19 décembre 2018 | 05:51
Vous etes ici:  / Libre opinion / Point de situation sur le projet alternatif place du général de Gaulle.

Point de situation sur le projet alternatif place du général de Gaulle.

Rappelons d’abord que le Maire à qui le groupe de Fontenaisiens auteur du projet alternatif a écrit début février pour demander que soient rendus publics tous les éléments de la consultation sur la place de Gaulle, n’a ni accusé réception ni répondu.
Rappelons aussi que Mme Guilleminot à qui j’avais écrit le 5 février pour lui demander son appui sur ce projet culturel ambitieux, elle, si impliquée et depuis si longtemps dans la vie culturelle de la ville, n’a ni accusé réception ni répondu.

L’équipe municipale, animée dans cette affaire par MM Vastel, Bigret, Lafon, Durand, qui chiffre le projet alternatif à 15 M€ est toujours dans l’incapacité malgré nos nombreuses demandes verbales, écrites et nos 2 réunions en mairie, de justifier ces chiffres.

Elle n’en continue pas moins à diffuser de fausses informations et cela sans aucune justification pour dévaloriser le projet alternatif.

Alors pour rétablir la vérité voilà ci dessous un point des plus importantes fausses informations diffusées et répétées, et de la réponse.

1/ « Le projet alternatif arrive trop tard. Ces discussions auraient dû avoir lieu il y a trois ans.. »
Faux:
Il n’est jamais trop tard pour éviter un projet que les Fontenaisiens ne veulent pas et au contraire faire évoluer la ville dans de bonnes conditions
Vrai:
Oui ces discussions auraient dû avoir lieu il y a 3 ans ! Mais à qui la faute ? Il faut se rappeler que la 1ère réunion du groupe de travail de la CEMUA (commission que L.Vastel à crée pour, disait-il, travailler avec les Fontenaisiens) portant sur la place du Général de Gaulle a eu lieu le 15/04/2015 .
L. Vastel avait alors précisé que d’autres réunions suivraient suivant un rythme de 2 à 3 mois afin de dialoguer sur la mise en forme du projet
Mais il n’y a jamais eu d’autres réunions !

2/ «  C’est une affaire privée, sur laquelle la ville n’a pas de pouvoir ».
Faux:
– La ville à autorité pour délivrer un permis de construire sur un projet élaboré préalablement avec elle.
– La ville avait une convention avec le bailleur social jusqu’en 2038 sur cette emprise foncière et l’a, de sa propre autorité, abandonnée lors du Conseil Municipal du 27 décembre 2017 pour permettre les constructions (pavillon « Baltard », Immeuble).

3/ « Fontenay a besoin d’une très grande salle pour certains évènement que le projet alternatif ne propose pas ».
Faux:
-Du fait de l’architecture prévue, le projet alternatif utilisera l’espace de la scène et de l’arrière scène qui seront d’un seul tenant une fois les sièges repliés, permettant ainsi d’accueillir jusqu’à 1000 personnes. C’est à dire une surface au moins aussi grande qu’actuellement.

4/ « Le projet alternatif doit prévoir 1 M€ à 1.5 M€ pour la démolition ».
Faux:
La démolition de la partie prévue de l’immeuble Saint Prix coûtera 0,6M€, et elle est bien comptée dans le chiffrage du projet alternatif.

(Pour ces 2 points, on peut noter que l’équipe municipale oublie volontairement l’apport de 3 à 3,5M€ de la vente du foncier de l’actuel cinéaste théâtre ».

5/ « La destruction d’appartements en logement social est normalement interdite .
La Mairie est en discussion serrée avec le préfet pour démolir (et reconstruire ?) 10 appartements et cela depuis 2 années ».
Vrai.
Oui bien sûr et dans le projet alternatif nous avons fait des propositions de relogement de 26 logements et très proche de l’immeuble Saint Prix. Mais cette proposition n’a pas l’assentiment de Monsieur Bigret! (Voir ses déclarations)
On peut noter ici que cet argument de l’équipe municipale est bien la preuve que le projet a été élaboré depuis début 2015 et sans aucune concertation. Ce qui est contraire à ce que L. Vastel affirme.

6/ « Le projet alternatif est plus cher que le projet municipal ».
Probable.

-Le coût du projet alternatif pourrait être légèrement plus élevé que le projet municipal. Légèrement, oui.
-Mais d’une part, le coût pour la ville restera faible quand seront déduit la vente du foncier, la non dépense sur le bâtiment actuel du cinéma théâtre, le report des subventions , etc…, et d’autre part il est d’une tout autre teneur qu’un 3 eme immeuble d’habitation sur la place du cœur de ville.

Mais y-a-t-il un espoir ? Enfin l’un des membres de l’équipe municipale reconnait depuis peu que le chiffre de 15 M€ sans cesse répété par MM Vastel, Bigret, Lafon, Durand  était sans doute très exagéré, et plus proche de 10 M€.
Il commence donc à y avoir un début de reconnaissance que l’outrance dans les chiffres répétée à l’envie n’a convaincu personne. Le nouveau chiffre de 10 M€ est plus proche de la réalité mais encore très exagéré. Le coût de la construction du projet alternatif est de l’ordre de 6 à 7 M€ au maximum mais, on l’a vu, le coût pour la ville est bien moindre quand on tient compte de la vente, des subventions, etc…
Voilà un point des critiques non fondées et non démontrées que l’équipe municipale adresse au projet alternatif et les éléments correctifs que l’on peut apporter.

Daniel Marteau

1 RÉPONSE

  • Quel que soit le jugement que l’on peut porter sur ce projet alternatif, il faut reconnaitre que ses promoteurs mettent l’ensemble de leurs données sur la table. En face, la majorité croupion de M. Vastel se contente de répéter les mêmes arguments sur le coût pharaonique du projet (assez pathétique après avoir dépensé 1,4 M€ pour faire une place de l’Eglise glissante) ou sur ses conséquences dramatiques. Mais la majorité municipale assène ses arguments sans la moindre démonstration rigoureuse.
    On est un peu à front renversé : d’habitude, les collectivités publiques présentent des projets reposant sur une expertise préalable et les citoyens défendent le cas échéant des projets alternatifs mais pour lesquels ils ne sont souvent pas en mesure de produire les analyses quantitatives et qualitatives.
    Ce cas d’espèce illustre le déficit dramatique de la capacité d’expertise de la municipalité actuelle (en dépit des nombreux recrutements réalisés depuis 2014) et la montée en puissance de l’expertise citoyenne dans notre commune. C’est une chance à saisir à condition que les élus acceptent d’engager un véritable dialogue d’égal à égal avec les citoyens de Fontenay aux Roses (tout en conservant le choix de la décision finale car ils en ont la légitimité démocratique). Si lors de nos mandats, nous avions parfois tâtonné en matière de démocratie participative, Sylvie Lours avait su entre 2008 et 2014 créer les conditions d’une réelle écoute citoyenne. Avec M. Vastel et son équipe, on est revenu 30 ans en arrière. Que de temps perdu.
    Gilles Mergy
    Conseiller municipal
    Ancien Maire adjoint

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )