19 décembre 2018 | 05:48
Vous etes ici:  / Libre opinion / Le Mag de Fontenay: une inacceptable désinformation

Le Mag de Fontenay: une inacceptable désinformation

Encore une tribune de la majorité dans le Mag de Fontenay de décembre qui induit volontairement tous les Fontenaisiens en erreur. 

Dans cette tribune la majorité municipale renverse complètement les rôles et attribue à d’autres ses propres responsabilités.

On lit page 23 Tribune de la Majorité):

« Aux Mouilleboeufs, ……….., un Fontenaisien arguant d’un recours possible au permis de construire est allé négocier directement, avec le constructeur, le détail des modifications qui lui convenait : résultat le commerce de proximité souhaité par les riverains a disparu».

Voila comment la majorité raconte l’histoire.

C’est totalement faux.

La vraie histoire a déjà été maintes fois racontée, mais devant une telle présentation, il faut redonner les grandes lignes pour bien faire comprendre les manipulations de l’opinion auxquelles se livrent avec constance le maire et la majorité municipale via le magazine municipal:

Le maire a signé une permis de construire qui ne respectait pas le POS et sa modification Nº 4 qu’ il avait lui même fait inscrire au POS. 

Un riverain lui a fait savoir via le comité d’habitant Ormeaux-Renards la non conformité du permis due une hauteur trop élevée (un étage de trop), une mauvaise implantation du bâtiment par rapport à la topographie du terrain, et d’autres points moins importants.

Le maire a répondu au Comité d’habitant que tout été conforme, la réponse a été transmise à l’intéressé.

Devant cette fin de non recevoir, l’habitant a alors établi un recours  gracieux destiné au Maire avec copie au promoteur comme il se doit.

Le maire sans réponse au bout de 2 mois a refusé le recours gracieux. 

L’habitant a informé le maire qu’il allait déposer un recours contentieux avec copie au promoteur.

S’apercevant qu’effectivement le permis de construire n’était pas conforme au POS avec un risque d’annulation du projet, le promoteur a, après examen et échange, décidé de demander au maire le retrait du permis, et a déposé un nouveau permis. C’est sur la base de ce nouveau permis que la construction a été lancée.

Il est intéressant de noter, ce que l’article du Mag passe sous silence, que grâce à l’action initiée par le riverain, avec le  dernier permis on est passé de 41 logements à 62 dont un certain nombre de logements sociaux et cela en étant désormais complètement conforme au POS !

Quant à la présence ou non d’un commerce, il y a bien longtemps que le maire et l’adjoint au commerce avaient décidé d’abandonner l’idée d’un grand commerce  ( pas de parking, etc…) et que la 2 ème idée d’un dépôt de pain de 70 m2  a été abandonné suite à l’étude de faisabilité de la part du promoteur.

Écrire aujourd’hui que la disparition du commerce est due riverain qui a demandé que la municipalité respecte les règles de construction est inadmissible.

En conclusion, le maire n’ayant pas voulu prendre en compte l’information qui lui avait été donnée, et voulant comme à son habitude s’entêter, à fait reculer le lancement des travaux de l’ordre de 6 mois.

Il a lui même chiffré la perte d’exploitation pour la ville entre 200 et 300.000€.

L’article du Mag de décembre, tente de transférer la responsabilité du maire sur un habitant et fait aggravant, en le désignant à la vindicte populaire.

Cette façon de raconter n’est ni plus ni moins qu’un mensonge doublé d’une diffamation à l’encontre d’un Fontenaisien.

Et tout cela est diffusé à tous les Fontenaisiens via le magazine municipal.

Ce procédé est proprement scandaleux.

Martine Jouanne

3 RÉPONSES

  • Personnellement, j’ai trouvé cette tribune de la majorité municipale très dérangeante. En résumé, elle considère que M. Vastel et se amis de la majorité représentent « l’intérêt général » et que les oppositions qui s’élèvent face à eux ne sont que l’expression « d’égoïsmes et d’intérêts particuliers ». C’est faire bien peu de cas du rôle des élus d’opposition, des celui des associations, ou encore du respect des règles.

    L’intérêt général n’a pas été décrété une fois pour toute et pour 6 ans au soir d’un second tour d’élections municipales. Il se construit progressivement par le débat entre tous ces acteurs, dans le respect des règles, les uns et les autres ayant le devoir de proposer, contre-proposer, argumenter et critiquer.

    Si l’on écoute la tribune de la majorité municipale, il n’y a plus de débat : la majorité est dépositaire de l’intérêt général, le met en application et traite à la marge les quelques cas d’intérêts particuliers qui s’expriment. Drôle de conception de la démocratie !

  • La réécriture permanente de l’histoire et le fait de désigner un bouc émissaire à la vindicte populaire me font penser au célèbre roman de G. Orwell « 1984 ».

    A chaque conseil municipal, ou dans chaque magazine un élu de l’opposition, un responsable associatif et désormais un « simple » citoyen sont voués aux gémonies.

    C’est une dérive d’autant plus inquiétante qu’il reste encore 16 mois avant les élections municipales.

    Or, ce n’est clairement pas sur son bilan que l’équipe actuelle se fera élire ; ce n’est sans doute pas sur son programme puisque celui ci est inexistant à part la poursuite de la densification immobilière. Elle va essayer de se faire élire en laissant croire que c’est elle ou le déluge.

    Charge donc à tous ceux qui veulent œuvrer pour le devenir de notre ville de démontrer qu’lls ont la capacité à construire un projet alternatif respectueux des Fontenaisiens et préparant la ville de demain.

    Gilles Mergy
    Conseiller municipal d’opposition

  • Michèle Dorothée.

    Quelle réponse peut-on apporter, si il y a bien une diffamation à l’égard d’un Fontenaisien dans le MAG de décembre, à cet état de fait ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )