18 juillet 2019 | 23:58
Vous etes ici:  / Libre opinion / Histoires de stationnement

Histoires de stationnement

Première histoire
Les commerçants du centre ville pointent du doigt le manque de stationnement comme une des causes du manque de dynamisme de leurs commerces, avec bien sûr le trop petit pouvoir d’achat des Fontenaisiens actuels (sic). Cela pose plusieurs questions :

Qui va en centre ville de FAR en voiture ? :

  • Sans doute pas les fontenaisiens résidant dans un périmètre d’au moins 500m et qui s’y rendent plus vraisemblablement à pied.
  • Les habitants du haut de Fontenay (Panorama, Renards…)
  • Les habitants du bas de Fontenay comme les Blagis. Ah non, pas beaucoup des Blagis puis qu’ils n’ont pas un pouvoir d’achat suffisant. Plus peut-être du côté de la rue Lombart, de la Gare, des Mouilleboeufs. Mais peut-être préfèrent-ils aller sur Sceaux. Mais ils ont sans doute envie et nécessité de se rendre en centre ville.
  • Les habitants des villes voisines ?
  • Une clientèle de passage ?

Pourquoi aller en centre ville ?

  • Pour faire ses courses (à voir, attendons les résultats du sondage lancé par la ville)
  • Pour aller au marché
  • Services publics : mairie, médiathèque, cinéma-théâtre, piscine…
  • CCJL
  • Santé : médecins, kinés…

Personnellement depuis le carrefour des Blagis quand je dois me rendre en voiture en centre ville, que ce soit le matin, l’après midi ou le soir, je trouve toujours de la place à moins de 200m de l’endroit où je dois me rendre. Par contre effectivement le samedi matin le stationnement en surface est saturé. Mais je suppose que je suis une sacrée veinarde de trouver de quoi me garer car non seulement les commerçants se plaignent que les potentiels clients ne trouvent pas de place mais qu’également tout Fontenay se plaindrait du même problème.

La municipalité installe de nombreuses bornes minutes (avec un maximum de 30mn – ce qui est bien mieux que les 15mn dans d’autres communes) , déjà sur la rue Boucicaut, dont l’objectif est en principe de permettre une meilleure rotation des véhicules et donc de trouver plus facilement à se stationner dans un centre ville qui pratique tout de même déjà un stationnement réglementé avec 1h30 maximum sur une bonne partie de ses rues.

Mais qui donc se permet de monopoliser toutes ses places de stationnement empêchant les clients potentiels de venir fréquenter nos commerces de centre ville ?

  • Les riverains, dont certains ont tout de même un garage
  • les commerçants et ce souvent devant leur propre commerce
  • Quelques employés municipaux et salariés des commerces

Une concertation a-t-elle était mise en place réunissant les riverains, les commerçants, les usagers et la ville ?

Rendez vous dans quelques mois, pour vérifier si le chiffre d’affaire des commerces aura augmenté grâce à ses fameuses bornes minutes, qui dans tous les cas auront un certain coût pour les contribuables.

Deuxième histoire
Du fait du manque de civisme des commerçants du marché, la cour de l’école du Parc ne servira plus de stationnement pour leurs camions (ce n’est peut-être pas une mauvaise décision). En effet, informations donnée par Mme Bourdet –maire adjointe en charge de la vie scolaire donc des écoles, les utilisateurs de cette cour de récréation/stationnement, laissent de nombreux déchets et utilisent les buissons comme des urinoirs. Pour leur permettre tout de même de stationner (ce qui est tout de même normal), une grande partie de la rue des Pierrelais sera réquisitionnée et réservée donc aux commerçants du marché. Malheureusement cette décision va impacter de nombreux riverains de cette rue qui n’ont ni parking, ni garage. Il faudra donc que le vendredi soir (ou le samedi matin très très tôt) ceux-ci pensent à se garer ailleurs. Sinon la sanction tombera : un PV ainsi qu’enlèvement demandé (information police municipale).
Les habitants du quartier ont-ils également, ici, été conviés à une concertation afin de trouver une solution qui permette aux commerçants de se garer sans pénaliser les riverains ?

L’objet ici n’est pas de polémiquer sur le bien fondé ou non de l’utilisation de la voiture, notamment pour de très petites distances. La plupart des utilisateurs auront de nombreuses raisons dont certaines très légitimes à se déplacer sur moins de 2 km en voiture. Il s’agit plutôt de mettre en lumière à nouveau le manque de concertation, pourtant prôné par la municipalité.

Si je peux terminer par une proposition citoyenne :  y aurait-il des compétences sur Fontenay pour mettre en place un système (type application téléphone mobile) afin de mettre en relation les fontenaisiens désirant pratiquer le « covoiturage minute » intra Fontenay ? Solidarité, convivialité dans un esprit un peu écologique.

Iris Chanaud

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )