15 novembre 2019 | 17:41
Vous etes ici:  / Libre opinion / Priorité absolue à la réussite de tous nos enfants

Priorité absolue à la réussite de tous nos enfants

L’éducation de nos enfants est notre avenir. L’école doit donc être une priorité pour la ville. Pourtant, le bilan du maire actuel dans ce domaine est particulièrement médiocre.

Les seules avancées de son mandat sont la suppression des pré-fabriqués à l’école de la Roue, la rénovation de sanitaires dans quelques groupes scolaires, les habituels travaux de maintenance courante et la poursuite, au même rythme que lors du mandat précédent, du déploiement du numérique dans les classes.

En revanche, les reculs sont nombreux. Par exemple :

la réduction des activités périscolaires depuis 5 ans avec notamment la fin du dispositif musique à l’école ;
le changement des modalités d’inscription et de facturation de ces activités périscolaires entraînant un système depaiement forfaitaire complexe
l’absence d’anticipation de l’équipe municipale contre la fermeture des classes aux Ormeaux et aux Renards et dont la mobilisation tardive n’a été effective que sous la pression des associations de parents d’élèves ;
la faible part des repas bio ou labellisés servis dans les cantines ;
l’absence d’aménagement pour lutter contre la chaleur dans les établissements scolaires et pour permettre une surveillance de la qualité de l’air obligatoire pourtant depuis le 1er janvier 2018 ;
la baisse en euros constants du panier de l’élève depuis 5 ans ;
une approche infantilisante de la relation avec la communauté éducative et les parents d’élèves ;
la suppression de la dotation pour les sorties scolaires et les spectacles en CP ; 
l’absence d’égalité de traitement entre les dotations versées aux élèves de l’école publique qui baissent depuis 2014 et ceux de l’école privée qui ont fortement augmenté ;
la très forte réduction du nombre de classes transplantées : passage de 10/11 classes par an à 3 classes par an sur l’intégralité de la ville.

Les Ateliers Fontenaisiens et Europe Ecologie les Verts Fontenay-aux-Roses sont convaincus de la priorité absolue à donner à la réussite de tous les enfants, à leur bien-être, en veillant à leur donner toutes les chances pour leur permettre de s’épanouir et de préparer leur avenir.

Le projet municipal que nous co-élaborons avec les Fontenaisiens comportera un pacte pour la jeunesse. Ce pacte sera mis en œuvre dès 2020 avec la communauté éducative et les parents d’élèves. 

Ce pacte devra concrétiser l’engagement prioritaire de la ville pour accompagner toute sa jeunesse tout au long de sa scolarité. Il fera l’objet d’un suivi régulier tout au long du mandat par les parties prenantes concernées. 

Il s’articulera autour des grandes orientations suivantes

Améliorer les conditions d’apprentissage dans nos écoles ;
Adapter nos écoles pour mieux lutter contre le réchauffement climatique ;
Améliorer la qualité des repas servis dans les cantines scolaires (bio, circuit court…) ;
Favoriser l’épanouissement de nos enfants en développant des activités périscolaires plus enrichissantes ;
Donner plus de sérénité aux parents avec des règles d’accueil plus souples à ces activités périscolaires et des modalités de facturation simplifiées ;
Faire de l’école un lieu de découverte en augmentant fortement le nombre de classes transplantées (à la mer, à la campagne, à la montagne) ;
Harmoniser les dotations municipales par élève dans les écoles publiques et privées de la ville qui participent toutes au service public de l’éducation.


Offrir une école de qualité est la meilleure garantie de notre avenir. Comme le disait Abraham Lincoln: « Si vous trouvez que l’éducation coûte cher, essayez l’ignorance! »

Ensemble, mettons en œuvre un projet ambitieux pour nos enfants!  

Gilles Mergy  

17 RÉPONSES

  • Sur ce sujet, ne pas oublier de s’intéresser également aux décrocheurs (ceux qui quittent le système scolaire en situation d’échec grave et sans aucun diplôme). Je ne sais pas quelle est l’ampleur du problème à Fontenay, mais on ne peut pas faire comme s’il n’existait pas…

  • Cher Monsieur,
    Oui vous avez raison.
    Dans mon article, j’ai souhaité mettre l’accent sur ce qui relève de la responsabilité première de la commune à l’école maternelle et à l’école élémentaire. Il est donc incomplet par construction.
    La question du décrochage scolaire et plus largement de l’accompagnement des élèves dans leur choix d’orientation est elle aussi essentielle.
    En complément de ce que font l’éducation nationale et désormais la région île de France en charge de l’information sur l’orIentation des élèves dès le collège, notre commune devra intervenir plus en amont car la lutte contre le décrochage scolaire est d’autant plus efficace qu’elle est mise en œuvre dès les premiers signes. Il est en effet très difficile de rattraper un élève déjà « décrocheur ».
    A votre disposition pour en discuter à votre convenance
    Gilles Mergy

  • Je pense que nous sommes en phase sur le travail amont (détection des potentiels décrocheurs), mais je pensais également au travail en aval : comment ne pas laisser des ados déscolarisés et désoeuvrés dans des quartiers plus ou moins défavorisés, et leur offrir une seconde chance ?

  • Je pense qu’il faut privilégier la proximité dans l’accompagnement de ces jeunes. C’est pourquoi je pense désormais que la fermeture de la mission locale de Fontenay aux Roses fut une erreur. J’ai longtemps pensé que le regroupement sur Bagneux permettrait de rendre plus efficace l’accompagnement des jeunes via une meilleure connaissance des métiers par les conseillers. Mais pour des ados déscolarisés, cet éloignement est catastrophique.
    Il faudra aussi s’appuyer sur des partenaires reconnus comme les écoles de la deuxième chance.
    C’est en tout cas une œuvre de longue haleine et je me garderai bien de tout effet d’annonce sur le sujet. Si nous sommes élus en mars 2020, nous ferons en tout cas de la jeunesse une de nos grandes priorités.
    Gilles Mergy

  • Christophe Dufour

    Monsieur Mergy,
    plusieurs de vos orientations de travail pourraient être déclinés pour accompagner enfants et parents d’enfants en situation de handicap intégrant les écoles de Fontenay-aux-roses :
    Je pense bien sûr aux situations de handicap physique mais aussi cognitif (troubles des apprentissages, dyslexie, dispraxie …).
    Même si un certain nombre d’actions dépendent de l’éducation nationale et des Conseils Départementaux (via la MDPH), la ville peut et doit jouer un rôle de soutien et de facilitateur pour les familles concernées.
    Je profite de ce message pour remercier les différents acteurs du quotidien (directeurs de centre de loisirs, animateurs périscolaires, gardien(ne) d’école …) que j’ai pu rencontrer à FAR et qui jouent le jeu.
    A votre disposition pour en discuter à votre convenance.
    Pour la réussite de TOUS nos enfants.

  • Un inventaire à la Prévert après 19 ans au pouvoir (1995-2014) Monsieur Mergy ?
    Petite annonce : réussite éducative cherche élections à épouser…

  • Cher Monsieur Dufour,
    Avec Europe Écologie Les Verts et les ateliers fontenaisiens, nous réfléchissons actuellement sur la question de la prise en compte des situations de handicap dans la ville (accès aux services publics, intégration dans les écoles, déplacements…).
    Je suis preneur d’un échange avec vous pour écouter vos propositions.
    Voilà mon mel : gilles.mergyFAR@gmail.com
    Très cordialement

  • Monsieur Patron,
    De votre part, toujours des commentaires, jamais d’articles.
    Toujours des critiques en un mot , jamais de propositions argumentées en quelques phrases.
    Plutôt que des phrase sybiline sans dire ce que vous reprochez ( comme vous en avez l’habitude ce qui n’apporte vraiment rien à la compréhension ni au débat des fontenaisiens ) précisez donc ce qui n’aurait pas été fait ou mal fait par l’équipe précédente dans le domaine dont il est question.
    Les gens impliqués pourraient s’expliquer et permettre un éclairage du sujet pour tous et un débat.
    Aidons tous ce blog à maintenir le niveau de l’information et du débat.
    Cordialement

  • Monsieur Renault,
    Je ne suis pas qualifié pour planifier, mais j’observe. Tenez, un exemple : un préfabriqué amianté trônait depuis plus de 20 ans au milieu de la cour de l’école de la Roue B. Démolition toujours promise, toujours reportée. Il a fallu attendre l’arrivée de Madame Bourdet comme maire-adjointe aux écoles, en 2014, pour qu’elle obtienne la démolition de ce bâtiment, ce qui a permis la création d’une sortie propre à cette école, la création d’un accès handicapé et la création d’un terrain de sport.
    Allez voir, c’est quand même mieux…

  • Veronique Lafarge

    Monsieur Patron
    Gilles Mergy et son équipe ont souligné cette avancée dans leur tract. C’est une marque d’honnêteté de leur part.
    Ils ont aussi évoqué la baisse du panier de l’élève, la réduction des activités périscolaires, la suppression de la quasi totalité des classes transplantées.
    Pourquoi Mme Bourdet ne s’y est pas opposée ?
    Ce sont pourtant des reculs importants
    Veronique Lafarge

  • Monsieur Patron,
    On a bien compris depuis longtemps que Mme Bourdet et M Faye sont pour vous l’alpha et l’oméga de la politique à Fontenay.
    Très bien. Mais peut être vous faudrait-il être un peu plus mesuré.
    N’oubliez pas que pendant qu’ils étaient aux affaires sous M. Vastel, qu’ils ont d’ailleurs fait élire, ils ont contribué à, ou ont laissé passer, de bien vilaines mesures.
    Mme Lafarge vous en rappelle quelques unes dans son dernier commentaire.
    Vous aurez un peu de mal à faire croire que vos deux références absolues ont toujours «lavé plus blanc que blanc».
    Mais vous pouvez toujours essayer de vous en persuader.
    Cordialement

  • C’est à dire que les fontenaisiens dont je suis les ont vus et continuent à les voir travailler (les élus Associatifs et Citoyens), ont vu les problèmes que leur engagement permanent a généré chez certains, constatent leur connaissance pointue des dossiers et leur cohésion sans faille.

    Fort de cette réalité, de cette constance dans l’action, je m’exprime sur ce que je lis dans ce blog.
    Brasser de l’air et faire des réunions depuis quelques mois n’est pas un bilan, ne permet pas de dresser le bilan que tout elu, dans la majorité comme dans l’opposition, doit être en mesure de présenter sur son action dans l’équipe et sur son investissement personnel au service des Fontenaisiens…….
    L’énumération à la Prévert montre bien le côté superficiel et la méconnaissance du sujet. Vos réactions Madame, Monsieur, egalement.

    Vous savez « un tiens vaut mieux que deux tu l’auras ». Je vis dans la réalité pas dans des promesses.

    Je sais donc ce que j’ai constaté et j’espère que les élus Associatifs et Citoyens s’exprimeront le moment venu.

  • Toutes les qualités que Mme Bourdet M Faye ont et que personne de conteste surtout pas moi, n’efface pas qu’ils ont fait élire M Vastel avec toutes les conséquences pour la ville et les habitants que nous constatons depuis 5 ans 1/2 ni que quand ils étaient aux manettes ils ont comme le rappelle Mme Lafarge baissé le panier des élèves, réduit considérablement les activités périscolaires et supprimé presque toutes les classes de neige .
    En ne voulant pas le reconnaître vous vous trompez et vous trompez les Fontenaisiens en ce début de campagne électorale.
    Pour ma part j’en ai terminé sur ce sujet.

  • Veronique Lafarge

    Les élus associatifs ont pendant 3 ans dénoncé dans leurs réunions publiques l’action de la majorité à laquelle ils appartenaient pourtant.
    Ce double discours, au delà de leurs qualités et de leur professionnalisme, est pour moi rédhibitoire.
    Vos odes permanentes à leur gloire sont donc un peu décalées.
    Gilles Mergy et son équipe ont démontré dans leurs différentes réunions leurs qualités d’écoute et ont pris des engagements très clairs.
    Il ne s’agit pas pour autant de leur donner un chèque en blanc mais il n’est pas possible d’être exigeant qu’avec la seule équipe qui s’exprime clairement et qui évite toute démagogie.

  • Monsieur Patron,
    Merci pour votre précision et de rendre un si grand hommage à Mme Bourdet.
    Quelqu’un qui aurait une grande proximité, voire une très grande proximité n’aurait pas fait mieux et il ne faut pas compter sur tous ces zozos qui ne sont que dans la critique.
    Pendant l’exercice de sa responsabilité de maire-adjointe elle a subi les accusations de parents d’élèves. Quand on pense que certains, et Mme Lafarge s’en est fait l’écho, lui ont reproché d’avoir réduit drastiquement les activités péri-scolaires ou le nombre de classes transplantées, mais aussi d’avoir supprimé « musique à l’école », d’avoir augmenté de 42 % des tarifs des repas confectionnés par la cuisine municipale (cuisine combattue sous le mandat précédent), d’avoir cautionné la suppression d’une classe à l’école du Parc,…
    Et que dire du droit de réponse demandé par le directeur de cette école du Parc qui avait perdu sa décharge de service après la suppression de cette classe, refusé pour des propos jugés diffamatoires lors d’une séance du Conseil Municipal ?
    Voilà, vous avez raison il faut mettre l’accent sur l’essentiel : la démolition du bâtiment amianté, qui mettait en danger la santé de nos enfants de l’école de la Roue, est un acte de courage qu’aucun de ses prédécesseurs, ou plutôt « prédécesseures », n’avaient eu !
    Remi Boucher

  • Antoine Mitouard

    Sans oublier de mettre « au crédit » de Mme Bourdet et M. Faye un Plu grandement perfectible et inutilement sur densificateur qui n’est en aucun cas une conséquence de la loi Allur contrairement à ce que veut faire croire M. Faye pour se dédouaner de sa responsabilité d’adjoint à l’urbanisme.

  • J’ai deux enfants, l’un a eu beaucoup de dificultés scolaires j’ai demandé à trois reprises C.P CE1 ET CE2 un redoublement la réponse a été cela coûte cher 17000 euros environ. Et est ce que cela va lui apporter quelque chose? Mais où j’étais en colére et le suis toujours c’est quand on vous dit allez consulter une orthophoniste. Je l’ai fait et que faisait mon fils de la lecture de la grammaire de l’orthographe. C’est pas le rôle des instits? Ensuite pas surprenant qu’ils décrochent ces élèves. Et si comme avant dans les collèges le cours finissait à 16h30 avec études obligatoires? Là vous voyez les jeunes de 11 à 14 voire 15 ans au collége finir les cours à 12h ou 14h30 ou 15h30 et ensuite rentrent chez eux car pas assez d’animateurs ni de salle pour qu’ils étudient correctement. Cette année le ccjl avait mis en place aux vacances d’avril un stage de 5 jours pour les 3 eme pour réviser les notions du brevet. On payait 80 euros le stage. Ce que j’ai fait. Le vendredi avant le debut des vacances le ccjl m’appelle pour me prévenir que le stage était annulé par la mairie car que 5 inscrits et une fois de plus cela coute cher à la mairie. ON gueule car 27 ou 28 enfants par classe trop pour faire de l’individualisme, trop pour bien enseigner et là on annule c’est le monde à l’envers. Ou sinon on va vous dire faut qu’il prenne des cours particuliers pour palier ces difficultés. Et ensuite en sixiéme on fait des bilans de compétence et il en sort que les enfants ne savent plus lire ni écrire la faute à qui?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )