17 juillet 2019 | 18:57
Vous etes ici:  / Coup de gueule / Libre opinion / Fontenay Mag mars p.13

Fontenay Mag mars p.13

Interview de M. Porcheron

Q: Vous êtes par ailleurs élu délégué au Droit des femmes et des familles, qu’est-ce que cela implique ?
R: « … Les femmes victimes de violence viennent directement à l’accueil de la mairie, qui a été sensibilisé pour recevoir ce public, et ont un premier entretien avec moi avant d’être orientées vers les partenaires spécialisés … »

Est-ce vraiment une avancée pour les femmes victimes de violence de devoir rencontrer le maire-adjoint AVANT d’être prises en charge par des personnes compétentes?
Pascale Duplan

3 RÉPONSES

  • Entièrement d’accord, il y a des gens et des services formés à l’accueil et à l’orientation des victimes, que ce soient des services publics ou des associations agréées et subventionnées pour effectuer ce travail ô combien sensible. On peut supposer que c’est le cas de la police municipale, ou au moins de la police nationale. Mais il semblerait que ce soit le mode de fonctionnement de la municipalité : tout « problème » fait l’objet d’un traitement individuel par un élu.

  • Ce qui est surprenant , c’est que vu l’expression utilisée dans l’interview on dirait que c’est l’élu qui oriente vers les services spécialisés. Or il est je pense primordial que l’accueil se fasse justement par les services compétents. Que les élus souhaitent mieux comprendre pour faire avancer les politiques publiques c’est tout à fait normal. Ils reçoivent les habitants lorsqu’ils le demandent et travaillent avec les services. Mais ils ne peuvent pas les subroger dans leur action.

  • Jean-Philippe Damais

    Absolument d’accord. Mais pour certains il est primordial d’abord de donner l’impression que l’on »sait »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )