18 novembre 2018 | 04:09
Vous etes ici:  / Libre opinion / Réinventer l’action publique pour penser le futur des villes moyennes

Réinventer l’action publique pour penser le futur des villes moyennes

Une remarquable tribune dans Libération traite de la nécessaire réflexion que l’on devrait avoir pour penser le futur des villes moyennes.

(Les villes moyennes : un modèle à réinventer. Par Manon Loisel, Nicolas Rio, (consultants et enseignants à Sciences Po) — 27 juin 2018).

Extraits ( en espérant ne pas commettre ici un plagiat):

 « A l’heure où les métropoles sont en passe de devenir victimes de leur croissance (congestion, compétition, pollution), les villes moyennes pourraient devenir le centre d’un autre mode de vie urbain, plus apaisé et plus hospitalier. Les auteurs identifient deux enjeux « …qui apparaissent alors, au-delà de la rénovation des centres anciens. »

Le premier concerne le développement des services à la personne. L’équilibre des territoires passera avant tout par un meilleur accompagnement des individus,….. »

« Le second consiste à réinventer la notion d’équipements collectifs, face à la réorganisation des services publics. 

Les villes moyennes pourraient réinvestir les anciens édifices laissés en friche pour en faire de nouveaux lieux en commun, co-portés par le tissu associatif local. L’engouement actuel pour les tiers-lieux témoigne de ce potentiel, comme l’illustre le pavillon français de la Biennale de Venise.

Ces deux enjeux ne pourront être atteints que par une meilleure intégration de la société civile dans la conception et la mise en œuvre du plan Action Cœur de Ville.

Et de conclure: «  Pour réinventer les villes moyennes, il va d’abord falloir réinventer l’action publique ».

En lisant ces 2 spécialistes, on ne peut pas ne pas repenser à la politique de MM Vastel et Bigret pour notre ville : on construit des immeubles partout où l’on trouve 100 m2 et on met des charcuteries et des magasins de sandales dès que l’on a 10 m2 libres.

En lisant le second enjeu ( Les villes moyennes pourraient réinvestir les anciens édifices laissés en friche pour en faire de nouveaux lieux en commun) on ne peut pas ne pas penser à l’ancien Conservatoire de la rue du Docteur Soubise qui est en friche depuis maintenant plus de 2 ans ( vous avez bien lu plus de 2 ans) alors que de toutes parts dans la ville des besoins de salles de réunion, de yoga, de danse, d’exposition d’artistes, etc…s’expriment, via le tissu associatif et/ou par les Fontenaisiens eux mêmes.

Et pas que par des « membres de la bande à Buchet », des « gens qui ne défendent que leurs intérêts personnels » ou des « futurs candidats contre le maire actuel ».

Quelle réinvention de l’action publique!

Daniel Marteau

1 RÉPONSE

  • Cher Daniel Marteau
    Je trouve votre article très intéressant. Il résume parfaitement les défis à relever pour l’action publique locale : comment réinventer et innover dans la conception et la mise en œuvre des politiques publiques. On ne peut pas juste se contenter de rajouter des dispositifs aux dispositifs existants. Il faut aussi repenser le mode d’élaboration et d’évaluation des politiques publiques : désormais on peut faire de la consultation en temps réel de la population. Mais cela ne substitue pas aux méthodes plus traditionnelles favorisant la participation citoyenne. La partie sur l’utilisation partagée ou mixte des équipements publics est très intéressante. Ce sont des pistes à expertiser pour les mois à venir dans les réflexions post 2020.
    Gilles Mergy
    conseiller municipal

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés ( obligatoire )