24 avril 2019 | 20:23
Vous etes ici:  / Libre opinion / Questions à Monsieur Chambon, conseiller municipal, sur les désherbants utilisés à Fontenay-aux-Roses

Questions à Monsieur Chambon, conseiller municipal, sur les désherbants utilisés à Fontenay-aux-Roses

Du glyphosate serait répandu par des agents sans protection sur les trottoirs de notre ville pour le désherbage. Qu’en est-il vraiment, quels sont les produits utilisés et dans quelles conditions ?
Ci-dessous la lettre adressée à Monsieur Chambon et déposée à la mairie.

Objet : Désherbants utilisés pour les trottoirs, caniveaux et les pieds d’arbre.
Copie : Monsieur Michel Faye, Monsieur Jean-Jacques Fredouille

Monsieur Chambon,

Le 15 mai 2014, sur votre blog et en réponse à un article de Jean-François Dumas sur la politique d’entretien des espaces publics, vous écrivez « il n’est pas question d’utiliser des produits phytosanitaires de synthèse ».

Le glyphosate, extrêmement répandu en France, largement utilisé pour l’entretien des espaces urbains et breveté par Monsanto en 1974 est classé depuis le 20 mars 2015 comme cancérogène « probable » par le Centre international de recherche sur le cancer. Il contamine les nappes phréatiques et l’eau du robinet, dégrade la biodiversité et la santé de la faune et de la flore.

Je souhaite donc connaître la nature et le nom des produits et composants utilisés comme désherbants pour les trottoirs, caniveaux et pieds d’arbre à Fontenay-aux-Roses. Les agents s’occupant de l’épandage de ces désherbants sont-ils correctement protégés et comment le sont-ils?

De plus, pouvez-vous m’assurer, Monsieur, que le glyphosate n’est pas utilisé dans notre ville.

Je vous remercie de l’attention que vous voudrez bien accorder à ma demande et vous prie d’agréer, Monsieur Chambon, l’expression de mes salutations respectueuses.

Agnès Gillot

5 RÉPONSES

  • Vendredi après-midi, j’ai vu un agent – en combinaison et avec un masque à gaz – vaporiser un produit sur le trottoir entre la médiathèque et le CCJL – avec le vent qui soufflait! Et cela au moment, où le Fontenay-Mag apparaît avec une couverture sur le développement durable, avec, entre autres sous-titres, « environnement et santé ».Tout en affichant une préoccupation écologique, la municipalité semble faire fi de notre santé en utilisant des produits dangereux.

  • A ce jour, le 18 mai, soit plus d’un mois après avoir déposé cette lettre, je n’ai toujours pas de réponse. Pourtant le 13 avril dernier, lors du conseil municipal, E Chambon m’a assuré qu’il allait me répondre rapidement mais qu’il n’avait pas encore eu le temps. Il a pourtant expliqué le 18 avril (nouvellesdeFontenay.fr article du 10 mai) qu’il utilisait encore, pour les pieds d’arbres, un produit phytosanitaire de synthèse.
    Le terme « encore » est étonnant dans la mesure où l’ancienne municipalité, avec Jean-François Dumas à l’environnement et aux espaces verts, n’en utilisait plus.
    Je vous invite d’ailleurs à consulter l’article de cet ancien adjoint, fort intéressant et éclairant, sur http://www.nouvellesdefontenay.fr/a-propos-de-la-politique-de-desherbage-de-la-ville/ et dont la compétence dans le domaine a été, à l’époque où il officiait à ce poste, reconnue par tous, majorité et opposition.
    Cordialement
    Agnès Gillot

  • même constat : bonhomme en jaune, place du Général de Gaulle.
    l’homme ignorait le nom du produit utilisé mais affirmait que c’était bio.
    Tout est dans la foi

  • Pour information :
    Au printemps 2015, le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer) classait le glyphosate comme « cancérigène propable pour l’humain ». A l’automne 2015, l’EFSA (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments) a jugé « improbable » le risque cancérigène du glyphosate. Le monde du 12/11/2015 : « Le rapport de l’EFSA doit éclairer la Commission Européenne qui décidera de garder ou non le glyphosate sur la liste de l’UE des substances actives autorisées »…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )