majorité ».
    En effet, le Maire nous parle dans notre intérêt à TOUS (je pense reconnaitre au ton et aux termes employés ses discours si souvent servis en réunions publiques).

    Le maire donc nous apprend que le Fontenaisien est le roi du « MOI D’ABORD » !
    Je compte donc ici rendre à César… En effet, il mérite trône, sceptre et couronne puisqu’il nous a lui même montré la voie; rappelez vous, la toute première action engagée après son élection a été « LA RÉNOVATION DES BUREAUX DES ÉLUS DE LA MAJORITÉ » (cf tribune du GMR en page 22 du même mag)

    Grand guignolesque, n’est-il pas ?

    Donc, s’il vous plait, Fontenaisiens, comprenez que le « MOI D’ABORD », c’est uniquement quand ça arrange VOS élus (vous noterez que TOUS sans exception acceptent de laisser imprimer leurs noms au bas de cette tribune, quelle cohésion…).

    Allez, bonnes fêtes à tous, mais A MOI d’abord !

  • Cet excellent article de Daniel Marteau pose une question essentielle : comment éviter que la légitimité réelle acquise par le suffrage universel se transforme en une conception arrogante de l’exercice du pouvoir.
    C’est vrai au niveau national. C’est encore plus flagrant au niveau de la commune depuis 2014.
    Il faudra un véritable changement de paradigme pour 2020.
    Gilles Mergy
    Conseiller municipal d’opposition

  • Jean Guy Croland

    Humilité ? Vous rigolez, non ? On voit bien que vous êtes des zozos poisons de la démocratie.
    Monsieur Vastel ne semble pas être un homme hanté par une grande haine de soi. Alors humilité ? Repassez en 2020, on verra ce qu’on peut faire !
    Faut qu’on parle de tout ca à Jean Louis B. quand il viendra pour la galette . Au fait qui a la date ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )